Entrez sans frapper

Pascal Picq : " Le Coronavirus cogne partout où ça fait mal "

Paléoanthropologue de renom et conférencier au Collège de France, Pascal Picq étudie l’évolution humaine depuis le début de sa carrière. Ce darwiniste convaincu éclaire notre lanterne et pointe notre responsabilité dans cette pandémie inédite.

Parler de nos ancêtres, raconter les débuts de l’homme sur terre, c’est son travail. Sa mise en perspective en regard de notre contemporanité en fait aussi partie. Pascal Picq analyse notre présent à l’once du passé et il a de bonnes raisons de craindre le pire pour les années à venir. D’ici quelques décennies, nous ferons face à un accroissement de la population mondiale. Alors que nous sommes bientôt 8 milliards sur cette planète, qu’en sera-t-il lorsque nous passerons à 10 milliards d’individus ? Sur un territoire non extensible, ça fait du monde. Beaucoup de monde. Et autant de vecteurs de transmission. 

Évoluer avec les virus

Dans la crise sanitaire inédite que nous traversons, dire que la nature se venge est quelque peu simpliste. Depuis la nuit des temps, l’humanité est confrontée à des virus ou des agents pathogènes susceptibles de nous contaminer. Nous cohabitons en permanence avec des bactéries et des micros organismes en tous genre. Résister ou trépasser, c’est le principe même de l’évolution du vivant.

Aujourd’hui avec la circulation frénétique des biens et des personnes, Pascal Picq affirme qu’un virus fait le tour du monde en 18 heures. De quoi s’inquiéter vivement. Mais aussi et surtout, l’occasion de remettre en question nos modes de vie et nos comportements.

" Plus une espèce a du succès, plus elle cause de gros problèmes liés à cette réussite ".

L’Homo Sapiens, grand vainqueur de l’évolution des espèces courre à sa perte. Et ce sans même soupçonner qu’il nuit à sa propre survie. Pour notre invité, l'épidémie de coronavirus est la conséquence de l'hyperactivité humaine. Le triomphe du libéralisme économique, la mondialisation du commerce, la consommation outrancière, l’urbanisation massive, le développement du tourisme aux quatre coins du globe ont indéniablement détérioré les écosystèmes. Selon lui, il est nécessaire de concevoir l'humanisme non en opposition mais en harmonie avec le bien-être animal et le respect des écosystèmes.

" Nos sociétés ne savent plus ce qu’est la mort " 

L’auteur de " Sapiens face à Sapiens ", son dernier essai paru chez Flammarion en 2019, nous rappelle qu’avec les progrès de la médecine nous nous croyons invincibles depuis plus d’un demi siècle. Nous pensions à tort que " nous étions affranchis de tous les mécanismes de sélection naturelle ".

Nos ainés meurent sans la présence réconfortante de leurs proches. " Tout ce qui existe entre la naissance et la mort est au cœur du fondement des sociétés humaines et ceci est complètement perturbé par ce satané virus " souligne Pascal Picq.

Dans ce contexte particulier, comment faire le deuil de nos morts sans un dernier hommage, sans aucune cérémonie in situ possible ? Pas simple. La technologie par écrans interposés offre une solution temporaire.

"  Ce virus cogne partout où ça fait mal "

Ce spécialiste des grands singes épingle également les inégalités sociales en matière de soins de santé variables selon les politiques des pays. En regard des États-Unis, l’Europe est plutôt bien lotie. Il n’empêche que nos petites mains, des caissières aux infirmiers, des pompiers aux livreurs, celles de tous ceux qui s’exposent en première ligne ne sont pas valorisées. Puisse l’avenir y remédier.

Pascal Picq insiste aussi sur l’importance de ce lien social qui nous unit : "  J’espère que ce que nous payons à un prix très cher va nous permettre de repenser l’intensité des relations sociales car nous avons besoin de communication, de contact avec les autres ". L’homme est un animal social et grégaire. Et Picq d’ajouter : " Il va falloir repenser la manière d’être beaucoup plus collectif ".

Le chantier est ouvert. A nous de jouer !

 

Retrouvez Pascal Picq en entretien avec Jérôme Colin dans " Entrez sans Frapper " :

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK