Le Mug

Laren Bastide : "Les féministes ne luttent pas contre les hommes, elles luttent contre le sexisme !"


La journaliste française Lauren Bastide signe "Présentes, quelle place pour les femmes ?" un manifeste féministe ultra-documenté, nourri par les réflexions des militantes les plus inspirantes de la génération #MeToo. Un livre à mettre entre toutes les mains pour mieux comprendre les nouvelles luttes féministes et antiracistes d’aujourd’hui.

Après avoir fait ses armes – entre autres – chez Elle, France Inter et Canal + puis cofondé le studio Nouvelles Ecoutes et le podcast La poudre, la journaliste française Lauren Bastide poursuit sa lutte féministe en publiant un essai puissant, fluide et vivant aux éditions Allary.

Son ouvrage s’intéresse aux mécanismes de domination et d’invisibilisation à l’égard des femmes et constitue une démonstration implacable des dysfonctionnements de notre société dite "égalitaire".

 

Invitée ce mercredi 7 octobre dans "Le Mug", Lauren Bastide répondait aux questions de notre journaliste :

► Le discours féministe que vous tenez, qui demande un rééquilibrage des rapports hommes-femmes, suscite pas mal de critiques, notamment parfois de la part des femmes. Comment vous l’analysez ?

Le discours féministe a toujours été mal reçu. Depuis l’histoire du féminisme, les féministes doivent composer avec l’antiféminisme. L’antiféminisme est porté aussi bien par des hommes que par des femmes.

C’est très important de rappeler que les féministes ne luttent pas contre les hommes. Nous luttons contre le sexisme.

Et le sexisme c’est la chose la mieux partagée de la société : on le trouve chez les hommes et chez les femmes, quel que soit le milieu.

► On reproche souvent aux féministes de tenir un discours victimaire. Mais vous, vous écrivez dans votre livre que dire "Je suis victime" est un geste d’une puissance politique inouïe.

Bien sûr. Notre icône féministe aujourd’hui en France, c’est Adèle Haenel. Personne n’incarne mieux notre mouvement et nos revendications qu’elle. C’est une femme qui a eu le courage de dire qu’elle avait été victime d’actes pédocriminels de la part d’un réalisateur quand elle était adolescente. C’est ça, le courage. C’est ça, la force. Il y a un piège dans ce mot de "victime" parce qu’on a tellement intériorisé les schémas et les stéréotypes d’une société capitaliste où ce qui doit primer c’est la force, la réussite, l’invincibilité, la compétition… Sauf qu’en fait non ! Moi ce sont des valeurs que je conteste. Moi ce que je prône, c’est l’empathie, la bienveillance, la communication.

Dire "j’ai été flouée, quelqu’un m’a manqué de respect et j’exige réparation", c’est un geste très courageux.

Il faut se méfier des discours qui reprochent aux femmes de se victimiser, parce qu’ils contiennent eux-mêmes énormément de sexisme.

 

Retrouvez l’interview complète de Lauren Bastide ci-dessous :

Pour aller plus loin :

"Présentes" de Lauren Bastide aux éditions Allary

Le compte instagram de Lauren Bastide

Le podcast féministe "La Poudre" sur Nouvelles Ecoutes

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK