Souvenirs, souvenirs... les marionnettes à la télévision

Les marionnettes qui ont enchanté notre enfance
7 images
Les marionnettes qui ont enchanté notre enfance - © RTBF

Qui se souvient de Bébé Antoine, Bonhommet et Tilapin, Malvira, Poulou et Moka ou encore Blabla ? Présentes dans différents programmes télévisés de la RTBF destinés à la jeunesse, ces marionnettes ont captivé les petits, et parfois les plus grands, avec des histoires simples, tantôt drôles, tantôt émouvantes. Retour sur ce qui a accompagné l’enfance de beaucoup d’entre nous.

Dès le début des années 60, le service jeunesse de la télévision met à l’antenne des petites fictions réalisées par des artistes de chez nous, et dont les personnages centraux sont des marionnettes. 

Les dessins animés disponibles pour le petit écran sont rares à cette époque. Pour distraire les enfants, il faut donc produire soi-même les programmes qui leur sont destinés. Une véritable industrie se met en place, car il faut du monde pour créer ces émissions : scénaristes, décorateurs, créateurs de marionnettes et de costumes, équipes techniques, comédiens qui prêtent leur voix aux personnages.

Les marionnettes deviendront une valeur sûre des programmes pour enfants à la RTBF pendant une cinquantaine d’années, depuis 1960 jusqu’en 2010. Elles se glisseront également, avec succès, dans les émissions de divertissement destinées au grand public.

__________________

Bébé Antoine

En 1962, Lisette est la présentatrice vedette des émissions pour enfants à la télévision, avec l’émission Rantanplan, diffusée tous les lundis. Au programme chaque semaine, Les Péripéties de Bredouille et Cadrenbois, interprétées par des comédiens en chair et en os. Et d’autre part, une fiction animée uniquement avec des marionnettes, et dans laquelle apparaît pour la première fois Bébé Antoine, qui prendra par la suite beaucoup d’importance. La voix de Bébé Antoine est interprétée par la comédienne Marion :

"Lorsqu’il a été question de faire des émissions de 5 minutes pour dire bonsoir aux petits, le succès de Bébé Antoine nous a poussés à le mettre en vedette et à faire des bonsoirs aux petits. Les petits étant d’abord Bébé Antoine qui allait se coucher, avec le bonsoir de la Bougie Mousse qui temporisait et calmait tout le monde, avec le lion Rutabaga qui représentait l’autorité paternelle peut-être.

Il y avait aussi tous les petits copains de Bébé Antoine : le cochon Bilboquet, le castor Pollux, les marmottes Parasol et Parapluie, Oncle Bulle. Bébé Antoine n’était pas un héros, ce n’était pas un être parfait, il avait les défauts de tous les petits enfants, simplement il avait la franchise de les avouer. C’était une espèce d’exutoire avant de se mettre au lit, de chanter sa petite chanson qui le calmait, de calmer les autres enfants qui allaient au lit à la même heure. […]

C’était une époque faste, il y avait beaucoup de monde dans le petit studio 5. Et c’était toujours la fête, c’était plein d’enthousiasme, c’était vraiment une grande fraternité."

Bonhommet et Tilapin

Les fictions pour enfants sont produites par des compagnies extérieures à la RTBF. La société Télégan pour Bébé Antoine et surtout le Théâtre de l’Enfance qui a été le premier à proposer des histoires avec des marionnettes à la télévision, au début des années 60. C’est José Géal, comédien, marionnettiste, et futur Toone VII, qui est aux commandes.

En 1964, il rencontre la scénariste Renée Fuks, qui lui propose de créer pour la RTB des petites séquences pour enfants, en guise bonsoir, à l’instar de ce que fait déjà l’ORTF en France, avec Bonne nuit les petits, en compagnie de Nounours, Nicolas et Pimprenelle.

C’est ainsi qu’arrivent sur les écrans Les aventures de Bonhommet et Tilapin. Ils font leurs débuts sur antenne en 1965, ils y resteront jusqu’en 1971 et feront un vrai carton. Le Théâtre de l'Enfance en produira en tout 340 épisodes, diffusés en Belgique, sur la RTB, puis en Suisse et au Québec. Les deux marionnettes se produisent aussi en vrai, lors de spectacles qui attirent les foules et font l'objet de récits illustrés, édités aux Éditions Dupuis.

Malvira

En 1979, l’émission Feu vert, très populaire chez les jeunes, prend fin. La RTBF lance un nouveau programme d’un genre complètement différent : Lollipop, présenté par le comédien Philippe Geluck.

Chaque jour, Lollipop présente un sketch, une petite intrigue, entrecoupée de dessins animés. Philippe Geluck est entouré d’une jolie bande de complices qui vont donner à Lollipop toute sa saveur et sa particularité : ce mélange de poésie et d’humour absurde, assaisonné de quelques touches de férocité et d’insolence.

La première de ses acolytes est Malvira, la marionnette inventée et animée par Patrick Chaboud, le directeur du Magic Land Theatre. Elle a les traits d’une vieille femme sans âge, acariâtre, imbuvable, elle crache sur tout le monde lorsqu’elle est en colère.

Apparaissent aussi très souvent Poulou et Moka, un chien et un chat, deux marionnettes inventées par le comédien Robert Lemaire et qui passent leur temps à se disputer au cours de dialogues aussi aberrants que saugrenus.

Lollipop plaît aussi beaucoup aux parents, grâce à l'utilisation quasi permanente du second degré et d'un humour nonsense.

Lollipop disparaît des écrans au milieu des années 80, mais Malvira refera son apparition au début des années 2000, en se tournant cette fois vers un public de grandes personnes. Elle anime avec Jean-Louis Lahaye Les Allumés.be, et elle n'a guère changé...

Bla-Bla

En 1994, une nouvelle marionnette fait son apparition, c'est Bla-Bla, tout droit sorti de l'imagination du réalisateur Bernard Hallut.

Bla-Bla vit dans la Blamatic, une espèce d'ordinateur public installé dans une rue, où il se passe toujours quelque chose. Il observe, fait des rencontres. Il est entouré de la souris Clic, Mamy Nelly, Louis Toupti, Wilbur Disquedur, Monsieur Virgule... Il séduit les 'lardons', grâce à des histoires drôles et touchantes, mais aussi des sujets de société, parfois difficiles, avec des mots et des métaphores que tous les enfants peuvent comprendre.

"Aujourd'hui n'est pas une journée ordinaire", dit Bla-Bla au début de chaque épisode d'Ici Bla-Bla. Il se distingue aussi par sa volonté d'éloigner les enfants de la publicité, avec sa fameuse chanson 'Cache-cache pub'.

Il connaît très vite un grand succès, il enregistre des disques, se produit sur scène et devient une figure emblématique de la RTBF dans les années 90 et 2000. Après 15 saisons de présence à l'antenne sans interruption, il tire sa révérence en 2010.

Tatayet

Les marionnettes ont aussi séduit les adultes, à commencer par Tatayet. Animée par le ventriloque Michel Dejeneffe, il se fait remarquer au début des années 80 dans l'émission humoristique Zygomaticorama. Il devient ensuite le personnage central du Tatayet Show. Sous des dehors affectueux, il désarçonne tous ses interlocuteurs par ses réparties inattendues.

Chandelle

A la même période, entre 1981 et 1985, un personnage discret tient tous les jours compagnie à Arlette Vincent dans l'émission Plein Jeu. Il s'appelle Chandelle, il a les traits d'un vieux monsieur respectable qui intervient ponctuellement, glisse une plaisanterie pleine de charme ou un calembour un peu désuet.

Comment évoquer ces marionnettes dans une émission de radio ? Grâce à la magie des voix… Ces voix si particulières, si caractéristiques, feront remonter à la surface de nombreux souvenirs à ceux qui les ont entendues autrefois. Il ne faudra pas beaucoup de temps aux téléspectateurs de l’époque pour voir réapparaître les personnages qui ont enchanté leur enfance.

Pour les autres, ceux qui ne connaissent pas ces créatures de chiffon, fermez les yeux, écoutez et imaginez à quoi elles pourraient ressembler…

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK