Quand Yusuf Islam est coupé au montage

Beaucoup d'artistes ont connu des illuminations mystiques. Madonna en a fait un fond de commerce. Prince est devenu témoin de Jéhovah en 2001 et a par la suite expurgé son répertoire de ses textes trop sexuellement explicites. La rappeuse Diam's a rangé le micro en même temps qu'elle a sorti le voile. Et puis il y a Yusuf Islam, sans doute le plus célèbre des convertis.

Quand il s'appelait encore Cat Stevens, il chantait ceci :

 

 

 

 

 

 

Wild World, peut-être bien la plus jolie chanson de rupture de tous les temps, c'était en 1970.

Cat Stevens est né à Londres en 48, d'un restaurateur chypriote et d'une mère suédoise.

Il a fait sa scolarité dans une école catholique mais il a toujours été curieux, et très connecté à sa spiritualité.

La suite, c'est le parcours classique d'un enfant doué, il joue dans les bars, il se fait remarquer, il prend le pseudo Cat à cause de ses yeux de chat, il enregistre des singles puis des albums, et c'est l'heure du succès et de la célébrité.

C'est aussi celle des accidents.

Une tuberculose qui le cloue au lit pendant des mois, et le fait s'installer dans sa vie intérieure. Mais aussi une baignade qui faillit être fatale. Il nage seul dans l'océan, à Malibu, et le courant l'emporte vers le large. Au point qu'il s'en remet à Dieu : il lui dit " Si tu m'aides, je travaillerai pour toi ". Alors une vague le ramène vers le rivage.

A quel Dieu parle-t-il ? C'est toute la question, et il va la creuser longtemps, lire beaucoup, se renseigner, tester. Jusqu'à ce que son frère lui ramène un Coran d'un voyage à Jérusalem.

Le livre finira par le convaincre, ce sera Allah, ce sera l'Islam. En 77 il se convertit. Un an plus tard il change de nom, il devient Yusuf Islam, et il abandonne sa carrière de pop star, dont il ne goûte plus la culture du business.

Cette pause artistique va durer près de 3 décennies, à peine jalonnée par quelques concerts de charité, des chansons pour enfants et des prestations à tonalités religieuses, le temps pour lui de se marier, de faire 5 enfants, et d'approfondir sa foi.

Dans l'intervalle, on lui a prêté des propos polémiques, qu'il a réfutés, comme un soutien à la fatwa contre Salman Rushdie. On l'a aussi interdit d'entrée sur le territoire américain, à cause d'une supposée pratique religieuse radicale, avant de lui accorder finalement un visa, l'islamiste en question étant apparemment un homonyme.

Son déclic, c'est Le 11 septembre 2001. Là il a de nouveau envie de composer, de nouveau envie de s'exprimer, de chanter.

Depuis 2006, il a sorti trois albums, il a aussi beaucoup tourné.

Il estime aujourd'hui que l'Islam n'est pas incompatible avec la musique pop. Il a mis 28 ans avant de le décider.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK