SEA, SEX & SUN, sans SIDA, le combat de Nathalie Dupagne, Doc Gynéco au Gabon !

SEA, SEX & SUN, sans SIDA, le combat de Nathalie Dupagne, Doc Gynéco au Gabon !
12 images
SEA, SEX & SUN, sans SIDA, le combat de Nathalie Dupagne, Doc Gynéco au Gabon ! - © Tous droits réservés

photos Guillaume Dujardin

Mbolo et bienvenue au Gabon. Ici, on a l’impression d’être au bout d’un monde, il y a tant à faire et tout est possible. C’est à Port-Gentil, que Nathalie Dupagne a débarqué il y a 20 ans. Gynécologue aux 4 nationalités et aux 5 patronymes, c’est une vraie héroïne : sa vie est un roman-fleuve aussi mouvementé que l’Ogooué qui traverse ce pays d’Afrique centrale coincé entre l’océan Atlantique et le Congo-Brazzaville.

Socialisée à 6 mois à la garderie de l’ULB, Nathalie a fait Mai 68 sur le porte-vélo de sa maman qui terminait ses études de médecine avant de s’envoler, seule avec elle, vers Afrique des Grands Lacs. Telle mère, telle fille, Nathalie est une femme d’action et de conviction qui se bat pour la liberté et la santé. C’est ici au Gabon qu’elle se sent aujourd’hui la plus utile aux autres…Je suis fier et heureux que le Docteur Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix, lui ai remis le Trophée des Belges du bout du monde !

Maman Nathalie, un tantinet rock’n roll, a fermé son cabinet privé pour fonder l’ONG 3S. Sea, Sex & Sun, me dit-elle en éclatant de rire quand je la rencontre sur la plage de la Sogara où elle distribue préservatifs et brochures d’information. Plus sérieusement, m’explique-t-elle, 3S, c’est aussi et surtout Sensibilisation, Santé, Sexualité. Son objectif est d’agir concrètement sur le terrain en informant les jeunes et les femmes vulnérables de leurs droits en santé sexuelle.

Depuis cinq ans, elle descend avec ses pairs éducateurs sur les plages mais aussi dans les écoles et les églises. Elle y organise des séances d’information pour inviter les jeunes au centre de planning familial qu’elle a créé afin d’améliorer la santé et diminuer les comportements à risque. Dans la lutte contre le Sida, comme dans beaucoup d’autres combats, le savoir est une arme et le silence c’est la mort ! Alors Nathalie parle, prêche, explique, débat et convainc…Pour elle, la journée mondiale de lutte contre le Sida, c’est tous les jours de l’année.

Derrière les plages de rêve, il y a la cité ouvrière et pétrolière. Port-Gentil se trouve sur l’île de Mandji. Entourée de lagunes, la ville est quasiment inaccessible par voie terrestre, l’atmosphère y est insulaire et les traditions très ancrées sont parfois des obstacles à l’émancipation. Longtemps interdite au Gabon, la pilule n’a été libéralisée qu’au début de ce millénaire et l’avortement, pratiqué dans de mauvaises conditions, est resté, pour bon nombre de femmes, la seule méthode de planification familiale.

Face à ces drames qui touchent ces concitoyennes, Nathalie a voulu réagir. Le centre, qu’elle a créé au cœur de la foire municipale, combat les préjugés et apporte bcp de réponses aux questions que se posent les jeunes

Soucieuse de pérenniser ces actions de sensibilisations à la santé sexuelles, Nathalie a formé un petit groupe de jeunes éducateurs. Elle nous emmène chez l’une d’entre elles, Dolorès, pour une interview télé. Je mesure le privilège d’être accueilli chez elle, comme un vieil ami de la famille….

Très intégrée dans la population locale, Nathalie me propose aussi de participer à une partie de pêche traditionnelle au cap Lopez. Ici, on pêche à la senne : les immenses filets sont jetés au large et toute la communauté s’y met pour le ramener sur la plage. Il n’y a plus qu’à ramasser les poissons pris à l’intérieur et à partager plus ou moins équitablement entre les différents participants. Pendant que j’essaye de revenir avec un bar ou un capitaine, l’infatigable Nathalie tisse des liens avec les femmes des pêcheurs.

J’ai promis à Nathalie de l’inviter à casser la croûte chez madame Yambi. Véritable institution de la gastronomie Gabonaise, madame Yambi ne dédaigne pas faire ses emplettes avec ses clients. Direction le Marché du Grand-Village. Dans les cuisines de Madame Yambi, on s’active pour préparer gibier et viande de brousse, produits de la mer et du fleuve.

La cuisine est de type familiale, destinée à nourrir de grandes tablées. Les spécialités de gambas et de poissons sont souvent accompagnées de riz, bananes plantains et tubercules…Des plats qui rappellent à Nathalie son enfance au Katanga.

Un autre plat, plus surprenant, est à la carte de madame Yambi : le crocodile à la bière, on dirait des carbonnades flamandes à la sauce gabonaise. Je craque et me délecte de ce mets savoureux en méditant le proverbe local : Avant d’insulter le crocodile, assure-toi d’avoir traversé la rivière…

Attachée à ses racines, comme la forêt gabonaise qui couvre 80% du territoire, Nathalie aime se balader en paddle dans la mangrove de l’Ogooué. Cet écosystème fragile est très productif en biomasse assure une excellente protection contre l'érosion et contribue à la résilience écologique face aux effets du dérèglement climatique. Nathalie a besoin de ses escapades en pour se ressourcer. Des moments de magie que nous immortalisons avec notre drone qui plane au-dessus du delta

Je suis admiratif devant le parcours de notre belge du bout du monde qui multiplie les expériences pour conscientiser tous-azimuts : elle a même animé l’émission Doc Gynéco sur la radio gabonaise ! Nathalie, au prénom prédestiné pour une femme qui s’investit dans la natalité, n’a pas été maman une seule fois, elle l’a été des centaines, des milliers de fois : elle a aidé à donner et à protéger la vie de générations entières de jeunes Gabonais…Maman Tonda, comme on l’appelle ici, (en langue Myènè, cela signifie Maman Amour) a bien mérité son trophée : au pays du Docteur Schweitzer, notre toubib est la digne héritière du Docteur Mukwege !

Un reportage d’Adrien Joveneau, réalisé avec la collaboration d’Air France, à découvrir dans Les Belges du bout du monde au Gabon ce dimanche 25/11, en radio à 9h09 sur La Première et en télé à 14h05 sur la une

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK