What's up Dock ? A la rencontre des dockers du port d'Anvers

What's up Dock ?
2 images
What's up Dock ? - © Tous droits réservés

Deux réalisatrices francophones partent à la rencontre des dockers du port d'Anvers. Au fil des récits, ils leur racontent l'évolution de leur métier aux prises avec un monde en pleine mutation : mondialisation, nouvelles technologies, libéralisation et mise en concurrence des travailleurs. Autant d'éléments qui participent à détricoter une solidarité qui, malgré tout, persiste à les unir.

"On peut exister si on est ensemble."

En 1973, les dockers retournent des voitures de police à Anvers. Ils réclament plus de sécurité et de meilleurs salaires. 40 ans plus tard, ils libèrent la plage sous les pavés de Bruxelles : la manifestation contre le gouvernement Michel est nationale, la grève sera générale.
 

Pas touche à notre loi Major !

La lutte sociale est surtout liée aux attaques contre la loi Major qui n’autorise que des dockers formés et reconnus, non seulement par un patron mais par un syndicat, à exercer le travail dans les ports.

Quand on commence dans ce métier, on doit d'abord suivre une formation dans le centre de formation du port d'Anvers, puis un stage et on n'est reconnu comme travailleur portuaire qu'après un an. On reçoit un apprentissage intensif axé sur la sécurité car c'est un travail très dangereux. Pourtant il y a encore régulièrement des accidents mortels.

Entre 75 et 85 % des dockers ont un travail fixe. Les autres, le " pool ", doivent se présenter au local de recrutement quotidien appelé " het kot " à Anvers.

Avec le projet Port Package, la direction de l’UE et les patrons portuaires voudraient mettre fin à la loi Major, la convention collective unique pour tous les travailleurs des ports, et au règlement du travail en vigueur aujourd’hui. Cette 'modernisation' augmenterait les accidents de travail dans le port et engagerait une spirale salariale descendante entre les travailleurs portuaires. Et cela, bien évidemment, les dockers ne le veulent pas, ce qui a provoqué de graves conflits sociaux.

"L'Europe trouve que c'est un marché libre et que tout le monde doit pouvoir venir y travailler. Moi, je suis complètement d'accord avec ça, mais qu'ils se tiennent alors aux lois et aux salaires qui sont payés ici ! En fait, il ne s'agit que d'argent, on est trop cher... A Strasbourg, ça a été par moments assez chaud. Il y avait beaucoup de travailleurs de toute l'Europe, il y avait beaucoup de Portugais, d'Espagnols, de Français... qui ont été très combatifs pendant toute la lutte. C'était unique."

L'Europe évoque le plan juridique, en disant que la loi va à l'encontre des accords Schengen de libre circulation des biens, des services et des personnes.

Quelle force collective opposer à l'air du temps ? Les dockers ont montré dans un passé récent qu’ils représentent une force sociale considérable.

En savoir plus sur le projet Port Package

 

Un documentaire d'Annabelle Petre, Chedia Leroij et Clara Alloing

Montage : Hadewijch Vanhaverbeke

Mixage : Aurélien Lebourg

Une production FLIM ! asbl et ACSR avec le soutien du FACR

Ecoutez le documentaire intégral !