Sommes-nous arrivés à l'âge de la responsabilité universelle ?

Le Dalaï-Lama
3 images
Le Dalaï-Lama - © Tous droits réservés

L'effondrement de la biosphère à l'échelle planétaire fait planer une menace d'extinction sur la vie terrestre. De plus en plus de monde en est conscient et un grand nombre de personnalité nous exhortent à changer. Du Pape au Dalaï Lama en passant par les scientifiques et les philosophes. La prise de conscience de nos interdépendances est partagée.

 

Eclairage dans Questions-Clés avec Sofia Stril-Rever, écrivain, co-auteur avec le Dalaï-Lama de

Nouvelle réalité, vers l'âge de la responsabilité universelle

Editions Arenes (06/04/2016)

 

__________________________

 

__________________________

'Nouvelle réalité, vers l'âge de la responsabilité universelle', le synopsis

Dans un texte aux accents universels, le Dalaï-Lama prend position sur la défense de l'environnement.
Il nous exhorte à examiner lucidement cette réalité inédite qui s'affiche désormais à la une des médias du monde entier : face au danger d'extinction qui menace l'humanité, nous devons rentrer dans l'âge de la responsabilité universelle.


Ecrit à partir de plusieurs entretiens exclusifs avec Sofia Stril-Rever, ce manifeste entend s'adresser à la meilleure part de nous-mêmes, à notre capacité de générosité et de mobilisation au service d'un idéal altruiste. Surtout, il nous rappelle que c'est en se transformant soi-même qu'on peut changer le monde.

 

Prix Nobel de la paix en 1989, le 14e Dalaï-lama est reconnu internationalement
pour sa promotion des valeurs humaines, son dialogue avec les scientifiques
et son engagement en faveur d'une éthique laïque.

Sofia Stril-Rever est écrivain, indianiste, biographe du Dalaï-lama
et interprète de mantras sacrés.

 

_________________________________

Sois le changement que tu veux pour le monde.

Ghandi

 

 

"J'ai cru que les questions prioritaires en matière d'environnement étaient la perte de la biodiversité, l'effondrement de la biosphère et le réchauffement climatique. Je me suis trompé, je pense aujourd'hui que les questions prioritaires en matière d'environnement sont l'égoïsme, la cupidité, l'apathie. les scientifiques ne peuvent pas régler ces problèmes pour lesquels il faut une transformation spirituelle et culturelle."

James Gustave Speth, doyen de l'Ecole des Etudes environnementales de Yale

_________________________________

 

 

 

>>> Un portrait de Sofia Stril-Rever >>>


 

 

 

 

>>> Vers le site du Dalaï-Lama >>>

 

________________________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________________________

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK