Quel est le problème de l'huile de palme ?

Quels sont les dégâts liés à l'huile de palme ?
2 images
Quels sont les dégâts liés à l'huile de palme ? - © SIA KAMBOU - AFP

Le Parlement européen se penche cette semaine sur les dégâts liés à la production et à la consommation de l'huile de palme, notamment les déforestations. Selon un dernier rapport sur la question, l'Union Européenne est le deuxième plus grand importateur de cette huile avec environ 7 millions de tonnes par an. Les invités sont Juliette BOULET, Porte-parole de Greenpeace & Philippe THIRY, Président du BASP (Belgian Alliance for Sustainable Palm oil) & Marc TARABELLA, Eurodéputé PS en charge de l’agriculture et de la Protection des consommateurs

Ce mardi, les députés du Parlement européen ont voté massivement en faveur d’une certification de la culture d’huile de palme et de son élimination des biocarburants d'ici 2020.

Juliette Boulet confirme la satisfaction des ONG concernant ces mesures : "la réaction des ONG est très positive parce qu'il y a urgence en la matière, sur le débat et ses conséquences sur la déforestation."

Les problèmes liés à l'huile de palme

Les problèmes liés à l'huile de palme sont principalement liés à la déforestation. Qui dit culture intensive, dit déforestation massive et conséquences sur la biodiversité. Certaines espèces comme l'orang-outan sont, d'ores et déjà, en danger à cause de la destruction de leur habitat naturel. De plus, les brûlis utilisés dans les plantations détruises les zones humides et sont source de pollution atmosphérique dont les premières victimes sont les populations locales. Pour finir, Amnesty International a relevé certaines violation des droits de l'homme sur certaines zones d'exploitations.

Pour contrer ces problèmes, une production et une consommation durable sont mises en avant comme la solution la plus efficace. Selon les Nations Unies, "la consommation et la production durables encouragent à utiliser les ressources et l’énergie de manière efficace, à mettre en place des infrastructures durables et à assurer à tous l’accès aux services de base, des emplois verts et décents et une meilleure qualité de la vie. Elles contribuent à mettre en œuvre des plans de développement général, à réduire les coûts économiques, environnementaux et sociaux futurs, à renforcer la compétitivité économique et à réduire la pauvreté. Elles nécessitent également une démarche systémique et la coopération entre les différents acteurs qui opèrent dans la chaîne d’approvisionnement, depuis le producteur jusqu’au consommateur final."

Un rapport d'initiative, sans portée législative

Le texte adopté par le Parlement européen est un rapport d'initiative sans portée législative. Mais, pour Marc Tarabella, c'est un pas en avant : "ce texte marque clairement la position majoritaire du Parlement par rapport à ce que devrait être l'utilisation de l'huile de palme. La commission devrait arriver à une proposition législative qui suive les recommandations du Parlement. C'est simple, l'Europe doit donner le "La" sur une utilisation plus rationnelle de l'énergie."

Comment l'Europe peut-elle est garante de ce qu'il se passe dans les pays producteurs comme la Malaisie et les îles indonésiennes ?

Selon Juliette Boulet, ces pays ont réagit comme ils le font depuis une dizaine d'années : "ils se cachent derrière leurs propres labellisations et leurs propres législations nationale pour dire que l'huile produite sur leur territoire est une huile durable mais de plus en plus de citoyens se rendent compte que ce n'est pas le cas. Le pouvoir est dans les mains du consommateur et du politique. Si la demande change, l'offre devrai s'adapter. Si les citoyens européens décident qu'ils ne veulent plus de cette huile de palme là, il faudra que les producteurs s'adaptent. Il existe des alternatives notamment sur le continent africain."

Des entreprises belges engagées

L’Alliance belge pour une huile durable réunit des entreprises et fédérations visant toutes deux objectifs communs : "la transition vers l’huile de palme durable et la communication objective et transparente autour de tous les aspects ayant attrait à l’huile de palme."

Philippe Thiry, président de la BASP, se réjouit de la décision du Parlement : "le Parlement prend la même décision que celle que nous avons prise. C'est formidable."

"Parmi les fédérations qui appartiennent à l’Alliance belge pour une huile de palme durable, citons CHOPRABISCO (l’Association Royale belge des Industries du Chocolat, de la Praline, du Biscuit et de la Confiserie), la FEVIA (Fédération de l’Industrie alimentaire), la FGBB (la Fédération des grandes Boulangeries belge), LIPROBEL (la Fédération des Fabricants belges d’Huiles et de Graisses) et l’UNIFA (l’Association des Fabricants et des Importateurs belges de Matières premières pour la Boulangerie, la Pâtisserie, les Chocolatiers et les Glaciers). DETIC, l’Association des Producteurs et Distributeurs de Savons, Cosmétiques, Détergents, Colles et Mastics, s’est engagée à promouvoir l’usage de dérivés de l’huile de palme durable auprès de ses sociétés membres.

Les entreprises belges faisant maintenant partie de l’Alliance belge pour une huile de palme durable sont Aigremont, Ferrero, Lotus Bakeries, Natra Malle, Puratos, Royale Lacroix, SIPEF, Unilever et Vandemoortele." (source)

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK
Soir Première
en direct

La Première Bxl

Soir Première