Une plateforme qui redonne de l'humanité aux entreprises

Human Business à la rescousse du monde associatif
Human Business à la rescousse du monde associatif - © Tous droits réservés

Resserrer le lien social, encourager les entreprises à s’ouvrir à la solidarité, permettre aux associations en manque de moyens de continuer à vivre : un challenge multiple relevé depuis 2009 par Hu-bu (ou Human Business), une plateforme qui permet aux entreprises belges de donner un coup de pouce aux coopératives. 

Alors que le monde associatif a longtemps vu l'intervention des entreprises comme une tentative de manipulation ou de récupération, il existe une organisation qui assure un équilibre entre les différents interlocuteurs, ceux qui souhaitent aider et ceux qui souhaitent recevoir de l'aide: "Hu-bu met les entreprises et les associations en relation pour construire de vraies passerelles d’engagement réciproques, plus solidaires et plus équitables", souligne Filip Van Mullem, fondateur de l'organisation. De l’offre de mobilier de bureau à la repeinte de murs dans les écoles, tous les types d’activités sont envisageables. 

D'un côté on a des associations avec beaucoup de besoins, de l'autre des entreprises qui ont du temps et du matériel. 

C'est alors que la magie opère. Chaque association -elles sont actuellement 2000-, qui doit être demanderesse, est inscrite sur la plateforme et confie un besoin. De son côté, l'entreprise également inscrite indique les jours qu'elle peut mettre à profit pour une de ces associations. Hu-bu se charge ensuite de les mettre en relation. 

Collaborer: une nécessité sociétale

"Je me suis rendu compte il y a huit ans lors de la crise, que nous allions droit dans le mur", explique Filip Van Mullem. "A l'époque, je voulais redonner du sens au monde dans lequel je vivais." Ce projet de volontariat d’entreprises est arrivé comme une des solutions à apporter en Belgique sous deux thématiques simples et complémentaire: people et planet

La montée en puissance des RSE (responsabilité sociale des entreprises), très en vogue à l'heure actuelle, est également l'un des propulseurs du projet. C'est un moyen pour les entreprises de s'engager dans des initiatives sociétales et environnementales qui changent la donne. "Il n’y a plus de discussions sur le retour des investissements ou un jour perdu pour l’entreprise car on mobilise des collaborateurs. Tout est en train de s’évaporer pour laisser place à la volonté de s’engager, de collaborer."

Quel impact pour l’entreprise ? 

Et le succès est au rendez-vous! Selon Filip Van Mullem, 15 000 personnes ont déjà tenté l'expérience et 94% d'entre elles veulent la réitérer.  Il existe un retour sympathique pour le personnel qui s’investit: "C’est intéressant pour l'humain de s’occuper d’associations de sans-abris, de personnes âgées ou d’enfants, c'est un vrai enrichissement intérieur."

Le sentiment de travailler pour une entreprise qui redonne du sens, et qui accorde de l'importance à l'homme et à la solidarité, est également une expérience qui laisse peu de gens indifférents. Des actions qui tendent aussi à influencer la vie interne de l'entreprise: "Grâce à Hu-bu, on favorise la collaboration entre les employés. Ils apprennent à fonctionner autrement, dans un autre cadre et ensuite ils peuvent reproduire cette situation de collaboration avec leurs collègues d'entreprise." 

Un service sur mesure

Filip Van Mullem insiste aussi sur la flexibilité de sa plateforme et la nécessité d'écouter les associations. Il garde comme objectif de placer tout le monde sur une même ligne, de gens qui donnent et reçoivent de manière égale: "Il y a des centaines d’activités différentes possibles. Nous faisons du sur mesure, par rapport aux besoins réels et concrets de l’association. Nous allons proposer ce qui doit être fait aux entreprises qui veulent prendre une journée. Ce ne sont pas les entreprises qui décident."

 

Ecoutez l'intervention de Filip Van Mullem, présenté par Stéphanie Grosjean. 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK