Entrez sans frapper

Serge Gainsbourg et la littérature : décryptage en quelques questions

On a étudié beaucoup de choses sur la vie de Serge Gainsbourg mais peu l’influence de la littérature dans sa vie et dans son œuvre. Quelles sont les influences conscientes ou inconscientes de Serge Gainsbourg ? On en parle avec la journaliste française Chloé Thibaud, qui publie "En relisant Gainsbourg" (Bleu Nuit Éditeur).

Il était notre Baudelaire, notre Apollinaire. Par son amour de la langue et son génie musical, il a élevé la chanson au rang d’un art qui témoignera de la sensibilité d’une génération.

François Mitterrand

Les deux livres qui ont « fondé » Serge Gainsbourg

Gainsbourg, c’est un homme du 19e siècle. Il cite sans cesse les mêmes auteurs : Charles Baudelaire, Arthur Rimbaud, Benjamin Constant ou Gustave Flaubert

⇒⇒⇒ Le livre qui a fondé Gainsbourg c’est "A REBOURS de Joris-Karl Huysmans"

Il l’a revendiqué toute sa vie. C’est un livre où il ne passe rien. C’est un dandy qui observe ce qu’il y a autour de lui. Cela l’a beaucoup inspiré. Gainsbourg a même reconstitué ce style " dandy " dans l’aménagement de son appartement rue de Verneuil à Paris.

⇒⇒⇒ Deuxième livre qui a foncé le personnage, c’est "Adolf" de Benjamin Constant. C’est le texte romantique par excellence où l’on croise des hommes mal aimés ou malheureux en amour.

⇒⇒⇒ Edgard Allan Poe a aussi une grande importance dans sa vie. L’auteur utilise ce que l’on appelle des double ganger. Des sortes de doubles maléfiques. C’est, probablement, ce qui a donné à Serge Gainsbourg l’idée de créer le personnage de Gainsbarre.

L’influence de la littérature sur les textes de Gainsbourg

Au début de sa carrière, Gainsbourg va adapter des poèmes classiques. Il va adapter Hugo, Gerard de Nerval.

Il reprendra, même, in extenso. " Le serpent qui danse " de Charles Baudelaire. Il renommera la chanson " Baudelaire "

Déjà à l’époque, il fait de la provocation. Il décale la musique et le texte. C’est ainsi, par exemple, qu’il fait un rock à partir d’un poème de Nerval ou un Cha Cha à partir de textes de Baudelaire.

Déjà à ce moment, il manie le double sens. Le serpent de Baudelaire devient un objet à connotation sexuelle.

Gainsbourg et le name dropping

Il lâche ainsi régulièrement ses références. On va ainsi retrouver des noms de ses auteurs fondateurs.

On va le retrouver, par exemple dans Ford Mustang :

Gainsbourg et l’innutrition

C’est un procédé d’écriture qui consiste à s’inspirer de ses lectures ou de ses inspirations.

Il s’inspirait de textes qu’il avait lus. Et peut-être involontairement, il copiait.

Certains puristes diront que ça s’apparente à du plagiat. Mais le procédé n’est pas nouveau. Les poètes de La Pléiade utilisaient déjà ce procédé.


►►► A lire aussi : notre dossier Serge Gainsbourg


 

Un exemple flagrant : "Je suis venu te dire que je m’en vais"

Le poème : Chanson d’automne de Paul Verlaine

 

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

La chanson

Il se sentait tout petit par rapport aux auteurs mais…

Serge Gainsbourg n’arrêtera jamais de citer ses auteurs préférés mais il se disait peu doué pour l’écriture.

Tous mes textes ne sont que des collures. Je n’ai pas d’idées…

Dans une émission de Bernard Pivot, il avait eu une altercation avec Guy Béart. Il lui avait dit que les chanteurs n’étaient pas des poètes et que la chanson était un art mineur. Mais dans la même émission, il affirmait que certains de ses textes ont approché Rimbaud.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK