Quand Peg Entwistle est coupée au montage (19/09/2015)

.
. - © Tous droits réservés

Chaque semaine, le portrait d'une personnalité qui fait écho à notre invité. Aujourd’hui: Peg Entwistle, comédienne dévorée par l’ambition, qui se donnera la mort en 1932, cinq mois après son arrivée à Hollywood, en se jetant de la lettre H du panneau qui ornemente la colline la plus célèbre de la cité des rêves brisés.

Réécoutez la séquence:

Un fantôme hante les collines de Hollywood. Au sens propre. Certains promeneurs l'ont vu léviter là-bas. A force d'enchaîner les déceptions professionnelles l'actrice Peg Entwistle s'est jetée dans le vide du haut du panneau Hollywoodland, en 1932.

Nous sommes en 1932 à Hollywood, la cité des rêves et des destins brisés.

Des lettres blanches de 15 mètres de haut ornementent sa plus fameuse colline. Elles ont été dressées en 1923.

A l'époque elles étaient 13, Hollywoodland, le " land " disparaîtra en 1949...

C'était d'abord une publicité immobilière. C'est devenu très vite un symbole culturel.

Une petite blonde aux yeux bleus de 24 ans est arrivée à Hollywood il y a 5 mois. Elle se rêve en femme fatale, en star de cinéma. Elle est née au Pays de Galles, elle a des ambitions dévorantes, elle veut y arriver, vite, très vite, c'est Peg Entwistle.

A l'entrée des studios Universal, une pancarte dit " Inutile d'attendre, inutile d'insister, vous perdez votre temps ". Mais Peg tient plus que tout à sa carrière au cinéma.

Elle s'est essayée au théâtre avec un certain succès (critique en tout cas), une certaine Bette Davis a même annoncé à sa mère après l'avoir vue sur scène dans les années 20 : " Je veux être exactement comme Peg Entwistle ".

Mais Broadway ne va pas bien, le public n'a plus les moyens de se payer le théâtre, l'argent est à Los Angeles, pas à New York. C'est la grande dépression. Les dernières pièces de Peg Entwistle ne font pas le plein.

Alors elle cherche à se remonter le moral en descendant des bouteilles.

La jeune fille traine une dépression depuis la mort de son père dans un accident de voiture quand elle avait 14 ans. Et chacun de ses échecs l'enfonce un peu plus dans le désespoir.

Parmi les grandes épreuves de sa vie : son divorce, à 21 ans, du comédien Robert Keith, un homme violent qui avait omis de lui confesser qu'il était déjà le père d'un garçon de six ans, Brian, qui deviendra un acteur de western réputé avant de mettre fin à ses jours en 1997.

En 1932, Peg Entwistle débarque à Hollywood, bien décidée à devenir quelqu'un.

Elle commence au théâtre avec un spectacle au titre qui fait écho en elle : il s'appelle Les Folles Espérances. A ses côtés, un jeune homme inconnu : Humphrey Bogart. La pièce est un bide mais les critiques, une fois de plus, sont conquis.

De fil en aiguille, la jeune femme se fait remarquer. Elle décroche un petit rôle dans un film, Treize femmes, des studios RKO, studios qui produiront plus tard Citizen Kane d'Orson Welles et La vie est belle de Frank Capra.

Treize femmes est incendié par la presse, c'est un mauvais film, le contrat de Peg n'est pas renouvelé...

Suit alors une longue litanie de castings loupés et d'auditions foireuses, entrecoupées de quelques photos de charme payées au lance-pierre.

Peg a 24 ans, elle est arrivée à Hollywood il y a 5 mois, et déjà, elle sent qu'elle est finie.

Alors le 16 septembre 1932, elle remonte le Mont Lee, elle habite à deux pas, elle arrive au pied du panneau Hollywoodland, des ouvriers ont laissé une échelle contre le H.

Elle ôte son manteau, elle pose son sac à main. Dedans, il y a une lettre offerte à la postérité : " J'ai bien peur d'être lâche. Je suis désolée pour tout. Si j'avais fait ça il y a longtemps, ça aurait évité beaucoup de souffrances. P.E. "

Elle gravit l'échelle, parvient au sommet du H et se jette dans le vide. Son corps est retrouvé deux jours plus tard par une promeneuse dans les broussailles, une trentaine de mètres en contrebas.

Ironie du sort, une lettre venait justement de lui parvenir, lui annonçant qu'elle était prise pour le premier rôle d'une toute nouvelle pièce. Peg n'aura jamais ouvert cette lettre.

Dans l'histoire, l'héroïne se suicidait dans le dernier acte.

Depuis, certains promeneurs disent apercevoir une silhouette de jeune femme blonde en lévitation autour du panneau Hollywood. Et quand elle apparaît, l'air embaume le gardénia -c'était le parfum préféré de Peg.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK