"Un monde à portée de main", de Maylis de Kerangal

"Un monde à portée de main", de Maylis de Kerangal
"Un monde à portée de main", de Maylis de Kerangal - © Tous droits réservés

Le livre dont on parle énormément lors de cette rentrée, autant en France qu’en Belgique, c’est le nouveau roman de l’auteure française Maylis de Kerangal "Un monde à portée de main". Partons à la découverte de cette romancière avec Nicole Debarre.

Pour ceux qui ne la connaissent pas, Maylis de Kerangal est l’auteure entre autres du livre "Réparer les vivants", livre qui a par ailleurs été adapté au cinéma en 2016. Dans ce roman, nous suivions le chemin d’un cœur prélevé chez un jeune homme en mort clinique jusqu’à sa transplantation dans un autre corps.

Immersion dans le monde de la peinture décorative

Dans son nouveau roman "Un monde à portée de main", l’auteure change complètement d’univers. Elle s’intéresse aux peintres décorateurs, et en particulier au trompe-l’œil, très utilisé dans le cinéma à Cineccita, notamment du temps où Fellini tournait à Rome. Des spécialistes de loggias et balcons vénitiens, de montagnes, de bosquets, ou d’intérieurs de maisons de toutes les époques. C’est un métier très particulier au cœur de ce nouveau roman de Maylis de Kerangal. Un métier qui prend naissance pour l’héroïne Paula Karst dans l’institut de Peinture à Bruxelles, rue du Métal.

Une connexion entre illusion et vérité

Paula Karst est une jeune française, elle arrive dans cette école de Peinture en ne connaissant pas grand-chose à cet art à part. Nous allons la suivre dans son apprentissage de peinture du faux marbre, des fausses roches, des écailles de tortues, entre autres, mais ce qui est intéressant c’est la connexion que l’auteur établit entre cet art de l’illusion et la vérité de la connaissance. Chaque marbre a son histoire, chaque animal, son évolution. Pour peindre il faut connaître parfaitement ce dont on parle.

Entre histoires d'amour et scènes visuelles

Paula Karst travaille dans plusieurs lieux, notamment dans ce fameux studio 5 de Cineccita, mais aussi dans les grottes de Lascaux en Dordogne. Pour éviter que les touristes n’abîment trop ces grottes où des peintures et gravures réalisées il y a 18.000 ans, on a fait appel justement à ces spécialistes de peintures en trompe l’œil pour reproduire à l’identique ces œuvres incroyables qui ornaient les murs dans la grotte. Il y a plusieurs histoires dans le roman, des histoires d’amour aussi. Et des scènes très visuelles notamment celle du début du roman où Paula Karst doit peindre l’intérieur de la chambre d’Anna Karénine pour un film tourné à Moscou. Elle doit peindre des armoires, un lit XIXe, des rideaux. Tout doit être prêt pour le lendemain matin. Une grosse panne d’éclairage va la contraindre toute la nuit à terminer son travail en s’éclairant avec la lampe de GSM. C’est formidablement raconté.

"Un monde à portée de main  de Maylis de Kérangal, éditions Verticales.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK