Entrez sans frapper

Sebastião Salgado : " Le coronavirus risque d'entraîner l'extinction des tribus indigènes d'Amazonie"

Sebastião Salgado : " Le coronavirus risque d'entraîner l'extinction des tribus indigènes d'Amazonie"
Sebastião Salgado : " Le coronavirus risque d'entraîner l'extinction des tribus indigènes d'Amazonie" - © Tous droits réservés

Le célèbre photographe franco-brésilien Sebastião Salgado et son épouse Lélia Wanick Salgado lancent un cri d’alerte pour presser le gouvernement du président brésilien Jair Bolsonaro à protéger les communautés autochtones. Les Indiens d’Amazonie sont particulièrement vulnérables à l’heure où le pays est fortement touché par la pandémie.

L’appel mondial a déjà rassemblé plus de 200.000 signatures parmi celles de Paul McCartney, Sting, Patti Smith, Pedro Almodóvar, Juliette Binoche, Ai Weiwei, Oprah Winfrey. Cette action que vous pouvez retrouver à cette adresse est née sous l’impulsion du photographe activiste et humaniste, Sebastião Salgado. Né au Brésil, cet homme que rien ne destinait à la photographie, a débuté sa carrière dans la finance. Le déclic est venu en 1973, quand il abandonne tout pour se consacrer pleinement à sa passion de la pellicule argentique. Il va passer par les plus grandes agences : Sygma, Magma et Magnum. Salgado s’intéresse principalement aux gens qui vivent dans des conditions très difficiles : les migrants, les mineurs, les victimes de la famine. Sur près de 50 ans, ses reportages l’ont amené à se déplacer à travers le monde, souvent dans les pays en guerre comme le témoignent ses photos tétanisantes au Rwanda durant les premiers jours du génocide. Une œuvre pour la défense des droits humains caractérisée par une utilisation très personnelle du noir et blanc avec une large gamme de gris. La nature est également au cœur de ses recherches avec le projet GENESIS. Rappelons aussi que Wim Wenders lui a consacré un film, " Le Sel de la Terre " sorti en 2014.

La pandémie du Covid-19 est une menace extrême pour la survie de ces communautés autochtones

Dans la continuité de son engagement pour la protection des minorités et de l’environnement, le photographe entend bien éveiller les consciences sur un drame qui se joue sous nos yeux. " La population indigène au Brésil est très grande. L’espace amazonien où vivent ces tribus représente environ huit fois la surface de la France. Cet immense territoire et ses occupants sont en dangerLe gouvernement brésilien a enlevé les filtres qui limitaient l’accès à la forêt amazonienne et aux communautés indiennes ". Le pays est aujourd’hui très fragilisé par l’épidémie avec un bilan qui dépasse les 12.000 décès. " Nous assistons à une vraie invasion des territoires par des orpailleurs, des exploitants forestiers, des sectes religieuses et des fermiers. Autant de personnes susceptibles d’amener le coronavirus ". Par conséquent, le risque de contamination devient très important.

Du fait de leur isolement, ces peuples n’ont pas de défenses immunitaires pour les protéger de maladies venues de zones extérieures à leur écosystème.

 Nous devons prendre conscience que le Covid-19 risque d’entraîner la disparition de ces tribus. " C’est pour cette raison que nous avons lancé cette pétition. L’objectif est de s’adresser au gouvernement, pas seulement au président de la République, mais aussi aux leaders du Congrès et au pouvoir judiciaire. Ils ont la capacité de mettre en place une force d’intervention pour empêcher l’arrivée de ces envahisseurs ".

Jair Bolsonaro, le président qui tourne le dos aux minorités

Les 300.000 Indiens qui vivent en Amazonie sont plus que jamais menacés. Cependant, loin de baisser les bras, Sebastião Salgado se montre confiant. " J’ai un grand espoir que ça aboutisse. Mais il ne faut pas oublier que c’est un combat qu’il faut mener contre un gouvernement profondément réactionnaire qui n’en a cure de ces communautés indiennes et encore moins de la forêt amazonienne ". Le photographe dénonce les actions mises en place par le président Bolsonaro, à la tête du Brésil depuis janvier 2019. Ce dernier s’est empressé de relancer la déforestation et favorise une politique d’intense exploitation agricole au détriment de l’écologie et de la préservation des territoires indigènes.

Une vie passée sur le terrain à témoigner du drame humain

Ce maître des images a toujours essayé d’exprimer à travers ses clichés une prise de conscience sur les tragédies humaines et environnementales de notre ère. Sa photographie documentaire l’a amené à mettre en lumière grâce à son objectif des crises qui ne sont pas sans rappeler celle que nous vivons aujourd’hui comme lors de ses reportages en Afrique où le choléra provoquait la mort de milliers de personnes. Plus que jamais, il est temps de prendre conscience des enjeux qui pèsent sur nos épaules dans un monde globalisé et subitement forcé d’être à l’arrêt.  Cet observateur attentif de l’homme dans son élément s’interroge à son tour sur les conséquences du virus sur nos sociétés : " Nous avons oublié d’investir dans l’essentiel. Les coupes budgétaires s’opèrent dans les ressources liées au bien-être des populations : la santé, l’éducation, la culture. Les gouvernements engloutissement des dépenses incroyables pour la défense militaire au détriment des hôpitaux. Il faut se recentrer sur l’humain au cas où d’autres maladies aussi graves viendraient à nouveau nous frapper comme le coronavirus ".

Retrouvez Sebastião Salgado en entretien avec Jérôme Colin dans " Entrez sans Frapper " :