Le Mug

Découvrez sur Auvio notre sélection de documentaires noir, jaune, rouge

Pendant le confinement, la RTBF soutient les réalisateurs et les auteurs de documentaires belges, notamment par la création de la catégorie Documentaires noir, jaune, rouge, sur Auvio, qui propose des coproductions documentaires à retrouver pour une durée de 3 mois. Dans cette sélection, vous retrouverez entre autres Hazard Benteke, Burning out, Bureau de chômage, L’école du changement,…

Isabelle Christiaens, responsable coproduction documentaire, l’affirme : "En cette période de confinement, il est indispensable non seulement de proposer de nouvelles choses mais surtout de donner un bon coup de pouce aux auteurs de documentaires belges, pour qui la situation est difficile."

Il existe une école belge du documentaire, qui a commencé il y a de nombreuses années avec Faits Divers, puis avec Strip-tease, Tout ça ne nous rendra pas le Congo… Et encore aujourd’hui on peut dire qu’il y a une grammaire belge du documentaire, avec des réalisateurs de talent dont les films sont souvent sélectionnés dans les festivals à l’étranger, et souvent primés.

"A chaque fois que je vais dans un festival, on me dit : "Oh mais vous les Belges, vous à la RTBF, vous avez un je ne sais quoi de…"

Eh bien oui, je pense qu’on a toujours un je ne sais quoi qui est sans doute un peu différent de ce qu’on fait ailleurs, une certaine impertinence, une manière très créative de raconter les histoires. Oui, on a ça, ça c’est sûr."

Parmi d’autres, Isabelle Christiaens pointe pour nous deux films.


Les Justes Turcs

Le documentaire Les Justes Turcs, un trop long silence, de Laurence D’Hondt et Romain Fleury, s’intéresse à l’histoire méconnue des Turcs qui ont sauvé des vies de familles arméniennes pendant le génocide. Il est une incitation à ne pas haïr. Le sujet est extrêmement sensible, on vient de commémorer le 105e anniversaire du génocide arménien.

Il s’agit de la propre histoire du réalisateur, qui part sur les traces de son histoire intime, en Arménie.

Les descendants de ces Justes ont osé témoigner de leur histoire familiale, malgré les risques à parler encore aujourd’hui du génocide arménien.

2 images
. © Stéphanie De Smedt

Bus Campus

C’est un documentaire qui met en évidence une initiative qui emmène des jeunes issus de milieux défavorisés en bus, en visite à l’université.

"Stéphanie De Smedt a réalisé ce film, qui est très actuel, d’autant plus que nos enfants sont cloîtrés et que la crainte du décrochage scolaire est de plus en plus présente."

Il met en valeur l’importance de l’enseignement, l’indispensable intégration de toutes les communautés et son rôle d’ascenseur social. Il suit ces enfants d’une école du bas de Schaerbeek qui vont suivre des cours chaque samedi matin, et leurs parents, parfois perdus, parfois non, qui soutiennent leurs enfants alors qu’eux-mêmes n’ont souvent pas eu la chance d’aller à l’école.

Un docu riche, drôle, pertinent et révélateur de la société dans laquelle nous vivons.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK