'Une pour tous, tous par une' : une immersion micro-cellulaire

Une pour tous, tous par une, une immersion micro-cellulaire
Une pour tous, tous par une, une immersion micro-cellulaire - © Christine Van Acker

S’intéresser à ce qui ne se voit pas à l’œil nu, c’est fouiller au cœur de ce que nous sommes. S’intéresser à " L’autre ", l’animal, le végétal, le fungi, le minuscule, l’invisible, c’est poser un autre regard sur l’humain, c’est prendre conscience de ce à quoi nous devons l’existence, de cette communauté qui œuvre dans l’ombre pour nous maintenir en vie.

Christine Van Acker nous emmène dans l'univers méconnu des microbes, des bactéries, des champignons.


1e partie

Cela commence avec la prise de sang de Christine. "Très peu de bactéries sont pathogènes, environ 2 %, les autres sont des bonnes bactéries, lui dit Christophe Herman, médecin. Il ne faut donc pas prescrire d'antibiotiques à mauvais escient et ne pas en utiliser trop dans l'industrie agro-alimentaire, pour éviter que des bactéries ne deviennent réellement pathogènes, comme dans le cas des maladies nosocomiales."

On suit ensuite Christine qui apporte ses petites fioles rouges au labo, où le pharmacien biologiste Jean-Sébastien Goffinet lui explique en détails le fonctionnement des analyses, les contrôles de qualité, le rôle des automates.

Cela continue avec l’évocation d’Henrietta Lakes et de ses cellules cancéreuses qui prolifèrent depuis des dizaines d’années dans nos laboratoires sous la dénomination de 'cellules He-La'. Elles ont permis d'élaborer le premier vaccin contre la polio et de sauver des millions d'enfants de cette maladie qui faisait des ravages. Ses cellules étaient tellement vigoureuses et avaient un pouvoir de multiplication tellement extraordinaire qu'elles ont été distribuées un peu partout dans le monde, explique John Wérenne, professeur honoraire à l’ULB. Aujourd'hui encore, elles servent à la recherche sur la leucémie, le sida, le clonage, et donc sur l'expression des gènes.

Lecture de Proses des cellules He-La, de Marcel Thiry

Ecoutez la première partie du documentaire

2e partie - Les champignons

Philippe Silar, professeur de biologie à l’Université Paris-Diderot nous invite dans son laboratoire où divers champignons sont en culture. Il nous explique la distinction entre les deux grands groupes : les vrais champignons, ou fungi, eumycota, et les pseudo-champignons, ou pseudofungi, pseudomycota. Les champignons ne sont pas des plantes mais qu'ils sont des microbes. Ce terme de microbe est très mal adapté car les nouvelles classifications montrent que des gros organismes peuvent figurer dans le même groupe que des organismes microscopiques.

Audrey Dussutour, éthologue au CNRS, nous fait partager sa passion du Blob, ou Physarum Polycephalum, une cellule géante, qu'on peut observer à l'oeil nu. 

Antoine Boute lit un texte de Chloé Schuiten, extrait de l’ouvrage collectif Apnée (ONlit).


Retrouvez ici la seconde partie de ce documentaire

'Une pour tous, tous par une' : une immersion micro-cellulaire

Réalisation :  Christine Van Acker
Musique, mixage : Thierry Van Roy
Production : Les grands lunaires asbl
Avec le soutien du Ministère de la Fédération Wallonie Bruxelles, de la Promotion des lettres et des sociétés d’auteurs SACD (France et Belgique), Scam (France et Belgique), SSA et Pro Litteris (Suisse).

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK