"Une mort qui en vaut la peine", des braqueurs de banque très attachants

"Une mort qui en vaut la peine"
"Une mort qui en vaut la peine" - © Tous droits réservés

Après Le Diable, tout le temps, couronné par de nombreux prix, Donald Ray Pollock revient avec une fresque grinçante à l humour très noir. 

1917. Quelque part entre la Géorgie et l Alabama. Le vieux Jewett, veuf et récemment exproprié de sa ferme, mène une existence de misère avec ses fils Cane, Cob et Chimney, à qui il promet le paradis en échange de leur labeur. À sa mort, inspirés par le héros d un roman à quatre sous, les trois frères enfourchent leurs chevaux, décidés à troquer leur condition d ouvriers agricoles contre celle de braqueurs de banque.

Mais rien ne se passe comme prévu et ils se retrouvent avec toute la région lancée à leurs trousses. Et si la belle vie à laquelle ils aspiraient tant se révélait pire que l enfer auquel ils viennent d échapper ? 

Fidèle au sens du grotesque sudiste de Flannery O Connor, avec une bonne dose de violence à la Sam Peckinpah mâtiné de Tarantino, cette odyssée sauvage confirme le talent hors norme de Donald Ray Pollock. 
 

Quatrième de couverture

Donald Ray Pollock est un écrivain américain. Il est né à Knockemstiff, dans l’Ohio. Après avoir travaillé 32 ans comme conducteur de camions et ouvrier dans l’usine à papier de Chillicothe, à 50 ans, il décide d’arrêter la drogue, et de s’inscrire à l’Université. Son premier recueil de nouvelles " Knockemstiff " est publié en 2008, et remporte un beau succès. Son premier roman " Le diable tout le temps " paraît en 2011. Il est classé comme l’un des dix meilleurs livres de l’année. Un an plus tard, il reçoit le Guggenheim Fellowship, la bourse Guggenheim. Et publie " Une mort qui en vaut la peine "

Les références

Une mort qui en vaut la peine " de Donald Ray Pollock paru dans la collection Livre de Poche, le conseil-lecture de Raphaël Le Toux de la librairie Livres aux Trésors à Liège.

 

Lire un extrait

L'avis

C’est un livre très beau. Il arrive à mêler plein de genre. Même s’ils font le mal, on arrive à les aimer. Un grand roman américain.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK