Quels sont les défauts du chocolat ?

Boîte de chocolat
Boîte de chocolat - © Pixabay

Avis au gourmands : on parle de chocolat.

C'est plutôt le lien entre chocolat et gourmandise qui est évident mais en fait, depuis la découverte du chocolat , on peut tracer une double histoire, celle de l'aliment et du médicament. On connaît tous un peu l'histoire du chocolat. Le cacao était déjà utilisé par les mayas et les aztèques déjà à l'époque précolombienne. Le "xocoatl" comme ils l'appelaient était un produit de luxe. Il était utilisé comme une boisson sacrée et avait aussi une fonction thérapeutique comme onguent pour cicatriser les blessures. On utilise le beurre de cacao ou comme boisson pour soigner aussi bien les problèmes digestifs, la dysenterie et les fièvres. Les précolombiens donnaient aussi des propriétés aphrodisiaques au chocolat. Ceci dit, le chocolat des mayas et des aztèques n'avaient rien à voir avec notre chocolat. C'était une boisson rouge, amère et sans sucre préparée donc avec du cacao mais aussi de la farine de maïs et du piment.

 

Arrivé du chocolat en Europe

 

Grâce aux conquêtes espagnoles, les médecins espagnols vont tout de suite s'intéresser au chocolat et à ses vertus thérapeutiques. Des chocolateries vont s'ouvrir au Mexique puis en Espagne. Le chocolat sera introduit à la cour de France par Anne d'Autriche, la femme de Louis XIII et fille du roi d'Espagne. Ça reste une boisson. Sa consommation va s'accroître sous le règne de louis XIV pour atteindre son apogée sous Louis XV où on y rajoute du sucre. Il devient vraiment un objet de gourmandise mais reste aussi un médicament. Les médecins lui attribuent des propriétés fortifiantes pour l’estomac et reconstituantes. À l'époque, il n'était pas vraiment digeste. Jusque-là, la fabrication du chocolat ne débarrasse pas le cacao de sa graisse, ce qui est plutôt lourd pour l'estomac. Fièvres, maladies nerveuses, dysenterie, choléra. Le chocolat est à l'époque encore sensé tout guérir.

 

Les défauts du chocolat

 

On conseille de ne pas le consommer en excès car il peut être source d'insomnie et de constipation. Petite anecdote : selon la marquise de Sévigné, la célèbre épistolière, une autre marquise aurait accouché d'un petit garçon noir à cause d'une trop grande consommation de chocolat. Il est un peu trop tard pour lui dire que ce n'est sans doute pas la bonne explication.

 

Au XIXème siècle, on retrouve toujours le chocolat en pharmacie. On y trouve par exemple des chocolats purgatifs, des chocolats à la quinine contre le choléra, des chocolats vermifuges. Au début de XXème siècle arrive aussi des chocolats dit de régime, une sorte d'alicament avant l'heure

 

Aujourd’hui, on ne va plus acheter son chocolat en pharmacie mais il continue à intéresser la recherche pharmaceutique et médicale notamment pour ses propriétés protectrices pour le coeur. On a su désormais analyser finement les composant du cacao. Désormais, on sait que comme le vin, les myrtilles, le cacao et donc le chocolat sont naturellement riches en polyphénols aux pouvoirs antioxydants. Plus précisément les flavonoïdes, des molécules qui auraient des vertus cardio-protectrices. En mangeant du chocolat, on réduirait les risques d'infarctus et la pression artérielle.  Ses antioxydants permettraient aussi de protéger du vieillissement cérébral. Le chocolat contiendrait aussi des substances antidépressives, ça n'étonnera personne mais c'est aussi très calorique. Il vaut mieux évidemment consommer du chocolat noir à haute teneur en cacao, pauvre en sucre et pauvre en graisse et surtout pas du chocolat blanc qui ne contient que du beurre de cacao. Et comme pour tout, jamais en excès même si votre cerveau vous dit encore. Le carré de chocolat ne doit pas se transformer en tablette.

 

Juliette Hariga

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK