Le Mug de l'été

Marchlands : les 4 raisons pour lesquelles vous allez aimer cette série

Marchlands, une série dont l'intrigue principale est l'enquête autour de la disparition d'une enfant
Marchlands, une série dont l'intrigue principale est l'enquête autour de la disparition d'une enfant - © (C) ITV Plc

Avec cette quarantaine, c’est l’heure de binge watcher tout ce que vous n’avez jamais le temps de regarder en temps normal. Et ça tombe plutôt bien car, avec le Series Corner disponible sur Auvio, vous avez l’embarras du choix en termes de séries.

Stanislas Ide, chroniqueur du Séries Corner, a regardé Marchlands, et nous la conseille pour plusieurs raisons.

1. Une série d’horreur pas vraiment comme les autres

Marchlands, c’est une série sur une maison hantée, une série d’horreur donc, mais pas comme les autres. Trois familles se succèdent dans une même maison, à des époques différentes, et au milieu de ces trois occupations, une petite fille disparaît mystérieusement et vient hanter la maison dans laquelle elle a vécu.

2. Une série britannique à plus d’un titre

Marchlands, c’est une série à la patte très britannique : les personnages sont très bien dessinés et exploités. On peut aisément faire la comparaison avec des séries comme Fleabag, Sex Education, Downtown Abbey, Killing Eve, Peaky Blinders,…

Le gros point fort des séries britanniques, c’est que les réalisateurs savent quand il est temps de s’arrêter : Marchlands, c’est 5 épisodes, et c’est tout. On peut binge-watcher sans devenir un zombie pour autant.

3. Des codes qui se mélangent : thriller, fantastique,

Dans Marchlands, on assiste à un vrai mélange des codes : la maison hantée qui grince, la baignoire qui se remplit toute seule… On a les codes des films de maison hantée mais à côté de ça, on a aussi un ton très proche du thriller policier à l’anglaise. L’intrigue se passe dans un petit village avec ses secrets et ses non-dits, des liens entre les personnages se développent et ça dessine une enquête autour de la mort de l’enfant. Il y a un cachet très fantastique mais qui fait penser à des séries comme Broadchurch, une série policière qui n’a pas ce côté fantastique. Bref, le mélange des genres fonctionne très bien dans Marchlands.

4. Des flash-backs qui font tout

Le mécanisme du flash-back est lui aussi très présent dans cette série : on passe d’une époque à l’autre en permanence. Le plaisir du spectateur est décuplé par ce passage d’une temporalité à une autre parce que, si on a la possibilité de voyager dans le temps en tant que spectateur, ce n’est pas le cas des personnages qui, eux, restent ancrés dans leur époque.

 

De manière générale, le flash-back a la cote sur petit et grand écran. Souvent, ce mécanisme est utilisé pour raconter un souvenir ou un rêve. Par exemple, dans des séries très connues comme How I Met Your Mother ou Friends, le flash-back est utilisé pour revenir dans le passé et nous faire revivre des scènes de vie des personnages lorsqu’ils étaient plus jeunes. On se souvient tous, par exemple, de Rachel et Monica qui s’apprêtent à aller à leur bal de promo, sous le regard esseulé de Ross. Mais le flash-back, dans ces séries, reste assez classique.


 À lire aussi : quelles sont les séries à ne pas rater en 2020 ?


Dans Marchlands, le flash-back va beaucoup plus loin. Sans ce mécanisme, l’histoire ne serait plus du tout la même. En général, dans ces séries qui utilisent beaucoup le flash-back, il suffit de remettre toutes les scènes dans l’ordre chronologique pour se rendre compte que sans flash-back, l’intrigue serait beaucoup moins intéressante. C’est le cas de L.O.S.T., tous les personnages ont droit à leurs flash-backs, et ça amène à chaque fois des informations que les autres personnages n’avaient pas en leur possession. Au cinéma, ce mécanisme est aussi utilisé dans Pulp Fiction : on comprend à la fin que l’histoire n’a pas été racontée dans l’ordre chronologique. Et que si ça avait été le cas, on se serait ennuyé ferme…

Bref, pour toutes ces raisons, Marchlands est une série qui vous plaira. Cinq épisodes, ça va très vite. En une soirée, la série peut être bouclée. Et si la série ne vous tente pas plus que ça, rassurez-vous, vous trouverez forcément votre bonheur dans le catalogue du Séries Corner sur Auvio.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK