Pourquoi notre société reste-t-elle gênée face à la déficience intellectuelle et aux troubles de santé mentale ?

Comment ouvrir la discussion pour passer au-delà de cette gêne, de ce tabou ?

Est-ce au déficient mental de s’adapter à la société ou est-ce l’inverse ? Et si c’est l’inverse que met-on en place pour cela ?

Arlette Cornez, co-fondatrice de l’ASBL L’Appui située à Roisin, répond à ces questions dans la séquence Tabou de Tendances Première.

Arlette Cornez souhaite d'emblée repréciser que le droit à l'égalité doit combattre toutes les discriminations, y compris celles envers les personnes handicapées. Pour que leur participation sociale soit effective, la société doit respecter ses obligations envers elles. Or il existe de nombreux obstacles dans les engagements sociétaux, qui privent ces personnes handicapées de leur droit de pouvoir participer à tous les aspects de la vie en société. 

"La société reste gênée face à la déficience motrice ou intellectuelle parce que toute personne engagée dans un modèle social doit jouir des mêmes droits et que ce n'est pas le cas. Elle a cette fâcheuse tendance à considérer que l'exclusion de la personne handicapée est quelque chose d'épouvantable mais d'inévitable. La société n'a pas développé ses infrastructures pour répondre de façon équitable aux besoins de la population."

 

Pour Arlette Cornez, la "bientraitance" est la base de la vie en groupe. Elle devrait préexister à la vie de l'être humain.
Or elle n'est plus naturelle du tout, on doit en débattre, on doit faire des formations.... Car la différence fait peur. Pourtant elle peut être une référence, elle permet un autre regard, un autre souffle, la possibilité d'apprendre, elle nous aide à cultiver la tolérance, l'empathie...

"Chacun doit s'adapter au groupe pour ne pas risquer l'exclusion, la marginalisation. Pour la personne déficiente mentale, il en va de même. Elle fait des efforts surhumains pour s'adapter. Mais c'est aussi à l'Etat de mettre en place ce qui permettra à la personne déficiente d'avoir accès à une vie respectable et respectée."

L’Appui est un lieu de vie et d’hébergement qui accueille des personnes souffrant de déficience intellectuelle et/ou d’un trouble de santé mentale. On y cultive le respect et l'inclusion, on vise à rendre ces personnes différentes plus heureuses et à mettre de la légèreté dans leur quotidien.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK