Qui était Savinien de Cyrano de Bergerac?

Cyrano de Bergerac à l'honneur cet été à Villers-la-Ville !
3 images
Cyrano de Bergerac à l'honneur cet été à Villers-la-Ville ! - © RTBF Alexia Cappuyns

Qui était réellement cet homme, mort à l’âge de 36 ans ? De l'histoire au mythe, l'historien Adrien Roselaer évoque pour nous la vie de Cyrano de Bergerac, immortalisé par Edmond Rostand.

Il existe peu de sources sur Cyrano de Bergerac, mais de nombreux historiens ont travaillé sur la question pour retracer les événements qui ont émaillé sa courte vie.

On dispose par exemple de son acte de baptême le 6 mars 1619, en l'Eglise de Saint Sauveur à Paris. Il est issu de la bonne société, d'une famille plutôt bourgeoise, liée au milieu de la finance. Son grand-père était marchand de poisson du roi, il partage le même prénom, Savinien, il est protestant, lui aussi plutôt rebelle, il est à la base de la fortune familiale.


Les première influences

Le philosophe italien Lucilio Vanini donne dans ses écrits une bonne image de la censure, de la chape de plomb qui pèse sur ce 17e siècle et sur les travaux de Cyrano. Il sera d'ailleurs condamné à mort et brûlé vif à l'âge de 34 ans pour ses idées : le corps serait sans âme, la vierge aurait eu des connaissances charnelles, etc... 
Il inspire beaucoup Cyrano, qui y fera référence dans Les états et empires de la lune, sans vraiment le nommer ouvertement.

Cyrano est le contemporain d'autres victimes de l'Inquisition : Giordano Bruno, Galilée dont la théorie héliocentrique sera condamnée, ou encore Descartes condamné à l'exil pour ses travaux sur le rationalisme.


Les années de collège et d'armée

Henri Le Bret, ecclésiastique très engagé dans la reconquête catholique à Montauban, est celui qui va nous apprendre le plus sur Cyrano, en publiant de façon posthume les oeuvres de l'auteur, décédé soudainement. Il y joindra une notice biographique dans laquelle il parle du Cyrano avec lequel il a grandi. Au 19e s, c'est pratiquement la source unique dont on dispose sur l'écrivain, précise Adrien Roselaer.

Il nous apprend entre autres que le jeune Cyrano n'aime pas trop rester dans les cordes, il ne veut pas rentrer dans cette société d'ordres et de classes. Il se révolte contre le prêtre de sa petite école, contre ses professeurs au collège. Il aime se quereller avec ses condisciples et jouer des mauvais tours au curé et à sa gouvernante.

Vers 1631, Cyrano et Henri Le Bret intègrent le collège, cette institution nouvelle qui voit le jour pour recadrer les jeunes, fauteurs de troubles dans les villes. La censure et la discipline sont permanentes. Le latin et la religion y sont les matières principales. Le collège sera un moment difficile à vivre pour Cyrano.

Les deux jeunes gens s'engagent ensuite dans les armées du roi, en 1638, à un moment où la France est en pleine guerre de Trente ans. Cyrano va s'y faire remarquer en étant de tous les assauts, de tous les duels. Les Gascons le considèrent comme 'le démon de la bravoure', selon Henri Le Bret.

Le France est entrée en guerre en 1635, encerclée par les Habsbourg d'Espagne et d'Autriche. Richelieu fait porter ses armées au nord, et attaque de front les Pays-Bas espagnols. Cyrano combat à Arras, où il recevra un coup d'épée en pleine gorge, une blessure grave dont il parviendra à se remettre, mais qui marquera, en 1640, le coup d'arrêt de sa courte carrière militaire.


Le développement de sa pensée

Cyrano se lance alors dans des études de rhétorique. Son but est de rencontrer des philosophes, des scientifiques... Il fréquente des cercles de libertins dont certains deviennent des amis proches.

"Ce terme de libertin n'a pas la connotation d'aujourd'hui. Un libertin est à l'époque quelqu'un qui prend de la liberté avec la religion ou qui s'oppose à l'autorité. Il fréquente Chapelle, Coypeau et le grand philosophe Gassindi, dont il deviendra l'un des disciples", explique Adrien Roselaer.

Gassindi est mathématicien au Collège de France, spécialisé dans l'astronomie et la physique ; il va à l'encontre de la pensée officielle, en ce qui concerne la vie sur les autres planètes, les mouvements de la terre et de la lune, ce qui inspirera beaucoup Cyrano.


Les écrits

On perd ensuite sa trace pendant quelques années et on le retrouve en 1645 via une lettre d'obligation auprès d'un barbier chirurgien, qui dit l'avoir soigné d'une maladie secrète, sans doute vénérienne. On sait que cette maladie l'affaiblira toutefois pendant les dix dernières années de sa vie.

Cyrano entame sa carrière littéraire avec une première pièce de théâtre en 1646, mais il ne publiera rien avant 1654, un an avant son décès. 'Le pédant joué' aurait inspiré Molière pour ses Fourberies de Scapin, un 'emprunt' qui à l'époque se faisait sans problème.

Les écrits de Cyrano vont faire scandale, en particulier sa pièce La mort d'Agrippine où il s'attaque à des sujets sacrés. Il est aussi l'auteur de pamphlets, en particulier lorsqu'il prend parti pour la Fronde.

Cyrano n'assistera pas à la publication de ses oeuvres majeures L'histoire comique des états et des empires de la lune et L'histoire comique des états et des empires du soleil. Son ami, le religieux Henri Le Bret, s'en chargera à titre posthume, en prenant soin d'en expurger les passages les plus dangereux, là où l'auteur prend certaines positions non tolérées par la censure et où il prend des libertés avec la religion.

Malgré ces retouches, on y voit bien toute l'ampleur de la pensée de Cyrano, sa philosophie, ses théories nouvelles. Il défend le point de vue de la raison, au-delà du dogme, et il défend l'idée d'avoir le droit d'y croire sans être jeté en prison.

La dernière année

L'année 1654 est marquante pour lui. Il accepte enfin l'aide d'un protecteur, le duc d'Arpajon, pour publier un premier recueil de lettres, Oeuvres diverses, qui seront très censurées, malgré une sévère auto-censure préalable.

Il subit la même année un accident sur la tête - accident ou attentat ? - et ne sera plus jamais le même, sa santé décline. Il se réfugie chez divers proches, avant de mourir le 28 juillet 1655, à l'âge de 36 ans.


Le nez de Cyrano

Le physique de Cyrano va lui faire traverser les siècles. Mais à quoi ressemblait-il ? Dans ses écrits, il évoque son nez anormalement grand, dont il est fier. On a par ailleurs quelques représentations de lui par un artiste qui l'a connu, et qui doivent donc doit être fiables.

Son nez y semble effectivement important, busqué, mais rien qui justifie le mythe. Ce sont sans doute les auteurs qui par la suite amplifieront ce nez, dont Edmond Rostand. Sa pièce en vers, composée principalement à partir des écrits d'Henri Le Bret et représentée en 1897 à Paris, prend des libertés avec Cyrano. Rostand en fait par exemple un cadet de Gascogne alors qu'il n'aurait jamais mis les pieds dans le sud-ouest de la France. Il rend hommage à l'imagination fertile de Cyrano. Il évoque ses écrits qu'il semble bien connaître.

Cyrano est ouvertement homosexuel, même si Henri Le Bret a gommé cet aspect dans sa notice biographique. Il est donc bien loin d'être l'amoureux transi de sa cousine Roxane qu'imagine Rostand.

Suivez Un Jour dans l'Histoire ici, et notez aussi la conférence d'Adrien Roselaer, 'L'homme derrière le nez', le 28 novembre à 14.30 à Arlon, à l'Université du Temps Libre.

La pièce d'Edmond Rostand est jouée du 16 juillet au 11 août
à l'Abbaye de Villers-La-Ville.

La Première y a réalisé une émission spéciale ce 16 juillet. Suivez-la ici !

1000 jours dans l'Histoire vous en dit plus sur Edmond Rostand 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK