Radio Syria : 17 Syriens racontent

Radio Syria
2 images
Radio Syria - ©

Ce sont des histoires vécues par 17 Syriens, tous réfugiés en Belgique. 

Ils ont renoué avec leurs histoires de guerre à travers un processus d’une vingtaine d’ateliers, et nous les restituent sous la forme d’une narration-fiction : des premières intimidations, en 2011, à leur récent exil, en passant par les manifestations, les arrestations, les bombardements, et des violences de toutes sortes.

Cette création sonore, dont ils sont les auteurs, narrateurs, personnages principaux et acteurs, donne à entendre leurs voix, celles de femmes et hommes du peuple, et affirme que ceux qui viennent d’ailleurs vivent ici, et que ni eux, ni leurs histoires, ne nous sont plus étrangers. 

Chaque participant a livré un souvenir marquant vécu personnellement au début des soulèvements ou pendant la guerre en Syrie, dans une chronologie de la violence.

Avec eux, nous sommes à Bruxelles et nous nous croyons en Syrie, par la force et la beauté du son qui nous enveloppe et nous emmène dans l'intimité de ces vies blessées, reconstruites par le patient travail mené par Maëlle Grand-Bossi et Cyril Mossé.

Un moment bouleversant de radio aux confins du récit et du réel.
_________________________________________________________

Première partie : Briser le silence

Ce sont des histoires vécues par 17 Syriens, tous réfugiés en Belgique. Surtout des jeunes de 20 ans. Ils ont connu la terreur du régime. Ils ont grandi avec les idées du régime.

Avant cette guerre, des milliers de personnes avaient déjà quitté la Syrie, par peur de l'oppression. 

Hafez El-Assad avait tenu le pays d'une main de fer jusqu'à sa mort. En 2000, tout était prêt pour que Bachar El-Assad succède à son père, la constitution de la République de Syrie avait été arrangée pour qu'il en soit ainsi. Son sourire, des études en Europe, une femme charmante, Bachar El-Assad avait tout pour plaire...

Les Syriens ont vécu dans la peur permanente pendant 46 ans. 
Il fallait briser ce silence.

"La révolution est née, après une préparation qui a duré des années, à laquelle s'ajoutent des années de désertification intellectuelle et sociale, accompagnées par un terrorisme d'état systématique et organisé. Les jeunes, qui refusent toutes sortes d'humiliation et d'esclavage, qui refusent la politique basée sur la privation de la liberté d'expression...

Cette génération qui a été éduquée dans la république de terreur, qui ne traitait que de la biographie d'un tyran unique. Je réalise que ce qui importe à ces jeunes, c'est la fondation d'un état développé, civil et démocratique. Des milliers de jeunes en train de manifester dans le berceau du régime, au coeur de ses partisans criminels.

C'est la plus belle heure que j'ai vécue de toute ma vie."


Les coups de feu commencent.
C'est un massacre dans tous les sens du terme. 
Le début du cauchemar.
Le 7 avril 2011.

Ecoutez la première partie de Radio Syria

_________________________________

Deuxième partie : La destruction des hommes

"Mon père et ma mère me disaient toujours : "Ne dis rien. Les murs ont des oreilles." On a été élevés comme ça en Syrie. Quand j'avais 17 ans, à l'époque de Hafez El-Assad, j'ai été enlevé, interrogé, torturé pendant plusieurs jours, pour avoir seulement parlé de liberté et de la possibilité d'un régime politique différent.

Les jeunes d'aujourd'hui ne veulent plus se taire. Le régime de Bachar El-Hassad a commencé à réprimer les manifestations en frappant avec des bâtons, puis ils se sont mis à tirer avec des armes à feu, puis avec des tanks, puis ils ont lâché des barils à explosifs, ils ont utilisé des armes chimiques.

Les civils sont les plus affectés par cette guerre. Soit ils prennent les armes contre le régime, soit ils s'en vont."

 

"Il suffit d'être au mauvais endroit au mauvais moment pour devenir coupable. On me met dans des cellules où il n'y a ni fenêtre, ni lumière. Moi, je suis cassé à l'intérieur, j'ai peur de mourir. Mais je suis encore jeune et j'espère toujours m'en sortir."

 

Ecoutez ici la 2e partie

_________________________________

Radio Syria est une réalisation de MAËLLE GRAND BOSSI ET CYRIL MOSSÉ.

Animation d’ateliers: MAËLLE GRAND BOSSI ET CYRIL MOSSÉ
Avec la collaboration de AHMAD, ALI, FATEH KAZMOUZ, MAHMOUD RAZZAZ, OMAR ASEM & HUSSEIN HOSARY, ALAA, MAZEN ALDHIAB, DIAB, TAHER MANLA, ZIN, MOHAMMED, SALAH, LOUJAIN, MUHAMMAD FATALOUN ET MOHAMMED SALIM MOBARAK
Interprètes arabe-français : MOHAMMED SALIM MOBARAK, MUHAMMAD FATALOUN, KINAN
Prise de son, Montage son, Création sonore et Musique originale : CYRIL MOSSÉ
Prise de son RTBF : VINCENT VAN DER VENNET ET ROXANE BRUNET
Mixage : VINCENT VAN DER VENNET
Bruitage : CÉLINE BERNARD
Comédiens voix françaises : JULIEN OUVRARD, ARTHUR GILLET, ALEXIS FLAMANT, FABIAN FINKELS, JONATHAN SIMON, AURÉLIEN DONY, ERIK STOUVENAKER, MATHIEU KLERCKX, ALEXANDRE HÉRAULT
Production : ATELIER GRAPHOUI ET MAËLLE GRAND BOSSI
Avec l’aide du Fonds d’Aide à la Création Radiophonique et du Fonds Gulliver de la RTBF, réunissant la RTBF, la Promotion des Lettres, la SACD, la SCAM, la SACD France et la SCAM France, la SSA et Pro Litteris.
Avec le soutien de la COCOF et des associations Bureau d’accueil bruxellois d’intégration civique bon (BON), Fedasil et la Coalition Belgo-Syrienne de Secours

Radio Syria a obtenu le prix documentaire 2017 de la SCAM. 

Découvrez en-plus ici : https://issuu.com/graphoui/docs/radiosyria-presentation/3

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK