Sandra Bessudo, petite sirène devenue ministre de l'environnement en colombie

Sandra Bessudo, petite sirène colombienne devenue secrétaire d'état à l'environnement
12 images
Sandra Bessudo, petite sirène colombienne devenue secrétaire d'état à l'environnement - © Tous droits réservés

A 10h d’avion de Bruxelles, la Colombie est située au nord-ouest de l’Amérique du sud. Elle est considérée comme un des pays les plus "mégadivers" de la planète. Sa nature… Mais aussi sa population est très diversifiée et métissée. 48 millions d’âmes, descendants des Amérindiens, des colons espagnols, des populations africaines déportées ou des immigrés européens du siècle dernier… Comme Sandra Bessudo, monitrice de plongée et activiste écologiste devenue secrétaire d’état à l’environnement lors de la COP21. Une femme étonnante à découvrir ce dimanche sur la première, et ici à travers le reportage télé de belges du bout du monde.

Des fonds marins à la COP21

C'est en 2010 que Sandra Bessudo troque sa tenue de plongée contre un costume de secrétaire d'Etat à l'environnement. Aujourd'hui, elle travaille à la sauvegarde des éco-systèmes marins et préside la Fondation Malpelo avec laquelle elle sensibilise les enfants à la sauvegarde des océans. Nous irons à sa rencontre sur la presqu'île de Baru, où elle a passé une partie de son enfance et où elle nous présentera sa famille de coeur, à l'école où elle forme les jeunes. Agir au niveau local, tout en étant impliquée dans de plus hautes sphères, c'est l'un des credo de cette belgo-franco-colombienne. Une façon aussi de rester attachée à la réalité du terrain. Elle n'hésites d'ailleurs jamais à se lancer dans l'aventure, que ce soit dans la forêt amazonienne ou dans les fonds marins, vous le verrez. "Act local, think global", une belle phrase qui prend tout sons sens avec Sandra Bessudo.

Reboiser les océans

L'océan est vital pour Sandra. A quatre ans déjà, elle enfilait palmes, masque & tuba pour plonger avec papa et aller voir ce qui se passe sous la surface de l'eau. Et il y a de quoi faire en Colombie, pays baigné par la mer des Caraïbes et l'océan Pacifique. Sous l'eau, elle est encore plus à l'aise que sur terre. Avec cette sirène colombienne, nous irons adopter un corail. Un geste qui permet de multiplier ces animaux des mers chaudes alors que plus de 20% des récifs coralliens ont disparu sous l'influence de l'homme et du réchauffement climatique. Les coraux, ce sont un peu les arbres des océans, ils participent à créer l'oxygène que nous respirons mais permettent également de protéger des millions d'espèces marines. Pour sauver ces "arbres des mers", Sandra plonge régulièrement et reboise les fonds marins de son pays.

Des richesses naturelles à sauvegarder

Après la mer, nous prendrons la direction de Baranquilla pour explorer une réserve naturelle en lisière de forêt, celle-ci occupe 55% du territoire Colombien . Avec sa diversité géographique et climatique, la Colombie est une véritable arche de Noé, elle abrite une des plus grandes concentrations d’espèces végétales et animales au monde, comme le fameux Saguinus Oeidpus, mieux connu sous le nom de "singe Titi". 

Une ville pétrie d'histoire(s)

A 45 minutes de bateau de Las Islas, nous débarquerons ensuite à Carthagène des Indes où se cache un magnifique centre historique et sa cité coloniale fondée en 1533 par Pedro de Heredia. Classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, cette ville est aussi la capitale du département de Bolivar. Une ville charmante où l'on découvre un patrimoine historique très riche au gré des ruelles et petites places. Sur les traces de Gabriel Garcia Marquez, le Prix Nobel de littérature qui a créé à Carthagène une fondation pour le journalisme, 10 ans après y avoir écrit "L’Amour au temps du choléra". La vie, disait-il, n'est pas ce que l'on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on s'en souvient...

Les Belges du bout du Monde en Colombie, une émission à découvrir ce dimanche 30 décembre, à 9h sur La première. Un reportage réalisé avec la collaboration de la DGD & d’AIR EUROPA.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK