SÉRIE VIDÉO - Samuel Fuller : "Love is the answer!"

Samuel Fuller : "Love is the answer !"
4 images
Samuel Fuller : "Love is the answer !" - © Belga Image

Décadrages vous propose de redécouvrir le cinéaste Samuel Fuller, dans une série vidéo en trois volets. C'est Frank Lafond, docteur en études cinématographiques et professeur à l'Université de Strasbourg, qui est notre guide.

Formé et influencé, dès son adolescence dans les années 30, par la pratique du journalisme dans des tabloïdes américains, Samuel Fuller ('L’Homme au Cigare') sera également écrivain de nouvelles et de romans, soldat au front en 40-45, scénariste (une cinquantaine de scénarios dont ceux de ses propres films), acteur (une trentaine de petits rôles ou de simples apparitions amicales), producteur et, enfin et avant tout, cinéaste, avec une trentaine de longs métrages entre 1948 et 1990.

Cinéaste partisan d’une forme de réalisme 'coup de poing', ou d’un 'sensationnalisme constructif' (comme l’écrit Frank Lafond), Fuller touchera à tous les genres : westerns (I shot Jesse James, Baron of Arizona, Forty Guns…), films noirs (Park Row, The Crimson Kimono, Pick up on South Street, Underworld USA…), films de guerre (The Steel Helmet, Verboten, The Big Red One, drames (Shock corridor, The Naked Kiss, White Dog…).

Un point commun à tous ces romans, scénarios et films, quel que soit le genre ? Une fascination-répulsion pour la violence.

Samuel Fuller disait : " Si j’ai appris quoi que ce soit en écrivant toutes ces histoires, en combattant pendant une guerre mondiale, en réalisant tous ces films, en ayant des hauts et des bas, j’ai appris que tout – tout ! – peut être exprimé en seulement quatre sacré bon de Dieu de mots : l’amour est la réponse. "

Son ami Jim Jarmusch résumait, avec un brin de fatalisme et de tristesse, la place de Samuel Fuller dans l’histoire du cinéma : " S’il fallait classer Sam, je dirais que c’est un anarchiste antitotalitaire. (…) Il a toujours été l’un de nos grands réalisateurs. C’est un artiste et une voix admirables du cinéma américain. Ça ne veut pas dire qu’il a été accepté comme tel, au contraire. Il n’a jamais été un réalisateur de gros succès commerciaux. Il a été quelque peu ignoré, ou abandonné. On l’a juste oublié. "

Découvrez ici les 3 épisodes de la série vidéo réalisée par Jean-Louis Dupont

L'invité de Décadrages :  Frank Lafond

Frank Lafond, docteur en études cinématographiques et professeur à l'Université de Strasbourg, directeur de collection aux Editions Vendémiaire, est l’auteur d’une somme sur la vie et l’œuvre (littéraire, journalistique et cinématographique) de Samuel Fuller.

Cet ouvrage, Samuel Fuller, jusqu’à l’épuisement, richement illustré est paru, en décembre 2017, aux éditions Rouge Profond.

Frank Lafond est aussi l’auteur des ouvrages suivants :

Jacques Tourneur, les figures de la peur, collection " Le Spectaculaire ", série " Cinéma ", Presses universitaires de Rennes, Rennes, février 2007.

Joe Dante, l’art du je(u), collection " Raccords ", Rouge Profond, Pertuis, novembre 2011.

Dictionnaire du cinéma fantastique et de science-fiction, Éditions Vendémiaire, Paris, octobre 2014.

Samuel Fuller, jusqu'à l'épuisement, collection " Raccords ", Rouge Profond, Aix-en-Provence, décembre 2017.
 

Frank Lafond a également dirigé les ouvrages collectifs suivants :

Cauchemars américains : Fantastique et horreur dans le cinéma moderne, collection " Travaux & Thèses ", Les Éditions du CÉFAL, Liège, 2003. Direction, introduction, traductions et établissement d’une bibliographie sélective.

George A. Romero, un cinéma crépusculaire, Michel Houdiard Éditeur, Paris, septembre 2008. Direction, introduction, traductions et établissement d’une bibliographie sélective.

Cauchemars italiens, volume 1 : le cinéma fantastique, collection " Champs Visuels ", L’Harmattan, Paris, janvier 2011. Direction, introduction, traduction et établissement d’une bibliographie.

Cauchemars italiens, volume 2 : le cinéma horrifique, collection " Champs Visuels ", L’Harmattan, Paris, janvier 2011. Direction, avant-propos, traductions et établissement d’une bibliographie.

Le Mystère Franju, collection " CinémAction " n° 141, Éditions Charles Corlet, Condé-sur-Noireau, 4ème trimestre 2011. Direction, introduction, traduction, entretiens et établissement d’une bibliographie sélective.

Les Monstres de Mayfield Place, coffret ultra collector de The 'Burbs (Joe dante, 1989), Carlotta, décembre 2016.
 


 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK