Presque Star : Fanny Nerinckx, le premier oeil bionique en Belgique

Presque Star : Fanny Nerinckx, le premier oeil bionique en Belgique
2 images
Presque Star : Fanny Nerinckx, le premier oeil bionique en Belgique - © Tous droits réservés

Grande avancée pour l'hôpital universitaire de Gand! Le docteur Fanny Nerinckx, ophtalmologue et chirurgienne spécialiste de la rétine, et son équipe ont, pour la première fois en Belgique, soigné une patiente atteinte d'une maladie oculaire héréditaire grâce à un implant sur la rétine. Ce procédé est également connu sous le nom d'œil bionique. Grâce à cet artifice, la patiente peut à nouveau voir des formes. Et ce, après des années de cécité. Elle peut, par exemple, distinguer des formes telles que des fenêtres et des portes, et la silhouette des gens.

Origine de la maladie

La rétinite pigmentaire (RP) est un trouble oculaire héréditaire rare qui affecte 1 Belge sur 3 000. Le docteur Nerinckx explique: "C'est une condition qui se caractérise par la dégénérescence des cellules photosensibles à l'intérieur de l'œil. La vision diminue graduellement jusqu'à la cécité. Un traitement ou une intervention à un stade avancé de la maladie était, jusqu'à présent, impossible en Belgique"

Une nouvelle vision

Pour utiliser le système d'Argus II, il est crucial que le patient ait pu voir par le passé. " Après une opération réussie en janvier, il est maintenant important que la patiente reçoive une rééducation intense", explique le Dr Nerinckx. "Pendant la rééducation à l’hôpital universitaire de Gand, la patiente apprend à interpréter les images de la caméra et à les lier à des images qu'elle a déjà vues. C’est comparable à l'apprentissage d'une nouvelle langue, mais avec des images. Les premiers résultats du traitement sont positifs. La patiente s'est bien rétablie et peut mieux percevoir étape par étape". Bon pied bon oeil, donc. 

Le système Argus II représente une avancée majeure pour les patients. La personne prise en charge par "l'oeil bionique" témoigne: "Après 10 années d'aveuglement, je peux à nouveau voir de grandes formes. Je distingue la lumière et l'obscurité, les cadres de porte qui contrastent et les lignes". On est encore loin d'une vision telle celle du lynx, mais les avancées sont notables. "Certaines personnes peuvent trier le linge et lire de grandes lettres ", ajoute le Dr Nerinckx. Et de conclure, à propos de la patiente soignée: "la qualité de vie de cette femme s'est grandement améliorée"

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK