Le Mug de l'été

Pierre Kroll - Sur les traces enneigées de Tintin

Ah ce que j'aimerais être vous, vous qui n'avez pas encore vu, lu, entendu ce classique culturel ! Que ce soit un livre, un film, une série, un album, un morceau, un monument ou un courant artistique, des artistes belges partagent leurs coups de cœur ! Pierre Kroll nous partage sa passion pour l'un des derniers albums de la mythique BD du globe-trotteur à la houpette toujours bien relevée !

Pierre Kroll nous propose ce matin une réflexion intéressante. Nous connaissons tous Tintin et peut-être avons-nous parcouru de nos 7 à 77 ans les vingt-quatre aventures du jeune reporter et de son chien Milou. Peut-être avons-nous voyagé en leur compagnie des confins de l’Egypte, en passant par les canyons des Etats-Unis, aux rues surveillées de la Bordurie jusqu’aux cratères de la lune ?! Mais si par oubli ou par malchance vous aviez oublié une aventure ? Et que celle-ci se déroulait en Asie sur les traces de l’abominable Homme des neiges ?

L'album le plus personnel d'Hergé

Hergé a toujours eu une affection particulière pour cette aventure. Au moment de sa conception, il traversait une période de profonde remise en question. Cette escapade tibétaine lui a permis d’exorciser certaines angoisses. Tintin devient en quelque sorte le réceptacle des émotions de son créateur. D’un naturel presque invincible, le héros laisse paraître des failles et des blessures. Tintin est ici en proie au doute. Un aspect de sa personnalité qui a rarement été mis en avant dans la série.

Le ton du récit contraste lui aussi des précédents tomes. L’expédition qui recèle bien des dangers ne comporte pas de véritable méchant et se caractérise par l’absence de complots et d’armes à feu. De plus c’est l’un des rares albums à laisser de côté toute forme de référence au contexte politique. Malgré l'intervention militaire menée par la Chine pour annexer le territoire, Hergé se détache de toute actualité pour se concentrer sur cette mission de sauvetage à haut risque. Loin d'être simpliste, cette quête prend une tournure spirituelle tout à fait passionnante, la montagne est un lieu symbolique du dépassement de soi. 

Une fiction crédible

Tintin au Tibet se focalise sur une expédition de sauvetage dans le toit du monde. Au moment de sa conception, tous les sommets de plus de 8000 mètres d’altitude (l'Himalaya et le Karakoram) avaient été explorés par les alpinistes les plus chevronnés au cours des années 1950. Hergé s’est lancé dans un très impressionnant travail documentaire, s’appuyant sur des photographies et des écrits pour retranscrire avec précision l’atmosphère de cette région du monde. Il ne s’agit pas seulement de dépeindre fidèlement les paysages. Il est aussi question de retranscrire la culture, la religion et les traditions tibétaines de façon crédible et authentique. Même l’élément le plus ouvertement fantaisiste de l’histoire n’a pas été conçu à la légère. Hergé s’est intéressé à imaginer l’apparence du Yéti sur des bases scientifiques. 

L'aventure préférée de Pierre Kroll

Pour toutes ces raisons, n'hésitez pas à replonger comme Pierre Kroll dans les pages de cet album au charme intact ! Cette période de confinement est la parfaite occasion de redécouvrir l’univers foisonnant d’Hergé.

Vous pouvez retrouver les dessins de Pierre Kroll sur son site pierrekroll.art. Le dessinateur est aussi chroniqueur dans " A votre avis ", chaque semaine sur La Une.