Vous avez un nouveau SMS : À table !

La communication par la technologie va-t-elle remplacer la parole humaine ? La question peut paraitre brutale, mais elle n’est pas absurde.

En effet. Les appareils mobiles connectés à internet prennent de plus en plus de place dans la vie des gens. Et ils modifient leur façon de communiquer, y compris avec leur familles et leurs proches. Et quand on dit proches, ça veut aussi dire : vraiment pas loin. Une enquête menée au Royaume-Uni vient de l’établir : 45% des gens reconnaissent qu’ils utilisent parfois le SMS, le courriel ou les réseaux sociaux pour communiquer avec des membres de leur entourage qui se trouvent dans une autre pièce de la maison !  Ça vous est déjà arrivé ? En tout cas, ça confirme que ce type de communication devient de plus en plus banal. On a déjà évoqué les jeunes qui rompent par SMS. Le sondage indique qu’une personne sur 5 préfère communiquer par téléphone ou par les réseaux sociaux plutôt qu’en face-à-face. Mais ça dépend sans doute avec qui et à propos de quoi…

Ce sont quand même des mutations sociales et relationnelles importantes. Le Professeur Aric Sigman, le psychologue qui a dirigé les travaux estime que la place prépondérante prise par la technologie devient un problème pour toutes les générations. Et il peut conduire à des difficultés relationnelles. C’est mathématique.

Je le cite : " Vu que le temps que nous passons en ligne ou à regarder un écran augmente, inévitablement, le temps disponible pour le contact direct les yeux dans les yeux et pour développer des relations réelles diminue ".

Et il ajoute : " Quand ils atteindront l’âge de 7 ans, les enfants nés aujourd’hui auront passé une année complète à regarder des écrans 24h/24. Quand ils auront 80 ans, ce sera 18 ans, près du quart de leur vie ! "

D’autres résultats confirment cette omniprésence technologique. Deux fois plus de gens Outre-Manche préféreraient perdre leur alliance plutôt que le téléphone. Conclusion du psychologue : la technologie est un outil, pas un fardeau. Il faut remettre les choses à l’endroit et garder la maitrise de son comportement.

Et ça ne vaut pas que dans le cercle familial, ailleurs aussi la discussion est engagée. En France, après les dérapages des députés sur les réseaux sociaux lors du débat sur le mariage, deux parlementaires UMP demandent l’interdiction de twitter en séance. Ce qui trahit surtout l’absence totale de confiance dans la capacité de représentants de la nation de se comporter en adultes responsables.

Et à Rome, le prochain conclave ne sera pas le premier de l’ère des réseaux sociaux. 7 cardinaux sur 117 ont un compte Twitter. Mais ils devront s’abstenir de tweeter le nom du nouveau Pape. Pourtant la fumée blanche, c’est aussi une sorte de tweet. Mais pas le plus hi-tech.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK