Tous les dessins animés sont éducatifs si on accompagne l'enfant

Pour Bruno Humbeeck, psychopédagogue et docteur en sciences de l'éducation, chargé d'enseignement à l'Université de Mons, les enfants ne regardent pas nécessairement trop de dessins animés. Le problème apparaît lorsqu'on prend la télé comme une babysitter, parce que comme parents, nous ne sommes pas disponibles.

La télévision montre en effet des scènes difficiles devant lesquelles un enfant ne doit pas rester seul. Bambi par exemple est un film terrifiant. "On montre à l'enfant ce qu'est la mort mais sans la montrer, en l'accentuant, avec une économie de moyens". On constate que l'enfant laissé seul devant la scène dramatique de Bambi finit par faire 'une métamorphose du traumatisme' : il regarde la scène plusieurs fois en faisant autre chose, puis il enregistre et développera plus tard l'idée que la mort n'est pas très importante puisqu'elle ne mobilise personne et que son émotion n'a été contenue par personne. On aura beau jeu ensuite de dire que c'est à cause des jeux vidéo que l'enfant a un rapport détendu ou distendu à la mort, explique Bruno Humbeeck.

Ce qui est important c'est d'avoir des spectacles significatifs, d'aller au cinéma avec l'enfant, de proposer souvent de regarder ensemble un dessin animé.


Mais quel dessin animé ?

Pour Bruno Humbeeck, "ce n'est pas le dessin animé qui est ou non éducatif, c'est la manière dont vous allez en parler avec lui en créant un espace de dialogue".

Bob l'Eponge, avec ses voix hyper agaçantes, ses rires stridents, attire les enfants qui avalent le dessin animé et les pubs qui vont avec. Et en même temps, il rebute les adultes. "On a l'impression d'être dans un truc complètement fou, mais en réalité c'est un monde hyper cohérent qui permet de croiser de multiples champs sémantiques. Cela parle clairement aux enfants de 10 ans dans la façon de voir le monde." En comparaison, Kirikou est beaucoup plus linéaire mais beaucoup plus rassurant pour les parents.
Bruno Humbeeck prescrit d'ailleurs très souvent aux parents de regarder un Bob l'Eponge avec leurs enfants, pour partager ensemble un moment d'apprentissage dans le plaisir, même s'ils en ont deux lectures différentes. Cela permet de rire à des niveaux différents, de créer un dialogue qui enlève la tension de la relation pédagogique. 

Un dessin animé, c'est un espace transitionnel entre l'imaginaire de l'enfant et celui de l'adulte. 

Quelqu'un à qui l'on dit que son espace imaginaire ne vaut rien sera inévitablement blessé, parce qu'on a tous besoin d'être validé dans ses espaces transitionnels. Il est important de ne pas critiquer les goûts de l'enfant. "Le problème du parent c'est quand il décide lui-même ce qui est bien ou pas bien."

Toute une histoire d'humour se met en place chez l'enfant par les dessins animés qu'il regarde.
Pour les plus grands, South Park, c'est l'humour sarcastique, en soi c'est un très mauvais baby sitter. Mais on peut le canaliser en accompagnant l'enfant et en en parlant pour mettre les choses à leur juste place. South Park peut être éducatif si vous en parlez intelligemment avec l'enfant, conseille Bruno Humbeeck.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK