S'il n'y a pas d'équipe, il n'y a pas de goal : quand le sport se met au service de l'entreprise

S'il n'y a pas d'équipe, il n'y a pas de goal : quand le sport se met au service de l'entreprise
S'il n'y a pas d'équipe, il n'y a pas de goal : quand le sport se met au service de l'entreprise - © Pixabay

Valeurs collectives fortes, concentration sur les objectifs, culture de la gagne et du dépassement de soi... Et si le management était un sport de haut niveau ? Au-delà des valeurs, le sport peut aider l’entreprise et le travailleur au quotidien.

Jean-Olivier Collinet, de Jobyourselfa choisi de faire un parallèle entre une équipe de football et le monde de l'entreprise. En étudiant une équipe de sport, on peut mieux comprendre le quotidien de l'entreprise. Il nous montre que les notions d'équipe, d'entraîneur et de fonctions au sein d'un terrain de jeu sont essentielles et intrinsèquement liées. L'entraîneur n'est rien sans son équipe. Quand l'équipe ne va pas bien, c'est l'entraîneur qui saute. Quand l'équipe va bien, c'est le buteur qu'on félicite. Dans le management, il y a des choses à apprendre de cette logique et de ces enjeux.

 

La notion d'équipe est essentielle

Le schéma tactique prime sur le joueur et la place du joueur. Donc :

> Si on veut être performant, il ne faut pas regarder uniquement son ballon, il faut regarder son équipe mais aussi l'équipe adverse, pour pouvoir adapter en conséquence la composition de l'équipe.

> Il n'y a pas de place vouée. Il n'y a pas que le buteur qui compte. Il n'est rien sans le défenseur, sans l'ailier... La notion d'équipe est essentielle. S'il n'y a pas d'équipe, il n'y a pas de goal. Chacun peut avoir un rôle central en fonction du moment du jeu ou du moment de vie de l'entreprise. Les entraîneurs changent régulièrement les places des joueurs pour éviter la lassitude, ce qui peut aussi s'appliquer en entreprise. Chacun a de la valeur ; l'entraîneur ou le manager doit y accorder de l'importance.

 

Comment constituer une équipe gagnante

  • Un bon entraîneur ne doit pas oublier que chaque joueur a son style, sa personnalité, sa créativité, son agilité. Il ne faut pas oublier le talent individuel au profit de l'équipe.
  • Il doit composer son équipe en fonction des attentes de ses adversaires ou de ses clients. Il est important, pour ne pas se faire dépasser, de regarder ce qui se passe en face, et de ne pas faire comme Polaroid qui n'a pas vu arriver le numérique, par exemple.
  • Il doit être sur le terrain et pas aux vestiaires. Le chef d'équipe ne doit pas rester isolé devant son ordinateur. Il doit lui aussi sortir de son bureau et aller à la rencontre de son équipe. "Si on est isolé, on est déconnecté. Si on est déconnecté, on n'est plus face à la réalité".
  • Le rôle d'un bon entraîneur est d'engager des joueurs meilleurs que lui et de les faire travailler ensemble. Si un manager est trop individualiste, il fera une mauvaise équipe et sera limogé. Sa réussite dépend aussi de celle de ses collaborateurs. Il doit être humble et accepter que la coupe soit portée aussi par son équipe. Le collectif agit au profit de l'individu au bout du compte.

 

Dynamiser l'entreprise grâce au sport

D'anciens entraîneurs ou joueurs viennent aujourd'hui donner des formations en entreprise pour expliquer comment, par le sport, on peut gagner des buts et atteindre un haut niveau. Ils montrent l'importance de composer une équipe performante dans le milieu de l'entreprise.

De plus en plus de sociétés utilisent aussi le sport pour motiver leurs équipes et les rassembler, par exemple en constituant une team pour les 20 km de Bruxelles. Le sport permet de trouver de nouveaux talents. Il est prouvé qu'il augmente de 6 à 9% la productivité de chaque collaborateur, tout en diminuant le taux d'absentéisme.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK