Quelques conseils avant d'acheter un bien immobilier

Acheter une habitation ou réaliser des transformations, c’est souvent le projet d’une vie. Mais attention, tout n’est pas toujours rose. Quelques conseils de Marc Van Beneden, notaire.

Acheter à deux

70% des achats immobiliers se font en couple. Mieux vaut donc que votre couple soit solide. Acheter quand la situation de couple est compliquée ou bancale, c’est une erreur fondamentale.

 

J’entends souvent des couples m’expliquer qu’ils ont entamé un projet immobilier parce qu’ils croyaient que ce projet serait un but commun.

En cas de problème, cela devient source de dispute et de tensions. De plus, on en arrive souvent à une séparation et à une vente forcée.

Comment achetez-vous ?

Souvent quand on achète à deux. On dispose peut-être d’un capital de départ, on emprunte et on bénéficie d’un apport des parents, par exemple. On a un coup de cœur, on signe, on achète et on se dit que l’on réglera les aspects juridiques plus tard.

Les bons comptes font les bons amis

Notre notaire le déconseille. Au moment de l’achat, pensez à faire inscrire les apports de chacun et/ou les modalités particulières. En cas de séparation ou de décès, on arrive souvent à des désaccords et à de grosses difficultés pour établir les apports de chacun.

Deux conseils : connaissez votre budget et soyez pessimiste

Quand on achète, on surveille sa capacité de remboursement mais dans l’enthousiasme, on ne fait pas entrer en ligne de compte toutes les charges quotidiennes.

Résultat. Pour certains, il devient difficile de partir en vacances ou de s’offrir un restaurant ou autre petit plaisir. L’achat devient source de tensions voire de frustrations. Faites donc un point complet sur vos envies à court et à long terme et adaptez votre achat.

Un autre aspect à surveiller, c’est le budget rénovation. On est très motivé et on ne veut voir que le bon côté des choses. On se dit que l’on se fera aider par des amis, que l’on connaît quelqu’un qui… A l’arrivée, on peut avoir de mauvaises surprises, des dépenses imprévues ou des retards de mise en œuvre.

Soyez pessimistes et estimez la valeur des transformations à la hausse.

L’urbanisme

Il y a 20-30 ans, on pouvait acheter et réaliser ses transformations sans permis. Depuis 1992, la réglementation a changé. La plupart des transformations nécessitent maintenant des permis.

Aujourd’hui, lors de l’achat, vous devez connaître l’affectation de chaque pièce et connaître si les permis nécessaires ont été délivrés.

Exemple : si un grenier a été transformé en deux chambres avec salle de bains, ça doit être mentionné

S’il n’y a pas de permis et que la documentation ne le mentionne pas, vous êtes en infraction. Et si vous désirez vendre, les choses peuvent devenir compliquées. Parfois, la mise en conformité risque de coûter très cher et vous risquez de vous retrouver avec un bâtiment invendable.

N’hésitez pas à vous faire aider et à demander des conseils à des entrepreneurs.

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK