Le Mug

[DOCUMENTAIRE] 'L'école du changement', le premier pas vers une autre société

De plus en plus de voix s’élèvent pour penser l’école autrement. En septembre 2017, des professeurs passionnés ont réalisé leur rêve en ouvrant deux nouvelles écoles secondaires publiques à pédagogies actives, l’Ecole Secondaire Plurielle Maritime à Molenbeek et le Lycée Intégral Roger Lallemand à Saint-Gilles.

Focus sur ces écoles dans le documentaire 'L’école du changement', un film réalisé par Anne Schiffmann et Chergui Kharroubi.

_______

Des rêves de profs

Ce projet d’école secondaire à pédagogie active, publique et à Molenbeek, a tout de suite suscité l’intérêt d’Anne Schiffmann et de Chergui Kharroubi. Il s’intègre bien dans ce grand défi de faire quelque chose pour la jeunesse de Molenbeek, qui souffre d’un manque d’identité.

Le Lycée Intégral Roger Lallemand à Saint-Gilles, pour sa part, va encore plus loin dans le fait de casser les codes de l’enseignement traditionnel.

Ces écoles ne sont pas nées à l’initiative du pouvoir organisateur, mais d’enseignants qui se sont mis ensemble pour créer une nouvelle école.

"À la base, c’est des rêves de profs, explique Anne Schiffmann. Des profs qui travaillent chacun dans leur école d’enseignement traditionnel en secondaire et constatent qu’il y a des choses qui ne vont pas très bien, qui génèrent du mal-être : décrochage scolaire des élèves, on peut parler aussi de décrochage scolaire des profs.. . Et ils se sont dit : il faut qu’on change les choses et pourquoi est-ce qu’on ne le ferait pas, nous ? Pourquoi est-ce qu’on ne se lancerait pas nous-mêmes dans l’aventure d’une création d’école ?"


Que du plaisir

"Le plus marquant pour nous et pour l’équipe de tournage, c’est qu’on ne voit que du plaisir. Les enfants sont heureux de venir à l’école, les profs aussi. Dans les deux cas, c’est le plaisir qui les anime et on le sent.

Il y a là ce qui m’a manqué dans ma scolarité, c’est que les enfants ont la parole. Il y a beaucoup d’espace de parole et ce type d’approche règle pas mal de problèmes, constate Chergui Kharroubi. Un enfant le dit : on nous prend pour des grands, on a le choix de choisir."

Il n’y a pas de cours bien distinct de math, de français,… c’est une façon transversale d’aborder la matière, par modules thématiques à Saint-Gilles, par thèmes définis entre profs, avec l’avis des élèves, à Molenbeek.

Cela demande un énorme travail de préparation, et c’est cela qui constitue peut-être le revers de la médaille. Mais en même temps, il y a ce côté hyper motivant de travail d’équipe, ce vent positif que donne le travail collectif, tant pour les profs que pour les élèves, qui travaillent souvent en groupes.

"On sent chez les profs une forme de militantisme, c’est un engagement social pour eux : l’école est une base de la société et si on veut que la société change, cela ne peut commencer que par l’éducation", observe Chergui Kharroubi.

Quelques images en avant-goût et une rencontre avec les réalisateurs

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK