Se réjouir et "célébrer" le bonheur d'autrui

Se réjouir et "célébrer" le bonheur d'autrui
Se réjouir et "célébrer" le bonheur d'autrui - © Tous droits réservés

Notre culture de compétition et de comparaison sociale peut avoir des effets délétères sur nos relations aux autres. Puisqu’être "le" meilleur est toujours défini par rapport aux autres qui seront moins bons, la réussite et le bonheur sont vécus comme des biens rares : ce qui va aux uns est alors nécessairement retiré aux autres. Docteur en psychologie et Maitre de Conférences à l'Université Libre de Bruxelles, Ilios Kotsou analyse chaque semaine un thème fondamental de nos vies quotidiennes. Retrouvez le sur son blog, sur sa page Facebook et tous les dimanches dans Week-end Première.

 

Tout le monde désire être heureux. Cependant, tout le monde veut le bonheur "avant les autres". Les petites (et grandes) bonnes choses qui arrivent aux autres sont alors éteintes par des réserves, des critiques ou des peurs. Avec comme conséquences la jalousie et l’envie. Une alternative à cela est de nous réjouir du bonheur des autres en partageant ces sentiments positifs. Des recherches scientifiques ont montré que nous réagissions aux bonnes nouvelles d’autrui de différentes manières : Soit par une réaction enthousiaste, soit par une attitude plutôt neutre, soit en l’ignorant totalement, ou encore dans certains cas, en devenant "carrément cassants". Seule la première attitude a des effets positifs sur les relations (alors que les 3 autres ont des effets négatifs).

Pourtant, partager avec autrui les choses positives qui arrivent crée une dynamique favorable. Plus nombreuses sont les personnes avec qui nous le partageons, plus le bénéfice augmente. Essayez de vous rappeler comment vous avez réagi la dernière fois qu’un ami vous a annoncé une bonne nouvelle ? Avez-vous montré de l’enthousiasme ou au contraire avez-vous ignoré, minimisé voire ironisé sur cet événement positif ?

Les conseils d’Ilios

La proposition est de se nourrir pendant toute l’année, et pas uniquement aux occasions établies, des petits bonheurs du quotidien. Comment utiliser chaque occasion de la vie quotidienne pour se réjouir avec nos proches. Votre compagnon s’est remis au sport après une pause de quelques mois qui vous a semblé une éternité ? Oubliez le petit commentaire sarcastique et misez sur les encouragements et l’intérêt sincère et authentique.

La prochaine fois qu’un proche vous annonce une bonne nouvelle, accordez-lui toute votre attention. Posez-lui des questions, revivez l’expérience avec lui. Ensuite trouvez une occasion ou un moyen de célébrer cette bonne nouvelle : Un petit mot sur la table, un petit cadeau ou une invitation à fêter l’évènement par exemple.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK