Yvon Sondag, des Ardennes au Gran Chaco

Une manifestation pour les femmes QOM aborigènes du nord de l'Argentine
12 images
Une manifestation pour les femmes QOM aborigènes du nord de l'Argentine - © AMINTO

Ce dimanche, Adrien Joveneau et son équipe vous emmènent en Argentine, ce vaste territoire aux mille paysages qui traverse toute l’Amérique Latine à la rencontre d’un destin incroyable, celui de Yvon Sondag. Nous irons ensemble sur les traces de cet aventurier belge qui a quitté sa terre natale dans les années 60, en rupture avec une société en plein dans son boom économique des "trente glorieuses". Yvon Sondag nous emmènera également à la rencontre de son fils, Aminto, né d’une mère indienne, Mayoolé, rencontrée dans l’immense forêt du Gran Chaco, l’impénétrable.

Avant de se plonger dans ces récits passionnants, coup d’œil sur cet homme de combats, Yvon Sondag et rencontre avec son fils, Aminto, lui qui a décidé de faire un retour aux sources il y a quelques années et est retourné vivre sur ses terres d’origine, dans le Gran Chaco.

Des Ardennes à l’impénétrable Gran Chaco

De son enfance dans "un village gaulois" à ses combats pour préserver la communité des Tobaq-qom, une vieille tribu de la forêt du Chaco en Argentine, Yvon Sondag se décrit lui-même comme un "donneur de leçon". Les premiers épisodes de sa vie se passent entre deux cours d’eau, dans la petite commune de Habay, en province du Luxembourg. De cette période, il garde une certaine fierté, celle d’être ardennais mais aussi un peu de la Gaume voisine. Puis viendra la deuxième guerre mondiale et le service militaire qu’il exècre et fuit… De l’hôpital psychiatre d’Anvers qu’il fréquente pour ne pas fouler le champ de bataille, il prend la mer et vogue vers d’autres terres, celle de l’Amérique du Sud.

En 1967, à bord d’un cargo, il fait la grande traversée durant trois semaines et débarque à Buenos Aires. Commence alors un périple qui le verra traverser de nombreux pays du continent en tant que journaliste freelance, se faisant expulser ci et là des différentes dictatures qu’il égratigne. Parmi les pays dans lesquels il va rouler sa bosse, on retrouve le Chili, le Pérou, l’Equateur, la Bolivie et même les Caraïbes. Malgré une confrontation difficile avec les dictatures militaires de l'époque, Yvon Sondag développe une fascination pour le monde indien. Un monde qu’il découvre après avoir franchi la frontière bolivienne vers la forêt du Gran Chaco. Cette mystérieuse forêt sera alors le théâtre de l’un des plus grands combats de sa vie : celui pour la sauvegarde de la forêt et du peuple des Tobaq-qom.

La suite de cette longue histoire, c’est ce dimanche dès 9h sur la première ou à travers le livre "Exilés sur la terre des hommes", le récit autobiographique d’Yvon Sondag qui vient de paraître aux éditions harmattan.

Aminto, de retour aux sources
 

Au cœur de la forêt, Yvon rencontre Mayoolé, un "oiseau aux grandes ailes" dont il tombe amoureux rapidement. Avec elle, ils auront un fils, Aminto. Après avoir été balladé toute sa jeunesse entre la forêt du Gran Chaco et les terres ardennaises, ce jeune homme étudie l’architecture et décroche son diplôme. Mais, comme son père durant les "trente glorieuses", Aminto a besoin d'autre chose. Alors, il y a quelques années, le fils d’Yvon décide de revenir dans le village de Juan José de Castelli, proche des quelques hectares de sa mère dans la forêt vierge. Un retour et quelques promesses : Aminto veut continuer le combat de son père pour la communauté Tobaq-qom et faire son possible pour assurer la pérennité de cette belle tribu. Il y a peu, Aminto et sa femme ont eu leur premier enfant, la petite Aya, la "rosée du matin" qui fait le bonheur de ses deux parents. Plongée en images (ci-dessous) avec quelques clichés de la vie d'Aminto sur place.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK