Trophées des Belges du Bout du Monde 2017 : les lauréats sont...

Trophées des Belges du Bout du Monde 2017 : les nominés sont...
10 images
Trophées des Belges du Bout du Monde 2017 : les nominés sont... - © Tous droits réservés

Les Trophées des Belges du Bout du Monde étaient de retour pour une seconde édition et récompensaient cette année 3 catégories : les innovations technologique et économique, la culture et l'art de vivre, ainsi que la solidarité. Dans chacune de ces catégories, 3 projets ont été retenus et sont présentés ci-dessous.

Les 3 gagnants sont : * Laurent Barbiot et sa télémédecine à Saint-Martin (Innovations)

                                * Amandine Lambert et sa compagnie de danse contemporaine au Chili (Culture et Art de vivre)

                                 * Nathalie Dupagne et son asbl 3S au Gabon (Solidarité)

Catégorie "Innovations technologique et économique"

Le prix "Innovations" récompense une société belge ayant investi à l’étranger pour y créer de l’emploi et/ou de la valeur ajoutée ayant des retombées positives dans le pays où elle est implantée ou un individu ou une start-up ayant développé un projet technologique novateur visant à l’amélioration du bien-être de l’humanité.

Barbiot Laurent & "Allo Irma" à Saint-Martin (France)

" Télémédecine après un cyclone aux Antilles "

Depuis 2012, Laurent met en place, au sein du service des urgences, la télémédecine qui a pris tout son sens lors du passage du cyclone Irma en Septembre 2017. Référent pour cette discipline, il a pu injecter la passion de la communication dans son travail quotidien (à savoir : les urgences et à la sortie de la crise post-cyclonique, la consultation à distance programmée).

Deux faits marquants émergent de la Belgique : le travail de son père, ingénieur-technicien chez Bell téléphone Hainaut, société de " communication " par excellence qui lui a valu de considérer depuis son plus jeune âge le téléphone comme une 3ème main. Ensuite, en fin de période universitaire, l’animation au sein de la " Radio Universitaire Namuroise " de l’émission Real World Music, un avant-goût de l’outre-mer. On le nomme là-bas " le belge ", il a d’ailleurs pu imprimer à l’étranger cette fibre de la communication à tout prix qui est nécessaire pour téléporter les données des patients souffrant de pathologies diverses et variées, toujours à une distance de plus de 200 kms d’un CHU.

Exemple : le jour où Laurent rempli son dossier de candidature pour Les Trophées des Belges du Bout du Monde, on l’appelle en urgence pour une téléconsultation ORL avec un enfant de St Martin et une pédiatre française rapatriée du Liban pour sa mission EPRUS en renfort là-bas. L’enfant a été opéré dans les heures suivantes…

Pascal Miche & le vin Omerto, premier vin de Tomate au Monde au Domaine de la Vallée du Bras (Québec)

 

À son arrivée au Québec, Pascal Miche (propriétaire et président du Domaine de la Vallée du Bras Inc.) a rapidement repéré l’opportunité de commercialiser un produit issu d’une recette familiale (celle de son arrière-grand-père) jusque-là demeurée secrète. La recette initiale de transformation de la tomate en riche nectar alcoolisé a d’abord été élaborée en 1938. Pascal Miche qui a eu la chance de connaître son arrière-grand-père, Omer, jusqu’à l’âge de 12 ans, lui avait promis qu’il perfectionnerait le produit pour en faire un vin de garde unique. Après avoir complété sa formation en œnologie, Pascal a continué, pendant 32 ans à affiner le produit pour en faire un vin de tomate unique au monde. Le nom Omerto est un clin d’œil au créateur de la recette initiale, Omer et To pour tomate. Les vins Omerto sont commercialisés depuis 2011 avec une certification biologique reconnue par Ecocert Canada et ceux-ci ne contiennent aucun sulfite ni tanins. Les vins Omerto depuis, ont obtenus plusieurs prix internationaux comme la 2e et 3e position pour la CWSA sur 3950 participants en 2014 (China Wine and Spirits Award) ainsi que les premiers prix pour la Cathay Pacific en 2014 à Hong Kong. En 2015, l’Omerto gagne un prix au Concours de la Finger Lakes à New York. L’objectif actuel est de commercialiser ses vins à l’exportation.

Julien Mélot & la mission Surya Namaskar à Bali (Indonésie)

 

" L’éco-odyssée d’un bateau solaire autour de Bali et au-delà "

Julien, namurois de 33 ans, architecte naval et ingénieur en électromécanique a toujours été passionné par la mer et l’environnement. Il construit son premier radeau à 7 ans, son premier voilier à 14 et entame une carrière d’architecte naval à 26 ans à Singapour. Ayant fait de la plongée dans de multiples réserves marines de par l’archipel indonésien, il pût y observer l’impact des bateaux polluants emmenant touristes et pêcheurs sur ces fragiles écosystèmes. Fin 2015, il déménage définitivement à Bali pour y fonder l’entreprise sociale Azura Marine Earth afin de marier son amour pour la mer et les énergies renouvelables. Il décide alors de rendre un bateau traditionnel balinais complètement propre en l’équipant de batteries, panneaux solaires et moteur électrique, une petite Tesla des mers ! Plusieurs mois d’ingénierie et de travail ardu au fin fond d’une mangrove et " Surya Namaskar " est née ! Formé d’étrangers et de balinais et mêlant pas moins de trois générations, l’équipage s’apprête à faire le tour de Bali - 450 km - sans une goutte d’essence ! Ils rencontreront nombres d’acteurs locaux afin de montrer le potentiel de l’énergie solaire et de prouver que des alternatives propres aux bateaux polluants existent, sont fiables et rentables. En octobre, une fois cette campagne achevée, Julien et son équipe mettront le cap à l’est vers des territoires plus reculés où les populations locales doivent fréquemment recourir à de vieux générateurs pour faire briller une ampoule dans la maison. Ils emporteront avec eux plus de 1000 cellules photovoltaïques ainsi que l’équipement nécessaire pour fabriquer des panneaux solaires. Ils enseigneront les techniques nécessaires et feront don du matériel au cours de leur périple, semant dans leur sillage des graines d’énergie solaire et espérant créer des vocations dans ce secteur d’avenir et indispensable pour l’avenir de notre planète.

Portraits Vidéo

Catégorie "Culture et Art de Vivre"

La catégorie "Culture et Art de Vivre" récompense un artiste, une oeuvre, une initiative favorisant les échanges entre la Belgique et l’étranger ou mettant en valeur la mode, l’architecture ou la gastronomie belge à l’étranger, tout en privilégiant les échanges avec les populations locales.

Amandine Lambert & la compagnie de danse
contemporaine " IN N’OUT " à Santiago de Chili (Chili)

" Un Art, Une Passion, Un Métier au-delà de la Cordillère des Andes. "

Amandine a, depuis son enfance, deux grandes passions : la musique et la danse. Très jeune, elle est rentrée au Conservatoire de Tournai pour une formation musicale très complète. En même temps, elle débute la danse : la liberté de pouvoir s’exprimer par le geste est, et restera une grande révélation.

Habitée par le goût de l’aventure et des nouveaux défis, elle s’envole dès 18 ans pour New- York pour y parfaire ses formations. À son retour, elle continue ses formations artistiques à Lyon, à Paris et à Bruxelles...même si en janvier 2000, suite à un grave accident de la route, tout s’écroule. Après des mois de rééducations et de remises en question, la battante qu’elle est, arrive de nouveau à se mettre sur pied. Elle s’envole alors pour Santiago du Chili. Tombée sous le charme du pays d’Allende, de Violeta Parra et du pisco, elle y restera 3 ans et y effectuera des études de Pédagogie en danse. Après un retour en Belgique en 2004, elle développe des projets au Portugal et Roumanie mais le Chili ne quittera jamais son esprit. Ainsi le 4 juin 2013, après maintes analyses et réflexions, elle traverse la Cordillère et dépose ses valises à Santiago (où elle vient d’ailleurs d’acquérir une résidence définitive).  Dès son arrivée et avec une amie chilienne rencontrée à l’université en 2000 lors de ses études, elles créent une compagnie de danse contemporaine. Elles ont d’ailleurs eu la chance de développer avec le soutien de la délégation Wallonie Bruxelles du Chili, un projet artistique belgo/chilien pour marquer le bicentenaire d’Adolphe Sax. Malgré les difficultés et la précarité de faire vivre une compagnie au Chili, elles espèrent que ce projet fut le premier d’une longue série.

Vincent Rondia & Imperial Boots à Shanghai (Chine)

Vincent a grandi dans la science-fiction avec des titres comme Alien, Bladerunner et évidemment Star Wars. C’est en 2010, à Pékin, où il réside avec son épouse et sa fille, qu’au hasard d’un article de journal, il découvre que la Légion 501 (un groupe de 11000 fans de Star Wars à l’échelle mondial et aidant des œuvres caritatives en s’habillant en réplique de costume du film) a un chapitre Pékinois. Son vieux rêve d’être un caractère de l’univers SW devient alors réalité en devenant membre actif en 2011. Depuis sa première, il a fabriqué plus de 20 costumes complets de cet univers. C’est alors qu’il rencontre un autre membre : François. Tous deux designers, ils réalisent que si les armures et casques de qualité savent se trouver " facilement ", il en va nettement moins pour les chaussures. Ils se lancent donc, voilà deux ans, dans un projet de fabrication de chaussures pour accompagner les costumes des membres. Ils finiront par enregistrer une société leur permettant de servir la communauté de fans et d’étoffer la liste des produits. Si la condition d’accès à la 501 est d’avoir un costume (réplique) exacte d’un caractère de film, l’investissement temps et argent n’est pas négligeable. Leur objectif est donc de faciliter cet accès au travers d’un site pour les fans par les fans offrant des produits de qualités et surtout une relation de confiance. Ils aident donc la communauté à se développer apportant ainsi, par proxy, plus de poids aux activités caritatives et au partage du rêve avec le grand public et ce, par pure passion, sans objectifs de " succès économique " prédominants.
 

