Quand Microsoft vole à la rescousse des habitants de Seattle

Quand Microsoft vole à la rescousse des habitants de Seattle
Quand Microsoft vole à la rescousse des habitants de Seattle - © Tous droits réservés

Une multinationale qui s'intéresse au prix de l'immobilier, ce n'est pas courant. A Seattle, Microsoft vient d'annoncer un investissement colossal pour lutter contre la hausse des prix de l’immobilier dans la région.

Microsoft a annoncé un investissement de 500 milions de dollars dans la région de Puget Sound, dans l’agglomération de Seattle où se trouve, son siège social. Le but de cet investissement : aider à développer des logements à prix abordable dans ces zones où le prix de l’immobilier a complétement flambé.

Les emplois augmentent, les prix aussi

Les emplois dans la région ont augmenté de 21%, tandis que le nombre de logements n’augmentaient lui, que de 13%. Conséquence ? Et bien, quand la demande excède l’offre, les prix augmentent. L’agglomération de Seattle, qui abrite les Microsoft et autre Amazon est désormais la sixième région la plus chère des Etats-Unis. Beaucoup se retrouvent à la rue, et des milliers de personnes sont obligés de vivre, loin de leur lieu de travail.

En quoi Microsoft est-il concerné?

Quand on pense à Microsoft, on pense aux ingénieurs informatiques, ou en tout cas à des personnes qui ont relativement des bons revenus. Mais la réalité c’est que le siège social de Microsoft, est l’un des plus vastes au monde.

Le géant de l’informatique a bâti une véritable ville dédiée à la technologie, où travaillent plus de 44 000 salariés. On y retrouve, par exemple, des employés de cafétéria, des conducteurs de navette ou encore des membres du personnel de nettoyage. Et ce sont finalement toutes ces personnes-là, qui sont principalement touchés par cette hausse des prix de l’immobilier.

Le Président et directeur juridique de Microsoft, Brad Smith, espère que cet investissement sera appuyé par les maires, de plusieurs villes de l'agglomération, et il invite, les autres grandes entreprises à rejoindre le mouvement

D’où vient l’idée ?

A l’origine, l’idée émane de Challenge Seattle. C’est une organisation qui regroupe les principaux pdg, parmi les plus gros employeurs de la région. Là ou Microsoft investit du capital, Challenge Seattle agit plutot comme un groupe de pression. Et selon Christine Gregoire, ancienne gouverneur de Washington qui est maintenant à la tête de l’organisation, l’effort doit être collectif, puisque les conséquences peuvent être dramatiques pour l’ensemble des habitants de Seattle.

Ces 500 millions de dollars seront répartis sous forme de dons et de prêts pour accélérer la construction d'habitations. Les ménages à revenu moyen bénéficieront d’un taux inférieurs au prix du marché alors que les ménages à faibles revenues ne bénéficieront que d’un taux égal au prix du marché. Cette différence s’explique par la tendance qu’ont les pouvoirs publics et les promoteurs à mettre de coté cette classe moyenne. Les promoteurs préférant opter pour la construction de logements luxueux, plus rentable, tandis que l’Etat va plutôt privilégier les plus faibles revenues.

Et qu’en est-t-il des autres géants de la technologie ?

Et bien, une semaine après l’annonce de Microsoft, Priscilla Chan, l’épouse de Mark Zuckerberg a annoncé que Facebook soutenanit un effort de 500 millions de dollars pour le logement abordable à San Francisco. Du coté d’Amazon par contre, ils avaient annoncé l’ouverture d’un deuxième siège social dans le quartier de Long Island à New York... Finalement, il n’en sera rien…

Depuis plusieurs semaines, le projet new-yorkais était critiqué par des hommes politiques locaux et par certains résidents, qui craignaient des conséquences similaires à ce qu’il se passe pour le moment du coté de Seattle ou de San Francisco.

Aujourd’hui, le secteur de la technologie utilise son argent et son pouvoir politique pour résoudre des problèmes locaux souvent compliqué. Se pose alors la question de la compétence, puisque pour Seattle, c’est une société privée, Microsoft, qui monte au créneau et agit là où l’état fait défaut.

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK