Entrez sans frapper

Philippe Labro : "Trump est capable de déjouer tous les pronostics, même à l'heure où le bilan joue en sa défaveur "

Philippe Labro : "Trump est un très grand communicant capable de déjouer tous les pronostics, même à l'heure où son bilan joue en sa défaveur "
Philippe Labro : "Trump est un très grand communicant capable de déjouer tous les pronostics, même à l'heure où son bilan joue en sa défaveur " - © Tous droits réservés

Journaliste, écrivain, réalisateur, parolier et homme de médias, Philippe Labro a suivi tout au long de sa carrière de très nombreuses campagnes électorales américaines. Ce spécialiste des Etats-Unis a couvert beaucoup de sujets autour des figures qui se sont succédées dans le bureau ovale. L’imminente bataille présidentielle de 2020 sera à juste titre sans précédent, eu égard de la crise sanitaire qui a plongé le monde entier dans l’angoisse et l’incertitude.

Une course présidentielle sous haute tension à l’heure du drame national

Dans un peu plus de 150 jours, le 3 novembre prochain, les Américains auront rendu leur verdict. Qui siégera pour quatre ans aux commandes de la première puissance économique mondiale ? Si toutes les campagnes électorales sont uniques, celle-ci se déroule dans un contexte plus que particulier. Le Covid-19 a révélé aux yeux du monde les faiblesses de l’Amérique et de son président. Particulièrement touchés par l’épidémie, les Etats-Unis comptent à ce jour plus de 75.000 décès. Un autre élément est également à prendre en considération : " Ce n’est pas une élection, c’est une réélection. Trump est déjà au pouvoir, ne l’oublions pas. Il est ce qu’on appelle un "incumbent" qui brigue son second mandat. Il est déjà en place et ça change un peu la donne. " Sa personnalité est comme souvent dans l’histoire, à l’opposé de son adversaire, le candidat démocrate Joe Biden. " Pour employer une image, toutes les élections présidentielles américaines ont démontré que pour un Racine il y a un Corneille, pour un Anquetil il y a un Poulidor et pour un Belmondo un Delon. A chaque fois les différences sont bien marquées " remarque avec une pointe d'humour Philippe Labro. 

Donald Trump, we are watching you

La force de 45ème président réside dans son aisance à occuper tout l'espace médiatique. " C’est un très grand communicant " souligne l'invité.

Trump est un immense acteur de téléréalité. Il considère ses conférences de presse à la Maison-Blanche comme un show. 

Il parle de ses chiffres et compare son audimat. " Il est très fort mais d’un autre côté, il s’est montré tellement imprévisible, ignare et ignorant, et parfois d’une maladresse indécente comme lorsqu’il a suggéré d’injecter dans le corps humain des produits désinfectants pour tuer le virus. " Une petite phrase lourde de conséquences. Aujourd’hui les républicains paniquent. Ses apparitions permanentes et sa déformation systématique de l’information peuvent à terme nuire au leadership de celui qui se définit comme intouchable. De quoi susciter une certaine lassitude auprès du public américain.

Quel scénario envisager à 6 mois du jour J ?

Selon l'ex-grand reporter pour France-Soir, l’intérêt des sondages est à l’heure actuelle parfaitement accessoire. C’est une indication de l’instant T qui aura un véritable intérêt dans quelques mois, entre la mi-août et début septembre. Le coronavirus peut-il faire tomber Trump ? Celui qui base tout son bilan sur l’économie subit un revers conséquent. Plus de 30 millions d’Américains sont au chômage, les files pour les banques alimentaires ne cessent de s’allonger et le rêve américain se fissure à mesure que le bilan s’alourdit. Cette crise risque de contrecarrer sa stratégie de campagne. Philippe Labro tient toutefois à ne pas sous-estimer celui que l’on voit déjà comme le Président déchu. " Il est tellement habile et malin, il peut se servir de n’importe quel chiffre et de n’importe quel événement pour le retourner en sa faveur. Toute la question repose sur sa base électorale : l’homme blanc du Midwest et du sud. Ces gens-là le soutiennent toujours. Ce sont les revanchards dont Trump est le porte-parole. Ils n’ont jamais digéré les deux mandats d’Obama. Ils sont convaincus qu’il est l’homme fort dont ils ont besoin. Néanmoins cet homme fort a démontré ses faiblesses, ses manques et ses erreurs inouïes. Ça influence tout de même le point de vue de l’électeur moyen pro-Trump ". Il y a une marge au sein de l’électorat républicain qui pourrait basculer dans le giron de Joe Biden. 

Joe Biden, le candidat qui doit encore faire ses preuves

Autre répercussion liée aux mesures de confinement, Joe Biden est presque absent de la scène médiatique. Pour l’instant, sa télégénie est plutôt médiocre et Trump se moque de lui régulièrement. Très en avance dans les sondages il y a encore quelques semaines, le candidat démocrate a vu l’écart se resserrer entre lui et Trump. Pourtant, l'ancien vice-président de Barack Obama peut s’appuyer sur un socle important d’électeurs potentiels : les Hispaniques et Latino-Américains, les Afro-Américains et une partie de la jeunesse américaine. Mais a-t-il assez de force pour fédérer ces différents groupes ? " Biden devrait donc prochainement être officialisé comme le candidat démocrate et surtout il devra dévoiler le nom de son vice-président, qui sera certainement une femme et peut-être une femme afro-américaine ". Philippe Labro évoque quelques-noms comme Stacey Adams, Kamala Harris ou encore Amy Klobuchar.

Il est très possible que Biden souhaite avoir à ses côtés une représentante de la communauté afro-américaine.

Sa décision ne devrait pas tarder à tomber. Il faut s’attendre encore à beaucoup d’événements. La situation peut-elle faire basculer les enjeux de l’élection présidentielle ? Comme le rappelle le journaliste : " A l’heure actuelle, nous sommes tous face à cet éternel cliché qui consiste à dire que pour l’instant, nous ne pouvons rien prévoir ! ". Vu le caractère déroutant de l’actuel président, ce n’est pas très étonnant ! 

Retrouvez Phillipe Labro en entretien avec Jérôme Colin dans " Entrez sans Frapper " :

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK