#saferinternetday : pourquoi les ados postent-ils tellement de photos d'eux?

Comme chaque année, au début du mois de février, le Safer Internet Day revient. Cette journée mondiale vise à promouvoir un internet meilleur auprès des jeunes et de leur parents, notamment en encourageant les adolescents à avoir des comportements responsables en ligne. Et dans ce cadre-là, un des premier réflexe que les parents doivent apprendre : essayer de comprendre pourquoi les jeunes postent des photos d'eux. Quels sont les ressorts de leur présence sur les réseaux sociaux ?

Ce n'est pas simplement du narcissisme

Selfie filtré sur Instagram, chorégraphie sur Tik Tok, petite blague en vidéo sur Snapchat... A partir de 13-14 ans, c'est l'inflation. Photos, vidéos, images. Les adolescents postent toute la journée. "Ce n'est pas du narcissisme" explique Yves Collard, formateur en éducation aux médias et professeur invité à l'IHECS en psycho-sociologie des usages médiatiques. "L'adolescent, tout à coup, découvre qu'il a une existence propre, qu'il n'est plus un enfant". Dans son corps et dans tête, tout est en train de basculer, à une vitesse qu'il ne peut pas maîtriser. Pour comprendre ces changements, il met en place un mécanisme : "La recherche bienveillante du regard des autres, pour essayer de comprendre ce brutal changement de l'adolescence". Poster des photos de lui pour se comprendre, sans l'aide de ses parents. "Il y a une nécessité, chez l'adolescent de reprendre la main sur lui-même. Jusqu'à ses 10-11 ans, ce sont toujours ses parents qui le prennent en photo, voire diffusent ces photos, sans trop demander l'avis de l'adolescent. A un moment donné, l'adolescent à envie de prendre possession de son image, et de définir qui il est". Un moment presque initiatique dans la construction de son identité, qui doit correspondre à une phase dans sa vie. "C'est quelque chose dont on n'a plus forcément besoin à l'âge adulte, parce qu'on sait qui on est, on connaît ses propres limites. On sait la tête qu'on a quand on se lève le matin. Pour un adolescent, savoir la tête qu'il a le matin, c'est un phénomène assez récent pour lui." D'ailleurs, les adolescents prennent, en réalité, beaucoup plus de photos d'eux-mêmes que ce qu'ils ne postent.

Eviter d'afficher du mépris pour l'usage des réseaux sociaux

Face à cette inflation de photo postées sur les réseaux sociaux, comment les parents peuvent-ils réagir ? Surtout, ne pas se moquer. Surtout ne pas afficher de mépris. "La première attitude qu'on peut conseiller, c'est de prendre la mesure exacte de ce besoin adolescent et de ne pas en rajouter trop, par rapport au danger. Parce que l'effet pourrait être d'avoir une rupture de confiance entre les adolescents et les parents. Et quand les adolescents vont avoir une question, un problème, ils ne se tourneront pas vers les parents, en cas de problème."

Que leur dire ? D'éviter la prise de risque, par exemple en évitant de poster des photos trop peu élogieuses à leur égard. Il y a 6 points importants à leur signaler et qui différencient la vie réelle et la communication par écran :

  • La perdurabilité : les contenus postés restent en ligne pendant des années.
  • L'investigabilité : on trouve tout sur internet, mais on peut aussi être trouvé par n'importe qui.
  • La reproductibilité : tout contenu peut être copié-collé et ré-utilisé (voire, dans un autre contexte susceptible d'en modifier le sens)
  • Une écoute indiscernable : quand on produit un contenu en ligne, on pense communiquer avec certaines personnes choisies. Mais un public potentiel, souvent jugé indésirable, peut y avoir accès
  • Un changement d’échelle : Certains contenus en ligne sont davantage amplifiés que d’autres, ils peuvent devenir viraux sans qu'on puisse le prévoir?
  • La décontextualisation : La diffusion d’un message et sa réception, potentiellement simultanées, peuvent ainsi se produire dans des circonstances très lointaines les unes des autres.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK