Quentin, homme au foyer : "C'est fou comme on se définit par sa profession"

Un schéma qui a encore du mal à passer au 21e siècle
2 images
Un schéma qui a encore du mal à passer au 21e siècle - © Tous droits réservés

Quentin William vient de publier Un homme au foyer à la conquête du monde  (La Boîte à Pandore). Un récit de vie, un témoignage de sa vie d'homme au foyer pendant les deux ans où il a suivi son épouse en mission à l'étranger. C'est aussi le récit du regard que les autres ont porté sur lui. Car homme au foyer, c'est une chose qui surprend encore au 21e siècle...

Quentin William nous livre ici une analyse sociétale qui montre que les rapports hommes-femmes sont toujours traditionnels. 

A l'ère de l'égalité des sexes au travail, pourquoi pas aussi cette révolution dans les foyers, se demandait-il. Mais il s'est vite aperçu que le 21e siècle n'était pas prêt à ce changement. Nous sommes encore pétris d'a-priori. Il y a encore une vision assez négative de l'homme au foyer, même de la part de femmes. L'idée perdure qu'il est naturel pour une femme d'être au foyer et de s'occuper des enfants, et moins pour un homme. 

Il est peu habituel que ce soit 'l'homme qui suive la femme' dans le cas d'une expatriation, ou qu'un papa entre dans la communauté des mamans autour de l'école ou des activités des enfants.

La question se pose surtout au moment où il faut abandonner sa carrière : c'est plus souvent demandé aux femmes qu'aux hommes. Les hommes sont rarement prêts à faire ce sacrifice de leur carrière. Ce sont encore souvent eux qui ont des situations professionnelles supérieures.

Lui-même était plein de préjugés, particulièrement au niveau du temps. Il s'est vite rendu compte que le quotidien était rempli de nombreuses tâches : ménagères, administratives (étant à l'étranger), familiales...

 

Une perte d'identité

Quentin William a été déstabilisé au début par les réflexions entendues, souvent de la part des hommes. Il a eu le sentiment de perdre un peu son identité car "c'est fou comme on se définit par son activité professionnelle, surtout quand on rencontre des gens pour la première fois et qu'on nous demande : qu'est-ce que tu fais dans la vie ? Quand on n'a pas de travail, c'est très difficile de se définir, surtout dans des cercles où le métier permet un peu de 'poser son homme'. C'est difficile de dire : 'moi, je suis ma femme', en gros." Avec le double sens du mot 'suis'.

Comme il savait que c'était pour un temps limité à deux ans, il a heureusement pu passer au-dessus assez facilement. Mais il n'est pas sûr qu'il renouvellerait l'expérience en Belgique. "Car il est valorisant d'avoir une activité professionnelle. Ça n'existe pas quand on est au foyer."

 

Faciliter les choix personnels

Quentin William estime qu'on devrait plus facilement faire des choix personnels comme celui-là, sans devoir les justifier. Il faudrait réfléchir à des solutions : le revenu universel, ou un accès plus facile à des congés de longue durée, ou encore un autre partage du temps de travail.

Il ressent toutefois qu'il y a une réelle progression au niveau du partage des tâches. Les hommes prennent de plus en plus leur part de la 'double journée' dont on parle pour les mères, si bien qu'ils ont chacun une journée et demi de travail. Ceci dit, les tâches que font les hommes sont souvent plus visibles : les travaux dans la maison, l'aménagement du jardin... se voient plus que le repassage ou le nettoyage du sol...

 

" Homme au foyer, je pensais incarner l'homme du XXIe siècle. Mais ni moi ni le siècle n'étions prêts.
Pour beaucoup, je suis un homme dans un rôle de femme. Cette situation ne manque pas de piquer la curiosité de mes congénères masculins. Avec parfois des accents machistes, ils en profitent pour poser les questions qu'ils n'ont probablement jamais posées à leur femme : " Franchement, qu'est-ce que tu fais de tes journées ? " ou encore " Tu ne fais quand même pas le ménage ? ". L'homme au foyer est, finalement, un excellent révélateur des rapports des genres, surtout, mais aussi des rapports à l'argent, à la solitude, à la réussite ou encore à la reconnaissance sociétale. Entre le témoignage truffé d'anecdotes et la critique d'une société encore bien à des égards sexiste et matérialiste, l'ouvrage alterne récit de vie et analyse sociétale documentée ".


 

Ecoutez le témoignage de Quentin William dans Jour Première


 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK