Le Mug de l'été

Bernard Yerlès - un amour indéfectible pour un créateur de génie : Gotlib

Ah ce que j'aimerais être vous, vous qui n'avez pas encore vu, lu ou entendu ce classique culturel ! Que ce soit un livre, un film, une série, un album, un morceau, un monument ou un courant artistique, des artistes belges partagent leurs coups de cœur ! Aujourd'hui le comédien Bernard Yerlès nous emmène dans le foisonnant univers d'un maître de la bande-dessinée !

Le confinement c'est aussi le bon moment pour se replonger dans les bandes-dessinées que nous connaissons par cœur ! Parmi les légendes du 9ème Art, il y a Marcel Gottlieb dit Gotlib, créateur de génie et auteur de plusieurs séries humoristiques comme Gai-Luron, Les Dingodossiers, Rhââ LovelySuperdupont et La Rubrique-à-brac. Son nom est indissociable de la bande-dessinée satirique. 

La reconnaissance au sein de Pilote

Après des débuts remarqués dans le journal Vaillant, Gotlib frappe à la porte de Pilote, l'hebdomadaire français qui occupe une place déterminante sur le marché de la bande-dessinée. Le jeune talent propose une histoire à Goscinny. Séduit par ses idées, le co-rédacteur en chef du journal et papa d'Astérix (avec Albert Uderzo) propose à Gotlib de collaborer sur une série au ton presque journalistique mais avec un esprit humoristique. Gotlib se charge du dessin et Goscinny s'occupe des scénarios. Les Dingodossiers sont nés. Ce recueil de planches se veut une satire de la société française d'alors (c'est le milieu des années 1960) en privilégiant un contenu plutôt court et sans personnages récurrents. Mais très vite, Goscinny n'a plus le temps de s'occuper de la série, le succès du petit Gaulois l'oblige à réaménager son temps de travail. Toutefois, il encourage Gotlib a poursuivre l'aventure et à écrire ses propres histoires. Désormais seul aux commandes, le bédéiste renomme la série par respect pour son mentor. Les Dingodossiers laissent place à La Rubrique-à-brac où l'on croise Isaac Newton, la coccinelle, le professeur Burp et le commissaire Bougret. Cette suite spirituelle creuse encore plus le sillon de l'humour iconoclaste et parodique, véritable marque de fabrique de son auteur. 

Vers de nouveaux horizons avec L'écho des savanes et Fluide glacial

Au tournant de Mai 68, le style graphique de Gotlib évolue, ses planches dépouillées se font plus denses. Sa liberté de ton et son humour irrévérencieux tranchent quelque peu avec la ligne éditoriale de Pilote. En 1972, entouré de Claire Bretécher et de Nikita Mandryka, il lance L'écho des Savanes, un journal underground qu'il considère comme un véritable exutoire. Tous les sujets interdits dans Pilote comme le blasphème, la violence ou le sexe sont abordés sans tabou. Le trimestriel contribue à rendre la bande-dessinée française plus mature et plus adulte. 

En 1975, après quelques luttes intestines au sein de la rédaction de L'écho, Gotlib quitte la publication et fonde Fluide Glacial, devenu au fil du temps un vivier de talents :  Christian Binet et sa fameuse série Les Bidochons, Blutch, Franquin y développe ses Idées noires  et plus récemment, Riad Sattouf a imaginé dans les pages du périodique son héros fétiche Pascal Brutal. L'humour du périodique est caractérisé par un ton décapant et décalé. Occupé à temps plein par le magazine, Gotlib délaisse peu à peu ses crayons pour se consacrer essentiellement à la rédaction de l'éditorial. 

Ce grand monsieur s'est éteint en 2016 à l'âge de 82 ans. Il laisse derrière lui une oeuvre d'une inventivité inégalée, remplie de personnages inoubliables. Il a insufflé un esprit de dérision très singulier dans la bande-dessinée européenne. 

Bernard Yerlès nous raconte sa passion pour Gotlib

Le comédien retrouvera bientôt Julie Depardieu dans la saison 2 d’Alexandra Ehle. Sur Auvio, vous pouvez aussi revoir sa balade bruxelloise dans le cadre de l’émission " Stoemp, Pèkèt... et des rawettes ". Ne manquez pas son émouvant message à propos des personnes âges confinées dans des maisons de repos et de soins. 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK