Réhumaniser sa vie, la solution contre le burnout?

temporary-20180204105504
temporary-20180204105504 - © Tous droits réservés

Dans la séquence "Nous, Vous, … Le Monde" de "Week-end Première", Ilios Kotsou revient sur les chiffres inquiétants du burnout. L’occasion de nous rappeler l’importance de s’arrêter et de prendre soin de nos besoins fondamentaux.

Selon le Conseil Supérieur de la Santé, le burnout serait lié aux évolutions récentes de la société. La pression liée au temps ou à la performance, le renforcement de l’individualisme ou encore le glissement des relations sociales de la solidarité vers la concurrence font exploser le risque de burnout chez les travailleurs belges. Conséquence ? Plus de 28000 Belges souffriraient d’un burnout.

Personne n'y échappe

Le burnout ou syndrome d’épuisement professionnel se manifeste lorsqu’une personne commence à être épuisée de manière chronique et finit par se sentir de plus en plus inefficace au travail. Les symptômes peuvent être divers. Ils peuvent être physiques (troubles du sommeil, manque d’énergie, palpitations, troubles gastro-intestinaux...), cognitifs (perte de motivation, mauvais estime de soi, irritabilité, anxiété..) ou affectifs et comportementaux (changement d’attitude envers autrui : cynisme, indifférence, détachement, tendance à s’isoler, agressivité et absentéisme…).

D’après les données officielles de l’Inami, depuis plus d’un an, c’est plus de 7.000 personnes qui ont été prises en charge par l’assurance-maladie invalidité, pour des cas de troubles psychologiques liés au travail. Des statistiques inquiétantes, qui restent pourtant partielles. En effet, les cas de burnout qui ont eu une durée de 6 ou 9 mois ne sont pas repris dans ces chiffres. Tout comme les burnouts qui ne sont pas détectés comme tels.

Le conseil d’Ilios Kotsou : "réhumanisons notre vie !"

Comme une plante a besoin de soleil, d’eau ou encore de nutriments, nous avons tous des besoins fondamentaux que nous finissons par négliger … Ces besoins d’autonomie, de reconnaissance… Comment faire pour que nos environnements professionnels soient bien traitants à ces égards ?

"Posons-nous la question des moyens simples, à notre portée pour prendre soin de ces besoins : une promenade dans la nature, un moment avec nos proches, savourer un petit plaisir… Prenons le temps chaque jour de passer un moment avec nous-même sans rien avoir à "faire". Réhumaniser notre vie, c’est donner plus de place à "l’être". Sans interruption ni sollicitations attentionnelles. Pour nous connecter à ce qui est vivant en nous, pour prendre soin de nos vrais besoins. Mais aussi pour nous connecter à ce qu’il y a de vivant chez les autres."

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK