Vos enfants quittent bientôt le nid ? Ça se prépare!

Vos enfants quittent bientôt le nid ? Ça se prépare
Vos enfants quittent bientôt le nid ? Ça se prépare - © Tous droits réservés

Si elle est synonyme d’examens, la fin juin est également la période où les 6e secondaire s’apprêtent à prendre leur envol vers d’autres horizons, à rejoindre d’autres villes. Peut-on s’y préparer ? Et si oui, comment ?

" Il faut s’y préparer ", répond Nicolas Zdanovic, psychiatre à Mont Godine. " Car même en s’y préparant, c’est toujours très dur à vivre, même si c’est un signe de santé que nos enfants nous quittent. Le problème, c’est que plus on mise sur la présence de nos enfants pour donner un sens à notre vie, plus cela provoquera un trou énorme. Mettre tous ses œufs dans le même panier est donc une mauvaise idée en soi. "

Paradoxalement, on parle aussi beaucoup des Tanguy, c’est-à-dire les jeunes qui ont tendance à prolonger le séjour dans le cocon familial, souvent d'ailleurs parce que les parents sont touchés par le syndrome du nid vide et font tout pour que leur enfant reste. " Les enfants sont ce qui donne du sens à notre vie et ça crée inévitablement des Tanguy, qui sont d’une certaine manière une maladie de l’autonomie ", explique Nicolas Zdanovic.

Pourquoi le fait qu’ils nous quittent nous affecte autant ?

" C’est un moment très arc-en-ciel, parce que d’une part, il y a la fierté de voir ses enfants quitter le nid, acquérir de l’autonomie, avoir leur premier kot. Et en même temps, ils nous abandonnent. Donc même si c’est sympa, c’est un déchirement. Puis, c’est aussi une tout autre période de la vie en couple : même s’il y a eu de la place entre les deux parents pour faire un ou deux enfants il y a 20 ans, on retrouve une vie de couple à la fin. "

La question devient donc : ai-je entretenu mon couple pendant tout ce temps ? Si ce n’est pas le cas, on se retrouve à ne plus avoir rien à se dire et c’est un peu la catastrophe. De la même façon que prendre sa pension peut se révéler problématique si on ne partage plus grand-chose avec son conjoint que l’on voyait quelques heures par jour à peine avant d’arrêter de travailler. " En ce sens, le départ des enfants et la pension sont deux moment charnières dans le couple ", explique Nicolas Zdanovic.

Que faire si on est dans la situation ?

D’abord, préparer la chose avant d’en arriver là est évidemment la première chose à faire. Planifier le fait qu’on aura plus de moments à deux, et qu’il faudra les occuper plus individuellement. " Il faut réfléchir au sens qu’on va redonner à notre vie, et voir ça comme quelque chose de positif, puisque c’est une sorte de seconde jeunesse."

Le syndrome du nid vide - Nicolas Zdanovic au micro de Véronique Thyberghien

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK