Le Mug

Il y a 50 ans disparaissait Janis Joplin, emblème du Flower Power

Janis Joplin, voix unique et irremplaçable, a brillé peu de temps mais a marqué à jamais son époque en incarnant l’une des premières femmes libérées. Ce 4 octobre, c’était les 50 ans de sa mort. Marc Ysaye revient pour nous sur son parcours.

Si Janis Joplin a marqué son époque un peu plus que les autres, c’est parce qu’elle a apporté des choses complètement nouvelles, explique Marc Ysaye.

Elle a une voix extrêmement maîtrisée, puissante, nuancée, une tessiture incroyablement étendue, un timbre de voix particulièrement rocailleux, complètement différent des styles folk, jazz des artistes blanches de son époque.

Ses thèmes sont aussi complètement différents, ils tournent autour de la souffrance, de la perte de l’autre.

Dès le début des années 60, elle va personnifier ce qu’on appellera le Flower Power et le son de San Francisco. Mais c’est surtout son style de vie, ses accoutrements et sa façon rageuse, déglinguée de s’exprimer qui vont bouleverser le monde du rock.

On va l’associer avec Jimi Hendrix, avec qui elle aura une courte relation amoureuse, très intense. Jimi Hendrix qui fera partie, avec Jim Morrison, Brian Jones, des premiers grands noms de cette liste du Club des 27. Elle les rejoindra peu avant son décès à l’âge de 27 ans. Tout au début, il y avait eu Robert Johnson, et plus tard Brian Epstein.


Une jeunesse rebelle

Janis Joplin a grandi au Texas, à Port Arthur. Au lycée, elle est inadaptée : elle lit, peint, ne fait pas de musique. "Moi, je n’avais pas la haine des Noirs", dira-t-elle plus tard. "Certains me narguaient et m’appelaient par des noms affreux : Pig, la cochonne, Freak, le monstre, ou Creep, l’effrayante"A l’université d’Austin, elle sera gratifiée du prix du 'garçon le plus moche', elle en sera extrêmement humiliée et y reviendra quelques jours avant sa mort pour montrer ce qu’elle est devenue.

Complètement libérée, rebelle, elle va inventer un nouveau style.

Elle va arriver à San Francisco vers 1964-1965, où elle fréquente le milieu branché et commence malheureusement très vite à consommer des amphétamines, puis de l’héroïne. Elle boit aussi énormément.

Elle va s’installer dans le quartier branché, où elle deviendra une icône, elle sera flambeuse, bisexuelle, ce qui est nouveau à l’époque. Parmi ses relations d’un soir, on compte Léonard Cohen, Country Joe McDonald, Jim Morrison, Kris Kristofferson, Eric Clapton,…


Succès et déclin

Janis Joplin fonde son premier groupe Big Brother and the Holding Company. Elle enflamme le Festival de Woodstock.

Puis, à partir de la fin 1969, les choses vont se gâter : sa consommation de drogue et d’alcool devient complètement délirante, elle fait plusieurs overdoses.

En juillet 1970, elle entame sa dernière tournée et à l’automne elle enregistre son dernier album, Pearl, avec un nouveau groupe, The Full Tilt Boogie Band. Le lendemain de l’enregistrement de Me and Bobby McGee, elle est découverte morte dans sa chambre d’hôtel, d’une overdose d’héroïne, deux semaines après la mort de Jimi Hendrix, qui l’avait extrêmement affectée.

Ecoutez Janis Joplin dans son célèbre Summertime de Gershwin !

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK