[SERIE Le grand dictionnaire des philosophies et religions] - Le prêtre

Le mot 'prêtre' expliqué et décodé par le professeur de philosophie Jean Leclercq.
 

A l’origine du mot 

'Prêtre' vient du grec 'presbutéros', qui signifie l’ancien de la communauté, appelé à présider les assemblées, en raison d’un privilège lié à l’âge.

Mais la langue grecque connaît aussi le mot 'hiéreus' qui désigne le sacrificateur cultuel qui assure, par un acte rituel, la médiation entre le monde des dieux et celui des humains.

Bien des religions connaissent la figure du prêtre, c’est-à-dire d’un ministre ou d’un fonctionnaire qui joue un rôle de médiation.


Chez les chrétiens 

En christianisme, on parle plutôt de ministères et on vise notamment le diaconat, le presbytérat et l'épiscopat, des rôles qui sont conférés par une ordination sacramentelle et donnent le pouvoir d’exercer des actes spécifiques. Par exemple, pour le prêtre, le pouvoir de baptiser, de pardonner les péchés, de célébrer le rite eucharistique, de bénir le mariage, etc.

Il est certes un croyant, mais il a été choisi et mis à part, il a été ordonné pour servir la communauté et, pour ce faire, il est célibataire depuis le 12ème siècle.

On fait d’ailleurs souvent observer que, parmi les représentants du sacré, il y a le fondateur, le prophète, le mystique, le réformateur, le prêtre et le chamane. Par exemple, le mystique met en évidence la question de l'union avec l'Être suprême ou de la solitude de sa vie en sa présence.


Le rôle du prêtre

Le prêtre est un fonctionnaire qui établit et assure le lien entre le divin et la communauté. Il est mis à part du peuple, le 'laos', puisqu’il a été choisi pour assurer et réguler le culte et les rites.

Le chamane, par exemple, reçoit ses pouvoirs directement des divinités et son rapport est très personnalisé avec le surnaturel. Il ne se réfère pas vraiment à un rituel mais plutôt à sa façon personnelle d’entrer en relation avec le surnaturel.


Un phénomène universel 

Il s'agit là d'un phénomène universel. Dans la religion assyro-babylonienne, le roi est le prêtre suprême assurant le lien entre les dieux et les hommes, puis, au fil d’une séparation entre le pouvoir séculier et le pouvoir rituel, on assiste à la création de la fonction de grand prêtre du temple.

Les prêtres sont aussi répartis en ordres hiérarchisés. Le plus prestigieux est le devin, qui lit l'avenir dans les astres et les entrailles d'animaux immolés.

La religion grecque n’a pas de sacerdoce hiérarchiquement organisé mais les prêtres sont omniprésents dans les temples, pour accomplir les rites ou interpréter les oracles.

 

Et les femmes ?

Il existait aussi des prêtresses, dont certaines étaient astreintes à la chasteté et cloîtrées. Et dans les temples, les hiérodules étaient des femmes esclaves qui pratiquaient la prostitution sacrée.

Dans la religion égyptienne, le pharaon était le prêtre suprême du pays mais des personnages importants socialement remplissaient des offices sacerdotaux, parmi lesquels des femmes qui étaient les prêtresses de déesses comme Neith et Hathor.


Le prêtre dans les monothéismes

Dans le judaïsme ancien, la fonction a d’abord été la mission d’une tribu, celle de Lévi. Les prêtres étaient les gardiens du trésor du sanctuaire ; ils rendaient des oracles et enseignaient au peuple la tradition d'Israël. 

Le christianisme, quant à lui, a fait de Jésus un unique grand prêtre qui se sacrifie lui-même et qui fait de son corps une offrande. Ceux qui viendront à sa suite devront l’imiter.

L’islam ne possède pas de sacerdoce au sens précis du mot, car il n’y a pas de prêtre médiateur entre l'homme et Dieu. La conduite du service religieux est confiée à un membre de la communauté, reconnu et instruit de la foi musulmane. L’ imâm est donc celui qui préside notamment la prière, selon des rangs et des fonctions particulières dans la mosquée. Il y a aussi l’ouléma qui représente le savoir théologique, le mufti qui prononce des avis religieux, le muezzin ou encore le faqîh qui est un spécialiste de la jurisprudence musulmane.

Finalement ce sont autant de fonctions qui servent à penser ce rapport entre le monde des humains et celui du Dieu.

Ecoutez ici la séquence Dico dans Et dieu dans tout ça ?

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK