Se laisser tenter par la permaculture

Se laisser tenter par la permaculture
Se laisser tenter par la permaculture - © solidcolours - Getty Images/iStockphoto

A l'inverse du courant qui voudrait qu'on ait un jardin bien propre et bien taillé, la permaculture revient aux sources de la nature. Une méthode plus économique et moins contraignante. Un but facilement atteignable si l'on respecte quelques principes de base. Tout est une question d'équilibre.

Quand on regarde les jardins potagers, la plupart présentent des lignes bien droites où les tomates sont plantées d'un côté et les salades d'un autre. C'est le résultat de plusieurs heures de travail, pour planter, enlever les mauvaises herbes, arroser et rependre de l'insecticide. Et si on avait faux sur toute la ligne ?

La permaculture, retour à la nature

La permaculture vient contredire tous ces principes qu'on applique depuis des années. Elle essaye de revenir aux sources de la nature. De remettre ensemble les différents éléments qui font qu'un jardin c'est un écosystème, et un écosystème ça vit par soi-même. Quand on a un jardin on a tendance à se battre contre tout : les limaces, les insectes, les champignons, les mauvaises herbes... On se retrouve face à quelque chose qui n'est plus du tout naturel.

Comment commencer ?

La base de la permaculture c'est d'observer comment fonctionne le vivant. C'est récréer les conditions de la nature et de recréer un système qui va fonctionner par lui même et grâce aux interactions des espèces. Comment débuter ? Quelques grands principes. D'abord analyser le jardin, le terrain, prendre conscience des différents éléments comme le cycle de l'eau, le cycle solaire, les vents dominants et le type de sol.

Ensuite, il faut trouver un moyen d'augmenter les interactions positives ou productives entre les espèces. Par exemple, on peut planter du basilic au pied des plants de tomates. Le basilic va pouvoir pousser à l'ombre des plants de tomates, et le basilic va pouvoir éloigner les insectes nuisibles pour les tomates. Les deux vont pouvoir profiter de la présence de l'autre. Et quand vous récoltez vos tomates, il n'y a plus qu'à se baisser pour récupérer quelques feuilles de basilic et on obtient un plat tout prêt !

Découper son jardin en zones

Chaque partie du jardin aura une fonction différente. La zone 1 comprend une activité humaine plus intense comme un potager ou une serre, la zone 5 quant à elle est plus éloignée de l’habitation. Elle est laissée en friche et on laisse s'y développer un écosystème bien particulier.

Un dernier principe à respecter pour débuter la permaculture est que chaque élément du système remplisse plusieurs fonctions. Par exemple : le poulailler. Les poules vont fournir de la nourriture par les œufs qu'elles vont pondre, elle vont nettoyer le sol, le fertiliser, réguler la présence de certains insectes ou des limaces. Et par dessus tout elle vont éliminer les déchets. Un seul élément du jardin va donc remplir plusieurs fonctions.

La permaculture demande une certaine organisation au départ, mais le but ultime est qu'au bout d'un moment il n'y ait (presque) plus rien à faire !  

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK