Robert Cailliau, pionnier oublié du web

Le nom de Robert Cailliau vous dit-il quelque chose ? 
L’homme, 71 ans, originaire de Tongres, est un ingénieur et informaticien ayant développé, avec Tim Berners-Lee, le World Wide Web. 
Depuis quelques années, il se retranche quelque part à la frontière franco-suisse, refusant toute interview, dépité de la tournure qu'a pris son invention.

Le journaliste Quentin Jardon est parti à la recherche de cette figure majeure et méconnue du Web.

L'origine du www

" Tout commença en 1989, quand Tim Berners-Lee et Robert Cailliau proposèrent un système d’informations distribué basé sur l’hypertexte à destination du CERN (le Centre de Recherche sur le Nucléaire en Europe​​​​). "

Tim Berners-Lee et Robert Cailliau se partagent la paternité du Web, même si aujourd'hui, on considère que le premier est le véritable fondateur du Web et le second son premier disciple. 

Le World Wide Web a été initialement conçu pour développer un système d’informations relié à Internet, déjà existant à l'époque, et pour faciliter une communication rapide entre les chercheurs du monde. L'appellation www, assez compliquée à prononcer, est une invention de Tim Berners-Lee.

"Il ne faut pas confondre Internet et le Web", précise Quentin Jardon. "Internet est un réseau créé dans les années 70 pour envoyer des informations à travers le monde. Le Web, c'est autre chose, c'est ce système qui permet de partager des informations à travers des sites web, grâce à l'hypertexte, qui permet de naviguer d'un lien à l'autre. Le but était de l'ouvrir à tous, la dimension mondiale était d'ailleurs déjà dans le nom World Wide Web."
 

Une gloire longue à venir

Pendant 3-4 ans, Tim Berners-Lee et Robert Cailliau ont été comme des évangélistes qui prêchaient la bonne parole à travers le monde, pour vanter les mérites de leur invention. On ne comprenait pas à l'époque en quoi le web pouvait être utile. Même le CERN n'en voyait pas les enjeux. Ils devaient en outre faire face à des concurrents, dont le plus redoutable était Gopher, un système comparable au Web.

Tim Berners-Lee et Robert Cailliau n'ont donc pas fait fortune avec leur invention, contrairement à Mark Zuckerberg avec Facebook ou Jeff Bezos avec Amazon. "Ils n'en tirent aucune amertume, ils ne cherchaient pas une forme de gloire ou de reconnaissance. Ils avaient vraiment un idéal dans la forme la plus pure, de créer un système d'information partagée, libre, gratuit."

 

La désillusion

Robert Cailliau a donc connu les années palpitantes qui ont vu la naissance d'une invention qui a révolutionné le monde.

Mais il ne se retrouve plus du tout dans le système qu'il a créé. Ce n'était pas du tout son idéal de départ. Robert Cailliau rêvait d'une bibliothèque d'Alexandrie numérique, d'un savoir partagé, gratuitement, librement. Et ce rêve s'est effondré, comme la bibliothèque d'Alexandrie incendiée.  Seul Wikipedia correspond en partie à cet idéal...

Il n'éprouve que mépris pour les réseaux sociaux comme Facebook, pour ces multinationales qui ont instrumentalisé, phagocyté son invention. Il vit aujourd'hui la frustration de ce qu'est devenu le Web. 

Quentin Jardon, journaliste à 24h01, s’est donné un an et quatre épisodes pour rencontrer Robert Cailliau et, à travers son aventure, raconter la saga inconnue du Web, à l’approche du trentième anniversaire de sa création.  Ecoutez-le...

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK