"Royal Corgi" un film pour tous, made in Belgium

"Royal Corgi" un film pour tous made in Belgium !
2 images
"Royal Corgi" un film pour tous made in Belgium ! - © Tous droits réservés

Avec un budget 20 millions d'euros, c'est à dire 8 fois moins que pour un film Pixar, le studio nWave a récemment sorti le film Royal Corgi.  Un film pour tous, qui raconte le parcours de Rex, un petit corgi,  qui veut retrouver son maître et pas n'importe quel maître:  la reine Elisabeth. Avec la voix de Guillaume Galienne pour le personnage principale, les studios nWave ont réussi cette prouesse d'animation et ce pari osé. Ben Stassen, producteur du film, était l'invité de Jérôme Colin.

Le jour où Rex, un chiot adorable, arrive à Buckingham Palace, il ne faudra pas longtemps avant qu'il ne fasse fondre le coeur de la reine d'Angleterre. Très vite, il devient le chouchou de Sa Majesté, parmi tous ses fidèles CORGI. Véritable canaille, Rex est à la fois incorrigible et charmeur et sème impunément la pagaille au palais. Une position secrètement enviée par son meilleur ami Charlie, qui établit un plan pour prendre sa place. Suite à une énième bêtise du petit chien, Charlie convainc Rex de quitter le palais et l'emmène se perdre dans les rues dangereuses de Londres. Recueilli dans un chenil, Rex devra affronter de nombreuses épreuves pour retrouver le chemin du palais et récupérer sa place de favori de la Reine.

Donald Trump mordu aux coucougnettes, un pari osé ?

Cette production belge raconte donc l'histoire d'un corgi de la reine Elisabeth qui fait une grosse bêtise: lors d'un dîner entre la reine et le président Trump, Rex est poussé contre son gré à mordre les partis intimes du président, ses "coucougnettes". 

Une scène un peu "osée" et qui n'aurait pas été possible si le film n'avait pas été réalisé par une boîte de production belge. Ben Stassen, producteur du film s'explique "J’ai racheté la première version du scénario en septembre 2016, et j'ai attendu de voir qui deviendrait président pour adapter le film, j’ai donc attendu car je ne voulais pas que ce soit un président lambda. On a commencé la production et on fait ça un peu plus tard du coup.

Ben Stassen et son équipe de nWave, boîte de production qui a réalisé le film ont donc souhaité que le film reste très léger, mais aussi qu'il soit diffusé à l’international. "On a fait ça entre nous,  nous sommes trois partenaires dans la boîte, c'est vrai certaines scènes ne seraient jamais passées aux États-Unis car ils font de l’auto-censure."

Un film pour tous

"Il y a certaines scènes qui peuvent paraître limites mais ce sont les adultes qui projettent,  sur les enfants,  ce qu’ils vont ressentir, ou comment ils vont interpréter, si les enfants comprennent c’est qu’ils sont en age de comprendre, s’ils ne comprennent pas c’est qu’ils ne sont pas en âge de comprendre, c’est bon pour les parents et c’est pour les enfants et c'est tout."

Royal Corgi est donc un film d'animation qui touche les tout les petits. La cible est clairement le jeune public mais ce film permet une double lecture, le but étant également de plaire aux adultes.  "C’est ce qui m’a séduit dans ce scénario, c'est un film familial, par rapport à tous les autres films d’animations qui sont peu accessibles aux touts petits, ici on peut vraiment aller voir Royal Corgi dès 3 ou 4 ans.

 

nWave une boîte de production belge qui s'est imposée sur le marché

En 1996, le premier film d'animation sort au cinéma, "Toy Story" et jusqu'en 2009, il ne sort pas plus d'une dizaine de film d'animations mais depuis, les choses ont bien changé. Il sort pas moins de 20 à 25 films d'animation, pas évident d'y trouver sa place face aux géants américains et à leurs budgets faramineux.

Royal Corgi est pourtant une production belge, avec un budget  de 20 millions d’euros.  Un budget incomparable à celui des américains qui investissent également énormément dans le marketing des américains. Il est donc très difficile d’aller chez les américains, "tous les grands studios américains ont des studios d’animations, il y a vraiment peu de place pour les indépendants ou nos films "étrangers" sur le marché américain" explique Ben Stassen.

Le  revers de la médaille pour les américains est que les films familiaux restent les plus rentables pour les distributeurs nationaux, mais que les cinémas indépendants, n’ont pas accès à ces grands films américains, "ils nous accueillent à bras ouverts , tous nos films sortent dans 60, 70 pays, nous sommes le seul studio au monde qui a eu tous ces films distribués en Chine",

 

Avec des budgets marketing réduits, le studio nWave arrive donc à faire  9 à 10 millions d’euros d’enrtrées avec des budgets qui sont divisés par 4 comparés aux studios américains.

"Un film Pixar c'est 100 à 120 millions d’euros,  six à 8 fois plus que notre budget pour Royal Corgi, l'écart est énorme, mais si on double le budget ici nous serions capables de faire du Pixar. Pixar par contre serait incapable de réduire son budget à 20 millions pour la production."

 

 

Réécoutez l'interview de Ben Stassen producteur de Royal Corgi dans "Entrez sans frapper"

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK