Entrez sans frapper

Collapsologie : notre monde va t-il changer ou disparaître ?

Réchauffement climatique, extinction de centaines de milliers d’espèces, pollutions globales, guerres de l’eau et d’autres ressources, migrations massives… tous ces dangers convergent et se démultiplient en un péril unique que certains ont commencé à envisager : celui d’un effondrement global de la civilisation. Laurent Aillet auteur du livre "Collapsus : Changer ou disparaître ? Le vrai bilan sur notre planète" tente de faire le point sue ces notions de collapsologie. Notre société va t-elle s’effondrer ?

 

La Collapsologie, c’est quoi ?

La collapsologie c’est l’étude de tous les phénomènes qui pourraient mener à l’effondrement de la société dans laquelle nous vivons.

Il est urgent d’étudier la possibilité d’un effondrement

 

C’est une notion qui s’est répandue comme une trainée de poudre. On n’est pas obligé d’y croire. Certains experts estiment que notre monde devrait survivre. Mais pour l’auteur, l’état de lieux de notre société est inquiétant.

Il faut savoir, par exemple, que lorsque l’on parle de biodiversité aujourd’hui, la situation est alarmante. Les scientifiques estiment que nous sommes à l’aube de la 6ème extinction massive.

"Il est bon de rappeler que certaines extinctions de la vie sur terre ont fait disparaitre 90% de ce qui vivait dans les océans."

 

Pourquoi trouve t-on de l’argent pour la crise du Covid-19 et pas pour la transition écologique ?

 

En ce moment, on voit nos gouvernements créer de la dette pour s’en sortir et pour amortir les conséquences de la crise sanitaire actuelle. Mais il reste toujours une question cruciale, c’est la question du climat. Pourquoi les deux crises ne se rencontrent-elle pas ?

Laurent Aillet explique : "Quand on crée de la dette pour faire face à la crise du Coronavirus, on veut sauver ce que l’on est et on veut continuer à faire ce que l’on fait. Pour sauver le climat c’est l’inverse, il faudrait arrêter ce que l’on fait. On veut de plus en plus de maitrise du monde et de plus en plus de confort. Et donc, on crée du gaz à effet de serre. "

Sommes-nous prêts à investir pour mettre ce nouveau monde en place ?

L’auteur avertit. Il est très difficile de bouger et de sortir de sa zone de confort. Notre société est globalisée et interconnectée, cela rend les changements très difficiles.

Il faut être en difficulté pour bouger

Mais la force de la pandémie actuelle est de montrer nos faiblesses.

"C’est extraordinaire de penser que nous aurions des masques sous le coude avec des usines prêtes à produire et qui seraient là à attendre de nous livrer dans tous les pays du monde en même temps."

Cela nous montre combien on est nu et fragile face à une perturbation. Il faudra repenser tout cela.

Les citoyens peuvent-ils agir ?

Les pessimistes nous prédisent déjà que le monde d’après sera probablement le monde d’avant peut-être même en pire. Nous, les citoyens, pouvons-nous agir ?

Le livre donne une série de pistes. Sans rentrer dans les détails, il nous donne deux axes de réflexions :

  • Regarder la réalité en face : recoupons les différentes infos qui nous parviennent et soyons réalistes.
  • Devenir un peu plus écocitoyen : des gens essaient de vivre avec une empreinte environnementale minimale. Des études ont montré que c’était 25% de la solution.

"C’est aussi une manière de faire bouger les autres. Si vous ne prenez plus l’avion, ça va demander aux compagnies aériennes de repenser leur modèle.

 

La question que nous devons nous poser : quelle partie de notre vie actuelle sommes-nous prêts à abandonner pour faire face à ce nouveau monde ?

 

Le capitalisme finira-t-il son œuvre ?

Laurent Aillet ne veut pas prendre une position définitive sur le sujet. Selon lui, la question du capitalisme est la forme et la qualité de ce capitalisme.

Il devra se réformer parce qu’il est basé sur une réalité :

Quand les gens dans ces sociétés, lorsqu’ils n’auront plus de nourriture sur leurs tables, ils devront changer de métier…

Pour aller plus loin

Laurent Aillet (avec Laurent Testot)

"Collapsus : Changer ou disparaître ? Le vrai bilan sur notre planète"

Paru en février 2020 chez Albin Michel.

En quelques mots

Première grande synthèse sur cette question d’urgence, quarante spécialistes de toutes disciplines nous livrent ici le fruit de leurs travaux – les philosophes Dominique Bourg et Christian Godin, l’agronome Pablo Servigne, les historiens Jean-Baptiste Fressoz et Valérie Chansigaud, le militante écologiste Lamya Essemlali et la femme politique Delphine Batho, l’ingénieur Philippe Bihouix, la juriste Valérie Cabanes, le biologiste Pierre-Henri Gouyon, le journaliste Stéphane Foucart, l’économiste Gaël Giraud et tant d’autres. Sous la direction du journaliste Laurent Testot et de l’expert en risques Laurent Aillet, Collapsus dresse un état des lieux et nous aide à comprendre les dynamiques en cours afin d’engager nos choix citoyens. Une quarantaine d’auteurs experts et militants pour l’ouvrage de référence sur la collapsologie.