Barberine Duvivier & Le Ranch do Novo Mundo à Vidigueira (Portugal)

" Avec la nature pour guide on ne s’égare jamais ! "

Deux belges utopistes et aventureux à la recherche d’un monde sauvage perdu, une artiste équestre et un amoureux de la nature se retrouvent après plus de 30 ans de séparation pour se lancer dans un projet fou, recréer sur quelques hectares au Portugal, le Nouveau-Monde tel qu’il était apparu à Christophe Colomb lorsqu’il a découvert l’Amérique. Un monde où les Amérindiens qui vivaient en parfaite harmonie avec la nature et les animaux, étaient considérés comme des sauvages.
Arrivés au Portugal en 2013 avec 2 juments pour bagages, Barberine et son compagnon ont dans l’idée de proposer aux familles des vacances vivantes au soleil à un prix abordable et dans une nature préservée.
L’idée est donc, en posant ses valises dans un tipi sur un terrain de terre battue s’étendant sur plusieurs kilomètres, de prendre le temps de se retrouver, de partager des moments privilégiés et enseigner de vraies valeurs d’amour et de respect aux enfants et d’admirer la beauté du monde en se laissant bercer par les chevaux, de merveilleux compagnons de route, au pas, au trot ou au galop.

 

Portraits vidéo

Catégorie "Solidarité"

Le prix " Solidarité "  vise à récompenser un projet concret qui participe à la construction d’un monde meilleur et d’une société plus juste

Thomas Querton & l'application Atlas à San Francisco (USA)

" Run the change you want to see in the world "

Il y a 3 ans, Thomas participe aux 20KM de Bruxelles et y découvre une énergie forte de solidarité, de dépassement de soi et d’appartenance à une communauté soudée. Véritable catalyseur de son projet, il décide alors de créer un réseau social qui illustre ces valeurs dans la vie de tous les jours.
Pour mener à bien son idée, il s’installe dans la capitale de l’innovation et des rêves utopiques : San Francisco où il rencontre Magali Mathieu et Olivier Kaeser. Ensemble, ils créeront " Atlas ", un réseau social et une App pour les sportifs.
En pratiquant son activité sportive habituelle (marche, course, vélo), chaque sportif à l’occasion de lever des fonds pour une association locale à objectif social grâce à des sponsors mécènes qui utilisent Atlas pour faire connaitre des différentes causes qu’ils soutiennent tout en motivant leurs employés/clients/citoyens à rester en forme.
Présent aujourd’hui dans 10 pays et avec 30 partenaires, l’objectif principal est de créer une communauté globale de citoyens engagés. Peu importe qui ils sont et d’où ils viennent, chaque km compte et peut avoir un impact.

 

Sandrine Ramboux & l'Ong Jana Impact à Istanbul (Turquie)

Sandrine, installée en Turquie depuis janvier 2007 et après 6 ans de travail dans les banques et 3 ans d’expérience dans le secteur associatif turc, décide début 2016, avec un groupe d’amis, de supporter les ONGs qui s’occupent des réfugiés à Istanbul et dans l’est de la Turquie (Gaziantep, Urfa et Hatay).
Depuis un an maintenant, ils supportent ensemble des groupes de femmes, qui n’avaient jamais travaillé en Syrie et qui ont reçu les bases d’une formation professionnelle (tricotage, couture, produits alimentaires, bijoux de fantaisie, jouets en bois, etc.). Ils les aident principalement à générer des ventes avec leurs produits et ce en utilisant différents axes : légal (créer structure juridique), développement de produit qui répondent un besoin du marché plutôt qu’un achat de charité, réseau de vendeurs/acheteurs de ces produits, recherche de financements et training.
Grâce à leurs contacts professionnels et leur expérience à travers toute la Turquie, ils ont vraiment un effet multiplicateur de leur impact avec l’objectif de toucher plus de 500 femmes directement et 4.000 indirectement.

 

Nathalie Dupagne & l'ONG 3S à Port Gentil (Gabon)

Gynécologue, installée à Port Gentil depuis presque 20 ans, excédée par les cas des jeunes filles auxquels elle était confronté dans sa profession derrière son bureau et sans pouvoir concrètement agir, Nathalie a créé il y a bientôt 4 ans l’ONG 3S dédiée à la promotion des droits en santé sexuelle et de la reproduction des jeunes et des femmes vulnérables.
Tout a commencé par des conférences d’information – sensibilisation dans les écoles, les églises, les entreprises – puis la création d’un point-écoute jeunes qui a force d’évolution deviendra enfin un véritable planning familial.
Le principal objectif de Nathalie et de son ONG est de contribuer à l'amélioration de la santé globale par la réduction de la mortalité et de la morbidité maternelle et néonatale et par la réduction des comportements sexuels à risque chez les jeunes (grossesses non désirées, avortements clandestins, VIH, IST, etc.)
.


 

Portraits Vidéo

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK