Va-t-on vers la fin du streaming gratuit dans l'industrie du disque ?

Va-t-on vers la fin du streaming gratuit dans l'industrie du disque ?
Va-t-on vers la fin du streaming gratuit dans l'industrie du disque ? - ©

Spotify vient de signer un accord avec le numéro un mondial de l’industrie du disque, Universal. Dorénavant, il faudra attendre deux semaines pour pouvoir écouter les derniers albums de ses artistes préférés si vous n’avez pas souscrit à un abonnement payant. Gilles Quoistiaux, journaliste Trends-Tendance nous en dit plus sur les effets d’un tel accord.

Les abonnés payants de Spotify (sans publicité) auront bientôt accès plus rapidement aux dernières sorties d'albums que les abonnés gratuits (avec publicité). C'est une des conséquences du contrat que le leadeur du streaming audio vient de signer avec Universal, le numéro un mondial de l'édition musicale. L'objectif est d'encourager le public à prendre un abonnement payant selon Gilles Quoistiaux : "c'est un accord qui a mis du temps et c'est en effet l'objectif d'Universal. Ça décidera sans doute de l'avenir des autres accords avec les autres Major du disque."

Cette exclusivité pour les abonnés payants n'est pas le seul accord négocié dans ce contrat : "au niveau du partage des revenus, Spotify aura un intérêt à acquérir encore plus d'abonnés payants puisque, plus il en aura, plus ils rapporteront. Et ce mouvement de Spotify vers le paiement, c'est un mouvement qu'il a déjà entamé il y a quelques années puisqu'il considère que c'est plus intéressant au niveau des revenus d'avoir un abonné payant. Un abonné payant, c'est 120 euros par an et c'est plus important qu'un consommateur moyen de CD."

Pour Gilles Quoistiaux, la publicité rapporte mais proportionnellement moins qu'un abonné payant : "l'avantage est la fidélisation au service de streaming. Le client consommera beaucoup plus si il est abonné payant que gratuit. Les Majors considérèrent donc le streaming payant comme quelque chose d'important dans l'industrie du disque qui a eu beaucoup de difficulté à se remettre du piratage qui a fait beaucoup de dégâts."

Le streaming payant fait maintenant partie intégrante du paysage de l'industrie du disque : "on a pu voir une augmentation de 7% des revenus dans l'industrie musical en Belgique grâce au streaming payant. Il représente aujourd'hui 33% des revenus de l'industrie musicale en Belgique. Il y a un véritable transfert vers le streaming payant qui devient très important pour l'industrie ; pour Universal, il représente un tiers de ces revenus."

►   A découvrir aussi dans l'émission de ce dimanche 9 avril   ◄

 

► Le Centre de crise fédéral est un organisme officiel mis à l’honneur cette semaine, puisqu’en compagnie du ministre de la Sécurité et l’Intérieur Jan Jambon. Il a reçu un prix, un " 112 Award ". Invité : le porte-parole Benoit Ramacker.

 

► Donald Trump promulgue un texte qui supprime l’obligation faite aux fournisseurs d’accès internet d’obtenir le consentement de leurs clients avant de vendre leurs données personnelles à des fins publicitaires. Décodage de cette nouvelle mesure et ses implications avec Etienne Wéry, avocat associé du cabinet Ulys, spécialiste du droit des technologies et de l’information.

 

► De grandes marques interrompent des campagnes de pub parce qu’elles choquent ou dérangent. Le politiquement correct menace-t-il la liberté de création ? Discussion avec le chroniqueur Frédéric Brébant.

 

► Et enfin, à quoi servent les débats à la télé avant une élection ? Permettent-ils de juger de la personnalité des candidats, de comprendre leur programme ou ne sont-ils qu’un grand show politico-médiatique ? C’est le débat avec Eric Biérin, expert en communication politique et Pierre Marlet, journaliste RTBF.