Une intelligence artificielle peut-elle choisir notre régime alimentaire ?

Une intelligence artificielle peut-elle choisir notre régime alimentaire ?
Une intelligence artificielle peut-elle choisir notre régime alimentaire ? - © Tous droits réservés

Dans Matrix, les machines contrôlent tout. Elles choisissent ce qu’on mange, elles sont même capables de recréer les goûts de nos plats préférés, pour nous faire croire qu’on se régale, alors qu’en fait c’est une illusion, on est coincé dans la matrice et on sert de source d’énergie pour les robots. On n’en est pas là aujourd’hui mais des chercheurs planchent sur des algorithmes capables de nous proposer un régime alimentaire individualisé, un régime adapté à notre corpulence, à nos activités physiques et à notre état de santé.

 

Un médecin américain s’est prêté à une expérience. Il a fait analyser son régime par des chercheurs. Quelles données ont-ils récolté sur ses habitudes alimentaires ? Pendant deux semaines, Eric Topol, ce médecin américain, a consigné tout ce qu’il mangeait dans une application installée sur son smartphone. Il a décrit tous les repas, tous les aliments, toutes les boissons qu’il a ingérés pendant ces deux semaines de test. Il a aussi indiqué les médicaments qu’il prenait, ses périodes de sommeil et combien de temps il passait à la salle de sport. L’expérience va tout de même assez loin. Eric Topol portait aussi un capteur qui mesure le taux de glucose dans son sang, et il a également envoyé au laboratoire des échantillons de ses selles, pour permettre aux chercheurs d’analyser la qualité de sa flore intestinale.

Quels sont les résultats de toutes ces analyses ?

 

Les chercheurs, qui travaillent pour le Weizmann Institute of Science en Israel, ont donc fourni toutes ces données à une intelligence artificielle qu’ils ont créée. Et cette intelligence artificielle a proposé à Eric Topol un régime alimentaire sur mesure. Le médecin a expliqué au New York Times qu’il avait été assez surpris par les suggestions de cette IA. L’intelligence artificielle a classé les aliments et leur a attribué des notes.

Du côté des fruits par exemple, la machine conseille au docteur Topol de manger des fraises, mais d’éviter les raisins. Il peut continuer à manger des noix mais il ferait bien de laisser tomber les burgers végétariens. S’il veut se faire un petit plaisir sucré, il peut se gaver de cheesecakes – et oui c’est bizarre – mais par contre il doit oublier les barres de céréales aux figues qu’il adore.

Comment a réagi le médecin à ces résultats étonnants ?

 

Eric Topol n’est pas ravi de toutes ces suggestions, qui ne correspondent pas vraiment à ses goûts, mais il a décidé de croire l’intelligence artificielle et de suivre ses recommandations. Il faut savoir que le bon docteur est un cobaye plutôt consentant. Eric Topol est un fervent défenseur de ce qu’on pourrait appeler la médecine algorithmique. Il a même écrit un livre sur le sujet, qui s’appelle Deep Medecine et qui promeut l’usage des nouvelles technologies numériques, et notamment de l’intelligence artificielle, dans le domaine de la santé.

 

Un logiciel plus efficace qu'un nutritioniste?

 

C’est ce que pense Eric Topol. En tout cas, il est persuadé que ce type d’outil peut apporter une aide à la décision aux professionnels de la santé. Les chercheurs israéliens qui ont créé ce logiciel d’intelligence artificielle, sont évidemment sur la même longueur d’ondes. Selon eux, la plupart des régimes actuels ne fonctionnent pas, tout simplement parce que ces régimes proposent une solution unique censée être applicable à tout le monde. Mais chacun d’entre nous a ses propres caractéristiques physiques, notre état de santé évolue, notre état de fatigue aussi, et nous ne réagissons pas de la même façon à la nourriture. Pour être efficace, selon ces chercheurs, un régime doit tenir compte de ces caractéristiques. A chaque individu correspondrait donc un type de régime bien particulier.

Comment les chercheurs ont-ils créé leur modèle ?

 

Ils ont fait appel à 800 personnes qui ont pris note, comme le docteur Topol, de tout ce qu’ils ont mangé pendant plusieurs semaines. Les chercheurs leur ont fourni des repas " standard " pour pouvoir tester leurs réactions sur des repas identiques. Les 800 participants ont aussi mangé de leur côté leur propre nourriture. Au total, plus de 50.000 repas ont été intégrés dans la base de données. Ils ont aussi collecté tout ce qui concerne leur état de santé, de fatigue, leur morphologie, leur activité physique, etc. Au total leur taux de glucose a été mesuré plus d’1,5 millions de fois. Et ce que les chercheurs ont découvert, c’est que les différents types de régimes alimentaires des participants n’avaient pas une influence déterminante sur l’évolution de leur glycémie. Par contre, selon leur analyse, ce qui a une influence importante sur l’évolution de la glycémie après un repas, c’est la composition de la flore intestinale de chaque participant. Et comme chacun d’entre nous a une flore intestinale différente, il faudrait adapter notre régime en conséquence.

 

Est-ce que nous allons voir apparaître des applications de régime basées sur l’intelligence artificielle ?

 

C'est le genre d'application qui existe déjà. Les chercheurs israéliens ont évidemment décidé de commercialiser leur logiciel. Ils ont créé une application téléchargeable sur smartphone, qui s’appelle Day Two (jour deux), pour vous conseiller le régime le plus adapté à votre flore intestinale. Vous l’aurez compris, ça suppose de leur envoyer au préalable un petit échantillon. Mais ce ne sont pas les seuls à se lancer sur ce créneau du régime ultrapersonnalisé.

L’application FitGenie vous propose aussi un régime adapté. Elle récolte vos données d’activité physique et de santé. Ensuite, l’application fixe un nombre maximum de calories à ne pas dépasser. Et elle vous propose des plats et des aliments qui vous permettront de rester en-dessous du seuil fatidique.

D’autres sociétés offrent le même type de service, comme DNAFit. Mais là vous l’aurez compris, il faut envoyer un échantillon de salive pour que l’entreprise fasse une analyse ADN et vous propose un régime adapté à votre profil génétique. C’est ce qu’on s’appelle la nutrigénomique.

 

 

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK