WAPA, rendre la dignité humaine après la guerre

WAPA, rendre la dignité humaine après la guerre
WAPA, rendre la dignité humaine après la guerre - © Tous droits réservés

WAPA - War-Affected People's Association - a pour mission de récolter des fonds afin de soutenir des associations locales qui luttent pour la réinsertion des victimes de guerre dans des pays post-conflit à travers le monde. Ce dimanche 22 juillet, Cédric Wautier recevait Solveig Vinamont et Marie Letor pour en parler.

WAPA c’est avant tout une association créée par Solveig Vinamont et Véronique Cranenbrouck pour s’indigner face à une problématique peu abordée. Il y a encore environ 300.000 enfants soldats dans le monde. "Notre objectif est de lever des fonds afin d’aider les programmes soutenus par des partenaires locaux comme c’est le cas actuellement en Ouganda et au Sri Lanka".

En plus des ex-enfants soldats, WAPA vient notamment en aide aux veuves de guerre, orphelins et déplacés internes : "Quand on se rend sur place, nous sommes très émus de rencontrer ces personnes touchées par la guerre. Les rencontrer nous donne envie de nous investir au maximum".

Une réinsertion difficile pour les ex-enfants soldats

Même dix ans après un conflit comme en Ouganda, les ex-enfants soldats sont pointés du doigt dans leur communauté : "On leur refuse souvent un emploi ou un mariage par exemple. Parfois, les enfants des ex-enfants soldats sont eux-mêmes stigmatisés. Il y a une vraie stigmatisation transgénérationnelle".

Women for WAPA, la campagne 100% féminine

Women for WAPA, c’est le nom de la nouvelle campagne de financement 100% féminine lancée par l’association. Le but est clair : récolter 50.000 euros via cinquante protagonistes jusqu’au 31 décembre 2018. "Chaque femme devra donc essayer de lever 1000 euros via des activités diverses. L’objectif final est de financer la construction d’une maternité dans le nord de l’Ouganda".

Si vous souhaitez rejoindre la campagne ou pour plus d’informations : http://wapainternational.org/fr

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK