Décadrages

[SERIE VIDEO] Les Enfers d’Henri-Georges Clouzot

"Il y a un mystère Clouzot qui le ramène sans cesse au même point : la recherche d’une forme idéale, une forme que l’artiste pourrait maîtriser totalement et qui deviendrait la figure même de la vérité." Décadrages vous propose une série vidéo en 3 épisodes sur le cinéaste Henri-Georges Clouzot, avec l’éclairage de l’historienne du cinéma Chloé Folens.

Fils de libraire, Henri-Georges Clouzot officie, début des années 30, comme journaliste, chansonnier. Il écrit des livrets pour des opérettes et réalise un court-métrage, avant de se rendre à Berlin comme réalisateur des versions françaises de films de la UFA. C’est là qu’il fait la connaissance de Fritz Lang et d’Anatole Litvak, d’où, sans doute, l’influence évidente de l’expressionnisme du cinéma allemand dans ses films à venir.

Atteint de tuberculose, il devra s’isoler en sanatorium de 1934 à 1938. De retour à Paris, il sera scénariste d’une vingtaine de films réalisés entre autres par Carmine Gallone, Jacques de Baroncelli, ou encore Anatole Litvak.

A partir de 1941, Clouzot écrira deux scénarios pour la 'Continental' (société de production cinématographique française financée et dirigée par l’occupant allemand) : Le Dernier des Six, de Georges Lacombe (1941) et Les Inconnus dans la maison, d’Henri Decoin (1942), avant de passer lui-même à la réalisation d’une quinzaine de films (dont un film à sketches et deux films inachevés), entre 1942 et 1968 :

L’assassin habite au 21, Le Corbeau, Quai des Orfèvres, Manon, Le Salaire de la peur, Les Diaboliques, Le Mystère Picasso, Les Espions, La Vérité, La Prisonnière.

7 images
© --
© --
© --
© --

Henri-Georges Clouzot sera condamné, à la libération, à deux ans d’interdiction d’exercer son métier suite à son passage par la Continental et à 'l’affaire du Corbeau' (considéré par certains comme un film pro-allemand ayant pour vocation de décrire les tares de la nation française).


Le mystère Clouzot

Pour l’historienne du cinéma Chloé Folens, derrière la réputation de raconteur d’histoires efficace, " il y a un mystère Clouzot qui le ramène sans cesse au même point : la recherche d’une forme idéale, une forme que l’artiste pourrait maîtriser totalement et qui deviendrait la figure même de la vérité. Cette forme est déjà présente, comme une obsession lancinante, dans le cinéma soi-disant classique qui l’a rendu célèbre. "

Par ailleurs, Clouzot engage, en général, de grands acteurs (Jouvet, Fresnay, Meurisse, Bardot…) mais il ne supporte pas que ces acteurs et actrices puissent décider de comment interpréter leur rôle.
Selon ses propres termes, " il ne demande pas aux acteurs de penser ".

Dès lors, sa réputation de réalisateur tyrannique et exigeant se confirme. Il fait tout ce qu’il estime nécessaire pour que la tension transparaisse sur le plateau.

 

Enfin, l’approche esthétique de l’œuvre de Clouzot ne peut que s’enrichir d’une approche biographique.

En effet, si ses thèmes fétiches sont présents dès ses premiers films (la mort, l’hypocrisie bourgeoise et provinciale, la médiocrité, le clergé), ils renvoient le plus souvent à la propre vie de Clouzot et, singulièrement, à sa relation, faite d’amour fou, de jalousie et de cruauté, avec sa première femme, Vera Clouzot.

Découvrez ici les 3 vidéos sur Henri-Georges Clouzot
et retrouvez la série dans "Un Jour dans l’Histoire", sur La Première,
les mardis 10, mercredi 11 et jeudi 12 novembre.

Chloé Folens, l’invitée et narratrice de Décadrages

Après s’être formée à l’École normale supérieure (Paris) et à l’Université Denis Diderot (Paris VII), où elle se spécialise en histoire et en théorie du cinéma, Chloé Folens sera lectrice de langue française à l’Université de Yale. Elle fera également un Service Civique au Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), où elle étudiera notamment le rapport d’Henri-Georges Clouzot à l’expérimentation et aux avant-gardes.

Actuellement doctorante à l’École nationale des Chartes, Chloé Folens est l’autrice de deux ouvrages :

  • Le mystère Clouzot, paru aux Editions Lienart et de la Cinémathèque française, Paris, 2017
  • Les Métamorphoses d’Henri-Georges Clouzot, paru dans la Collection Cinéma des Editions Vendémiaire, Paris, 2017
     

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK